chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
14 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Kalopsia - Angelplague

Chronique

Kalopsia Angelplague
Depuis toujours le Nord-Est des Etats-Unis a été un formidable vivier pour des formations pratiquant le Death-Metal sous toutes ses formes, si nombre d’entre-elles sont reconnues à l’instar d’INCANTATION, DYING FETUS, IMMOLATION, SKINLESS, et SUFFOCATION, d’autres malgré toute leur bonne volonté n’ont jamais réussi à atteindre ce niveau. C’est le cas de ce quatuor qui depuis ses débuts à la fin du siècle dernier n’a jamais vraiment réussi à décoller, la faute à un long break après la sortie de son premier opus, et à un second passé quasiment inaperçu à cause d’une mauvaise distribution (alors qu’il ne manquait pourtant pas de qualités). Loin de se décourager le binôme indéboulonnable Matt Medeiros et Steve Horvath, a enfin réussi à exploiter pleinement leur potentiel en sortant tout simplement leur meilleur album à ce jour. Cependant il a mis pas mal de temps à voir le jour, car depuis 2012 seul le très bon EP « Sanguine Epitath » et un single l’année suivante, ont montré que les gars étaient encore actifs. Si RUINOUS a pas mal accaparé dernièrement le premier d’entre eux, il a aussi subi de nombreuses disparitions dans son entourage proche, du coup le temps a filé très vite et les priorités n’ont forcément plus été les mêmes, mais cette attente en valait la peine vu que le résultat est à la hauteur du pedigree des deux compères.

Car malgré une pochette très moche qui pique les yeux, ce troisième album est quasiment sans fautes et se montre d’une efficacité redoutable aussi bien dans la vitesse que dans les passages les plus lents et lourds. On s’en aperçoit d’entrée avec l’excellent « Destined To Return » qui dévoile la facette brutale du combo, car ici on a droit à des hammerblasts et blasts furieux, agrémentés de moments en mid-tempo parfaits pour headbanguer, sans oublier un petit peu de ralentissement pour diversifier l’ensemble au maximum. Construite de façon très classique et sans être d’une technique affolante, cette première composition met parfaitement sur orbite cette galette qui n’en redescendra pas jusqu’à son terme, d’ailleurs « As The Serpent Devours » qui suit est du même acabit mais néanmoins différent. Car contrairement à précédemment ici on est sur un train de sénateur, et hormis quelques petites pointes de vitesse, l’ensemble est plus massif et rondouillard mais sans perdre en puissance ni en accroche, pour là-encore un rendu nickel qui montre que les gars savent jouer sur les différents tableaux et que leur expérience est un atout non-négligeable. « Christened Upon The Slab » confirme là-aussi tout leur talent en changeant là encore de registre vu qu’ici on évolue dans un univers presque Hardcore, que ce soit au niveau du riffing des guitares comme du jeu de Justin Spaeth derrière son kit tout en groove et en frappe de bûcheron, où ici le rythme varie peu et reste collé sur la pédale de frein, sans que cela ne soit pénalisant vu que l’écriture y est précise et sans longueurs.

Privilégiant la qualité à la quantité les mecs ont fait dans la sobriété en n’étirant pas leurs titres à outrance, cela leur permet de conserver une fluidité sans failles tout du long, comme cela est confirmé avec « Not Peace But Pestilence » qui est le plus court du disque, et qui contient trois parties différentes. Il débute et se termine par beaucoup de lourdeur et d’écrasement, avant d’accélérer et de pousser au maximum en son milieu, pour un côté remuant réussi et parfaitement exécuté, qui montre qu’il ne faut pas trop faire dans la durée, car le seul accroc vient avec « Scorched Earth And Blackened Skies » qui s’embourbe dans la linéarité et la répétition. Etant déjà un peu moins inspiré que ce qui a été fait auparavant, ce morceau central montre un soupçon de mélodie bienvenu, mais cela est bien peu tant l’ensemble reprend les mêmes plans qui sont joués trop souvent et avec moins de passion. Heureusement ceci n’est qu’une erreur de parcours car la suite et fin va montrer le meilleur des Américains, avec « Source Of My Evil » et « Bitter Sacraments » qui sont un mélange de tout ce qu’ils savent jouer, et où toute leur palette est passée en revue avec brio, ainsi qu’avec « Surge Of Terror » qui détonne au milieu de cette furia sonore. Sous ce nom trompeur se cache la compo la plus mélodieuse de toute cette galette, mais celle-ci ne tombe pas dans le piège du mielleux et sirupeux, vu qu’ici tout est bien agencé au milieu de blasts ultra-rapides et de tapis de double massifs. Du coup les solos se font plus posés et techniques, mis en raccord avec un rythme adapté qui permet à l’ensemble de respirer, pour mieux repartir par la suite.

Avec une production adaptée à la fois puissante, moderne et chaude où la basse est bien audible (même si l’on peut regretter par moment une voix un peu noyée dans le mixage), les gars signent un disque de qualité, sans prétention et taillé pour la scène. Une très bonne surprise qui montre toute la vitalité cette année de la scène d’outre-Atlantique qui n’en finit plus de sortir du métal de la mort de haute tenue, prouvant que 2017 est d’un très grand cru dans tous les styles possibles et inimaginables.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
03/08/2017 13:21
J'avais bien aimé le précédent mais je n'y suis jamais trop revenu. Il faudrait que je tente celui-ci à l'occasion qui me semble meilleur d'après ta chronique. Et effectivement, la pochette n'est pas au top haha.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Kalopsia
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (4)  7.49/10

plus d'infos sur
Kalopsia
Kalopsia
Death Metal - Etats-Unis
  

tracklist
01.  Destined To Return
02.  As The Serpent Devours
03.  Christened Upon The Slab
04.  Not Peace But Pestilence
05.  Scorched Earth And Blackened Skies
06.  Source Of My Evil
07.  Surge Of Terror
08.  Bitter Sacraments

Durée : 35 minutes

line up
parution
19 Mai 2017

Essayez aussi
Obituary
Obituary
The End Complete

1992 - Roadrunner Records
  
Bolt Thrower
Bolt Thrower
Mercenary

1998 - Metal Blade
  
Trenchrot
Trenchrot
Necronomic Warfare

2014 - Unspeakable Axe Records
  
Morbus Chron
Morbus Chron
Sleepers In The Rift

2011 - Pulverised Records
  
Paths of Possession
Paths of Possession
Promises In Blood

2005 - Metal Blade
  

Cytotoxin
Gammageddon
Lire la chronique
The World I Knew
Fuck a 9-5 (EP)
Lire la chronique
Infinity
Hybris
Lire la chronique
Anasarca
Survival Mode
Lire la chronique
The Fatalist
Dark Ecriture (EP)
Lire la chronique
Dead Witches
Ouija
Lire la chronique
Black Metal in french : Les destructeurs
Lire le biographie
Formicarius
Black Mass Ritual
Lire la chronique
Bloody Rabbeat
Use Your Head (EP)
Lire la chronique
Dzö-nga
The Sachem's Tales
Lire la chronique
Wacken Open Air 2017
28 years louder than anythi...
Lire le live report
Expulsion
Nightmare Future (EP)
Lire la chronique
Once Awake
Ever So Cold
Lire la chronique
Contorsion
United Zombie Nation (U.z.N)
Lire la chronique
The Gault
Even as All Before Us
Lire la chronique
Hangman's Chair / Greenmachine
Hangman's Chair / Greenmach...
Lire la chronique
Dawn Of Disease
Ascension Gate
Lire la chronique
Nokturnal Mortum
Verity
Lire la chronique
Beneath
Ephemeris
Lire la chronique
Fall Of Summer 2017
Lire l'interview
The Midnight Ghost Train
Cypress Ave.
Lire la chronique
Cloven Hoof
Who Mourns For The Morning ...
Lire la chronique
Charnel Winds
Verschränkung
Lire la chronique
Desecresy
The Mortal Horizon
Lire la chronique
Venomous Maximus
No Warning
Lire la chronique
Mirrored in Secrecy : de l'autre côté du miroir
Lire l'interview
Profanity
The Art Of Sickness
Lire la chronique
Rings Of Saturn
Ultu Ulla
Lire la chronique
Human Magnet
A New Kind Of Start
Lire la chronique
Triumvir Foul
Spiritual Bloodshed
Lire la chronique