chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
48 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Mastodon - Emperor of Sand

Chronique

Mastodon Emperor of Sand
Le parcours de Mastodon est à la fois exceptionnel, classique et fâcheux. Quatre premiers opus de feu en progression constante qui le plaçait parmi les groupes les plus talentueux de sa décennie, puis au cinquième album un virage que certains n’hésiteraient pas à qualifier de commercial jusqu’à aujourd’hui. Cela ne vous rappelle personne ? On se disait bien. Donc troisième album de la période que l’on pourrait qualifier de « FM », car pour les quelques auditeurs plus âgés qui disent encore attendre que Mastodon sorte son « black album », c’est déjà fait, il s’appelle The Hunter, et autant dire les choses clairement, cet Emperor of Sand ne change pas la donne. Brent Hinds ne se cachant désormais pas pour dire qu’il déteste le metal (?!), une question légitime se pose : Mastodon aurait-il succombé à la mode lancé par Steven Wilson, Akerfeldt et sa bande, consistant à dénigrer le genre pour se plonger dans un rock progressif de seconde zone, porté aux nues par des hipsters dont on se demande s’ils n’ont jamais écouté un disque de King Crimson ?

Pourtant au démarrage, « Sultan’s Curse » arrive presque à redonner espoir avec une écriture légèrement plus profonde et progressive que ce que l’on a souvent entendu ces dernières années. Problème : après ce premier morceau encourageant déboule le single « Show Yourself ». Titre le plus radio-friendly jamais composé par le groupe, un Queens of the Stone Age des débuts ou un Foo Fighters aurait pu le faire. Fun sur le moment avec son clip, mais agaçant passé quelques écoutes. Et c’est bien le principal problème ici, au-delà d’une ambition quasi-inexistante et une orientation presque pop pas très heureuse, c’est la quantité de riffs faciles et totalement oubliables qui peuplent la plupart des morceaux. La majeure partie de l’album est remplie de titres accrocheurs, accessibles, aux refrains qui rentrent facilement en tête (mais qui en sortent facilement aussi) : « Show Yourself » bien sûr, « Precious Stones », « Steambreather » où les influences stoner reviennent en force, « Word to the Wise », « Ancient Kingdom » (le vieux gimmick de la cloche sur le refrain…) ou encore « Clandestiny ». Des chansons, parce qu’il s’agit vraiment de chansons ici, qui n’auraient aucun mal à se tailler une place sur les radios metal américaines.

Heureusement « Roots Remain » nous replonge timidement, mais avec un certain bonheur dans l’ambiance d’un Crack the Skye, plus progressive et planante. Car oui, hormis ce morceau, seules les trois dernières pistes nous ramènent aux albums des années 2000 avec des riffs bien plus heavy et un tempo plus élevé. Là encore, rien de spécialement mémorable, si ce n’est le très beau « Jaguar God » qui commence comme une ballade touchante pour finir sur des riffs groovy en diable. Sans doutes possibles le meilleur moment d’Emperor of Sand, mais une bien maigre consolation.

En fin de compte Emperor of Sand possède les mêmes qualités et les mêmes défauts que ses deux prédécesseurs : le travail reste très solide, le jeu de Brann Dailor est toujours au-dessus de la mêlée, les leads de la paire Hinds/Kelliher font souvent mouche, mais bien trop peu d’intensité et bien trop peu de surprises, seulement quelques plans barrés, alors que c’est pourtant cela aussi que l’on aime avec Mastodon. Une nouvelle sortie trop souvent balisée qui nous fait d’autant plus regretter le récent passé du groupe, surtout quand on sait de quoi ils sont capables. Mastodon ne s’inflige pas un échec cuisant, loin de là, mais persévère dans une direction qui manque franchement d’intérêt.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

rivax citer
rivax
16/04/2018 13:04
J'ai découvert MASTODON tardivement (en gros avec le précédent album) et je n'ai jamais réussi à accrocher à ce groupe. Peut-être par esprit de contradiction avec tous ces gens qui les trouvent géniaux mais aussi probablement parce que, comme tu le le dis, ils sont un peu trop rock à lunette et plus vraiment Metal.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Mastodon
Rock/Metal Progressif
2017 - Reprise Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Mastodon
Mastodon
Rock/Metal Progressif - 2000 - Etats-Unis
  

vidéos
Show Yourself
Show Yourself
Mastodon

Extrait de "Emperor of Sand"
  
Steambreather
Steambreather
Mastodon

Extrait de "Emperor of Sand"
  

tracklist
01.   Sultan's Curse
02.   Show Yourself
03.   Precious Stones
04.   Steambreather
05.   Roots Remain
06.   Word to the Wise
07.   Ancient Kingdom
08.   Clandestiny
09.   Andromeda
10.   Scorpion Breath
11.   Jaguar God

Durée : 51:10 minutes

line up
parution
31 Mars 2017

voir aussi
Mastodon
Mastodon
Blood Mountain

2006 - Warner Bros.
  
Mastodon
Mastodon
Crack The Skye

2009 - Reprise Records
  
Mastodon
Mastodon
The Hunter

2011 - Roadrunner Records
  
Mastodon
Mastodon
Remission

2002 - Relapse Records
  
Mastodon
Mastodon
Once More 'Round The Sun

2014 - Roadrunner Records
  

Essayez aussi
Riverside
Riverside
Shrine of New Generation Slaves

2013 - InsideOut Music
  
Between The Buried And Me
Between The Buried And Me
The Parallax: Hypersleep Dialogues (EP)

2011 - Metal Blade Records
  
Riverside
Riverside
Memories in My Head (EP)

2011 - ProgTeam Management
  
Anathema
Anathema
Distant Satellites

2014 - Kscope Music
  
Porcupine Tree
Porcupine Tree
Fear Of A Blank Planet

2007 - Roadrunner Records
  

Wallachia
Monumental Heresy
Lire la chronique
The Grotesquery
The Lupine Anathema
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Ustalost - The Spoor of Vipers
Lire le podcast
Ascension
Under Ether
Lire la chronique
Grimoire
A la lumière des cendres (R...
Lire la chronique
Tomb Mold
The Bottomless Perdition / ...
Lire la chronique
Balmog
Vacuum
Lire la chronique
Imindain
The Enemy of Fetters and th...
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
They Live | We Sleep
Self Harm (EP)
Lire la chronique
Mastodon
Emperor of Sand
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Borgne
[∞]
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast
Demonomancy
Poisoned Atonement
Lire la chronique
Visigoth
Conqueror's Oath
Lire la chronique
Skeletal Remains
Devouring Mortality
Lire la chronique
His Hero Is Gone
Monuments to Thieves
Lire la chronique
Ulsect
Ulsect
Lire la chronique
Antagonism
Thrashocalypse (EP)
Lire la chronique
Napalm Death
Mass Appeal Madness (EP)
Lire la chronique
Veiled
Black Celestial Orbs
Lire la chronique
Disembowel
Plagues And Ancient Rites
Lire la chronique
Black Witchery
Evil Shall Prevail (Compil.)
Lire la chronique
Napalm Death
Mentally Murdered (EP)
Lire la chronique
BLACK METAL Suisse ! (C'est une blague?)
Lire le podcast
Puteraeon
The Dunwich Damnation (EP)
Lire la chronique
Nocturnal Pestilence
Fire & Shade
Lire la chronique
Abigor / Nightbringer / Thy Darkened Shade / Mortuus
Abigor/Nightbringer/Thy Dar...
Lire la chronique
Target
Mission Executed
Lire la chronique