chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
37 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Imindain - The Enemy of Fetters and the Dweller in the Woods

Chronique

Imindain The Enemy of Fetters and the Dweller in the Woods (EP)
Parmi les groupes de doom à tendance death ou funeral, Imindain n’est pas le plus connu. Ni le plus mystique. Doté d’un seul véritable album (And the Living Shall Envy the Dead...) en 16 ans d’existence, le groupe prend son temps. Plus porté sur les splits en compagnie de compagnons de jeu amateurs d’ambiances suicidaires (Ataraxie en tête), le groupe n’a jamais véritablement décollé. L’annonce de son split puis de sa reformation en 2012 était donc passée relativement inaperçu. Mais comme il ne faut pas non plus pousser le dépressif dans les orties de la vie, le groupe ne revient qu’avec un EP. De 32 minutes certes, mais EP tout de même, composé de trois titres et d’une reprise de Disembowelment.

The Enemy of Fetters and the Dweller in the Woods signe donc le retour d’Imindain. Et comme annoncé par le groupe, cet effort est sensiblement différent de leur passé. To Meditate upon the Face of Forgotten Death, qui ouvre l’album en 2 minutes, situe de suite l’ambiance, à grand renfort de notes de piano éthérées, mornes, profondément nostalgiques. Qui renvoient à l’image de la pluie ruisselant le long de la vitre d’un bâtiment abandonné. The Final Godhead, la pièce centrale de 12 minutes, plonge quant à elle ses racines dans le doom death racé typiquement britton. L’alternance de passages plus aériens avec des atmosphères très lourdes, brumeuses, de rythmiques tempétueuses et de ponts mélancoliques, rappelle naturellement quelques grands noms de la scène, My Dying Bride en tête mais aussi, d’une certaine manière, dans cette volonté de superposer les couches, des groupes comme Celestial Season (nettement sur A Paean to the Vermin). La comparaison est d’autant plus saillante lorsque l’on observe le travail sur la voix, alternant elle aussi le growl puissant le chant clair comme ses glorieux ainés.

La production est nette, ni trop, ni pas assez. Elle offre d’entendre tous les instruments sans gâter l’approche souterraine du groupe. Elle dégage même une puissance bienvenue, qui faisait davantage défaut sur le précédent effort du groupe. Il est à noter par ailleurs que le travail sur les guitares est tout à fait remarquable, qui apportent une profondeur louable à l’album tout autant qu’elles dopent les chansons d’une emphase incroyable (la fin de The Final Godhead, 3 minutes hors du temps, aériennes, tournoyantes, surpuissantes).

Quant à la reprise de Disembowelment, rien à en redire si ce n’est que le morceau étant déjà, en lui-même, tout à fait remarquable, il est difficile de le saccager…

Ce « petit » EP signe finalement un retour relativement pertinent pour Imindain mê^me si l’on peut regretter le format pour le moins ramassé, surtout si l’on enlève l’intro et la reprise. Deux nouveaux morceaux après 6 ans d’absence, c’est peu. Toutefois, l’amateur de doom/death d’un autre temps ne boudera pas son plaisir. Il trouvera là de quoi repaître sa soif de brouillard londonien.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Imindain
Doom/death
2007 - Indépendant
notes
Chroniqueur : 3.75/5
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  3.75/5

plus d'infos sur
Imindain
Imindain
Doom/death - 2002 - Royaume-Uni
  

tracklist
01.   To Meditate upon the Face of Forgotten Death instrumental
02.   The Final Godhead
03.   A Paean to the Vermin
04.   Cerulean Transience of All My Imagined Shores (Disembowelment cover)

Durée : 32:00

parution
12 Avril 2017

Essayez aussi
Tyranny
Tyranny
Aeons in Tectonic Interment

2015 - Dark Descent Records
  
Pale King
Pale King
Monolith Of The Malign

2017 - Soulseller Records
  
Paradise Lost
Paradise Lost
The Plague Within

2015 - Century Media Records
  
Heavydeath
Heavydeath
Eternal Sleepwalker

2015 - Svart Records
  
Anatomia
Anatomia
Decaying in Obscurity

2012 - Nuclear War Now! Productions
  

Bovary
Mes racines dans le desert ...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 14 - The Great Northern Live Report
Lire le podcast
Gruesome
Fragments Of Psyche (EP)
Lire la chronique
Temple
Design In Creation
Lire la chronique
ΚΕΝΌΣ
Inner Rituals
Lire la chronique
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique