chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
48 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Sinister - Legacy Of Ashes

Chronique

Sinister Legacy Of Ashes
Après un passage à vide aux débuts des années 2000 avec des albums descendus par la critique et des problèmes de line-up, Sinister avait repris du poil de la bête grâce à Afterburner puis The Silent Howling, deux opus qui replaçaient le combo batave parmi les meilleurs en modernisant quelque peu son son. Plus de brutalité, plus de mélodie, les Néerlandais avaient fait ce qu'il fallait pour redorer le blason d'un des fleurons du death européen. Toujours chez Massacre Records, Sinister sort fin 2010 le très attendu Legacy Of Ashes qui devait confirmer son retour au premier plan. Résultat, malgré une petite baisse de forme par rapport aux deux précédentes œuvres, la formation tient toujours la route.

Rien d'étonnant de toute façon vu la similarité entre Legacy Of Ashes et son prédécesseur. Ce nouvel effort se fait simplement un peu plus old-school et moins mélodique. C'est d'ailleurs ce petit manque de riffs mélodiques accrocheurs qui rend ce nouvel album légèrement moins goûtu. Heureusement, Sinister se rattrape à ce niveau sur les trois derniers titres "The Hornet's Nest", agrémenté d'un somptueux break lent et sombre dont un riff saccadé mais assez énorme vient préciser la menace, "Righteous Indignations" au break d'arpèges bienvenue à 2'44 et "The Living Sacrifice" qui se clôt comme l'intro avait débuté. Tous sont ainsi pourvus d'un riff à la mélodie qui aère bien les compos. Le groupe avait quand même auparavant fait l'effort d'incorporer quelques solos plutôt sympathiques ("The Enemy Of My Enemy", "The Sin Of Sodomy", "Legacy Of Ashes"). Pour le reste, les Bataves mitraillent sec sans sommation. Après 23 ans de bons et loyaux services, le groupe continue plus que jamais sur la voie de la brutalité quand tant d'autres ont lâché le pied ou même disparu. Et ça commence fort sur "Herd Of Damnation", introduction ambiancée excellente à la batterie militaire, aux vocaux samplés (oui ils nous refont le coup, cf. "Anatomy Of A Catastrophe" aussi) et au riff lourd, suivi d'un "Into The Blind World" jouissif (mon Satan ce riff blasté à 1'35, j'en ai souillé mon caleçon la première fois!) vite consacré meilleur titre. Le trio de Schiedam (Bas van den Bogaard ayant quitté le navire avant l'enregistrement, c'est Alex Paul qui a enregistré les parties de basse) enchaîne ensuite les titres rouleau-compresseur comme MAM les séjours en Tunisie, nous démontrant, s'il en était encore besoin, son savoir-faire death metal. Blasts, mid-tempos entraînants, séquences thrashy, les plans et les riffs bétons se succèdent avec une efficacité exemplaire. Et que dire de ce refrain sur "The Sin Of Sodomy", à chanter sous la douche en enculant sa grognasse?! Il n'y a guère que sur le title-track "Legacy Of Ashes" que Sinister souffle un peu en laissant groover gentiment le couple basse/batterie sur les couplets. Un morceau qui m'avait déçu lors de sa mise en ligne avant la sortie de l'album mais qui, placé judicieusement en milieu de parcours, se fond en fait très bien dans la tracklist.

Décidément, Sinister a trouvé la bonne formule depuis Afterburner. Son death metal typé années 1990 mais non désuet grâce à l'injection de brutalité moderne remplit sa fonction à merveille en alignant les bons riffs et les titres efficaces. Une bonne tenue incarnée notamment par Aad Kloosterwaard, seul membre originel passé en 2003 de la batterie au micro, dont le growl sec et haineux rend les morceaux encore plus radicaux. On blâmera toutefois Legacy Of Ashes pour un manque de mémorabilité par rapport aux deux albums précédents (sans parler des classiques) et pour une production des Soundlodge Studios certes puissante et claire mais qu'on aurait aimé plus grasse, plus crue, bref, plus death metal, à l'image de cette batterie au léger arrière-goût de plastique. C'est un peu le revers de la médaille de la modernisation, regardez-moi aussi cette cover. On l'aime bien Mike Hrubovcak et sa pochette aurait pu être très bien mais on en a un peu marre de ses corps de femmes démembrées photoshoppés qui ne ressemblent à rien. Quelques petits reproches qui ne changent heureusement pas grand chose à la qualité de Legacy Of Ashes. Pas forcément un grand Sinister mais un très bon album de death metal qui s'écoute et se réécoute avec plaisir.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Niktareum citer
Niktareum
21/02/2011 10:12
Moi faut que je chope "The silent howling" d'abord!
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
21/02/2011 07:30
note: 6.5/10
Du death typé 90's tout ce qu'il y a de plus classique. Efficace mais ça manque un peu d'envergure j'ai trouvé!
BbrBlastard citer
BbrBlastard
20/02/2011 21:01
ça m'a l'air pas mal tout ça, j'avais seulement écouté quelques vieilleries de Sinister qui m'avaient ennuyées, mais depuis ça m'a l'air de bourrer un peu plus!
Il faudra que je me penche la dessus plus profondément...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sinister
Death Metal
2010 - Massacre Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (2)  7/10
Webzines : (16)  7.23/10

plus d'infos sur
Sinister
Sinister
Death Metal - 1988 - Pays-Bas
  

tracklist
01.   Herd Of Damnation
02.   Into The Blind World
03.   The Enemy Of My Enemy
04.   Anatomy Of A Catastrophe
05.   The Sin Of Sodomy
06.   Legacy Of Ashes
07.   The Hornet's Nest
08.   Righteous Indignations
09.   The Living Sacrifice

Durée : 37'50

line up
parution
17 Décembre 2010

voir aussi
Sinister
Sinister
Afterburner

2006 - Nuclear Blast Records
  
Sinister
Sinister
The Silent Howling

2008 - Massacre Records
  
Sinister
Sinister
The Post-Apocalyptic Servant

2014 - Massacre Records
  
Sinister
Sinister
The Carnage Ending

2012 - Massacre Records
  
Sinister
Sinister
Syncretism

2017 - Massacre Records
  

Essayez aussi
Miseration
Miseration
Tragedy Has Spoken

2012 - Lifeforce Records
  
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Gallery Of Suicide

1998 - Metal Blade Records
  
Genital Grinder
Genital Grinder
Compulsive Severing Art

2007 - Rupture Music
  
Resurgency
Resurgency
False Enlightenment

2012 - Hellthrasher Productions
  
Mordicus
Mordicus
Dances From Left

1993 - Thrash Records
  

Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Gontyna Kry
Ignipoten
Lire la chronique
Cult Of Occult
Anti Life
Lire la chronique
Ulver
The Assassination of Julius...
Lire la chronique
Pryapisme
Epic Loon
Lire la chronique
NORTH OF THE WALL 2018
Abyssal + Bismuth + Bölzer ...
Lire le live report