chargement...

haut de page
31 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Pseudogod - Deathwomb Catechesis

Chronique

Pseudogod Deathwomb Catechesis
Peu connu par chez nous, Pseudogod officie pourtant au sein de l'underground Metal depuis maintenant plus de huit ans. Originaire de Perm, ville située dans le centre ouest de la Russie (à environ 1500kms à l'est de Moscou), le groupe se décide donc enfin à sortir un premier album après une quantité de splits et de EP marqués au fil du temps par une certaine évolution musicale. En effet, Pseudogod a parcouru du chemin depuis la sortie en 2006 de sa première démo intitulée Illusion Of Salvation. Le style c'est affiné, le Black Metal primaire a depuis croisé le fer avec un Death Metal sombre et suffocant pour un résultat plus que probant.

Paru en Europe sur le label Finlandais Kvlt a qui l'ont doit déjà quelques sorties sympathiques comme l'album Under The Eye de Ride For Revenge ou quelques disques de Beherit dont le fameux At The Devil's Studio 1990, c'est en fait la version Nord-Américaine éditée par le désormais célèbre label Hell's Headbanger que je tiens entre les mains. L'artwork incroyable a été confié à Antichrist Kramer déjà responsable de l'artwork pour les albums de Vasaeleth ou Inquisition. Un gage de qualité évident. D'ailleurs, dans le même ordre d'idée, on note que le livret est d'excellente facture avec de très belles illustrations venues accompagner les textes de chacun des titres. Les Russes ont donc fait les choses proprement et c'est tout à leur honneur.

Malgré cette délicate attention, on ne peut pas dire que nos amis Russes soient là pour amuser la galerie et détendre l'atmosphère. Au contraire, Deathwomb Catechesis est plutôt le genre d'album qui plombe une ambiance en l'espace de quelques secondes seulement. Loin de révolutionner le petit monde du Black/Death Metal, la musique de Pseudogod en reprend les codes les plus connus. Pas de riffs ou de plans ultra techniques ni de production façon Blockbuster. Non, Pseudogod préfère la science des riffs occultes délivrés par une production boueuse et étouffante. Si on est quand même loin de l'opacité des productions à la Diocletian ou Antediluvian, il n'en reste pas moins que ce premier album n'est pas des plus accessibles. La production dense, la relative linéarité de chaque morceau et le manque de variété dans son ensemble font qu'effectivement on peut avoir du mal à s'immerger dans cet album pourtant redoutable.
Peu effrayé par ce qui pourrait s'apparenter à de gros défauts pour certains, je dois bien reconnaitre que j'y trouve ici largement mon compte. Pseudogod, dans un registre bas du front, propose donc un sulfureux mélange de Black Metal pour les rythmiques appuyées et la simplicité de ses riffs qui ne tournent probablement que sur quelques notes (la faute à un héritage encré dans la plus pure tradition Black Metal à la sauce 90's) et de Death Metal pour l'ambiance blasphématoire omniprésente, les passages plus lourds qui viennent un peu casser ce rythme effréné et aliénant et bien sur cette voix profonde et un brin monocorde (située d'ailleurs un peu en retrait dans le mix final avec, comme il se doit, pas mal de réverb' pour sonner old school comme il se doit).
Malgré tout, Pseudogod joue clairement avec le feu. Car si ces quarante minutes de Black/Death primaire passent plutôt bien, il n'aurait pas fallut que cet album dure plus longtemps. Un titre ou deux supplémentaires n'auraient fait qu'alourdir le contenu de ce disque qui déjà ne pourra probablement être apprécié que par les moins tatillons et perfectionniste d'entre nous. Ceux qui comme moi savent se contenter non sans déplaisir d'un album de Black/Death primaire, bestial et bas du front. Dans sa démarche, le groupe me rappelle un peu Archgoat ou encore les Australiens de Cemetery Urn (sans le son abrasif de ces derniers). C'est méchant, ça tape fort et juste mais ça se mord aussi assez vite la queue.

Cette dernière constatation est plus un avertissement pour quiconque souhaiterait se lancer dans l'écoute de cet album plus qu'une véritable critique à l'égard de ce Deathwomb Catechesis. Me concernant je suis plutôt convaincu par ce premier album qui remplie bien son rôle. La qualité des riffs et les quelques passages plus lourds permettent de rendre intéressant et digeste cet album qui, de prime abord, pourrait sembler un peu trop étouffe-chrétien (même si la démarche d'étouffer quelques chrétiens devrait naturellement séduire les membres de Pseudogod). A l'avenir, les Russes devront tout de même assurer la qualité de leurs riffs et veiller à ne pas nous pondre des morceaux trop longs s'il ne veulent pas perdre trop d'auditeurs en chemin. En attendant Deathwomb Catechesis fait plutôt bien le travail et c'est tout ce qu'on lui demande.
Notice: Object of class QueryTemplate could not be converted to int in /srv/www/deadEngine/class/Thrasho/StatPub/Collection.php on line 13

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Pseudogod
Black / Death Metal
2012 - Hells Headbangers
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (9)  7.56/10

plus d'infos sur

écoutez
tracklist
01.  Vehement Decimation
02.  Malignant Spears
03.  Saturnalia (Night Of The Return...)
04.  Azazel
05.  The Antichrist Victory
06.  Necromancy Of The Iron Darkness
07.  Encarnación Del mal
08.  The Triangular Phosphorescence

Durée : 40:44

line up

parution
24 Avril 2012

achetez sur
thrashothèque
Essayez aussi
Necrophobic
Necrophobic
Hrimthursum

2006 - Regain Records
  
Merciless
Merciless
The Awakening

1990 - Osmose Productions
  
Varg
Varg
Guten Tag

2012 - Noiseart Records
  
Daäth Shadow
Daäth Shadow
Crowns For Kings

2009 - Osmose Productions
  
Zonaria
Zonaria
The Cancer Empire

2008 - Century Media
  

chronique Chronique
Killer Be Killed
Killer Be Killed
chronique Chronique
Janvs
Nigredo
chronique Chronique
Vintersorg
Naturbål
chronique Chronique
Algebra
Feed The Ego
interview Interview
Bent Sea pour le split ''Usurpress/Animalist''
chronique Chronique
Type O Negative
October Rust
chronique Chronique
Aposento
Aposento
chronique Chronique
Crimson Shadows
Kings Among Men
chronique Chronique
Force Of Darkness
Absolute Verb Of Chaos And Darkness (EP)
chronique Chronique
Unaussprechlichen Kulten
Baphomet Pan Shub-Niggurath
chronique Chronique
Oathbreaker
Eros|Anteros
chronique Chronique
Brutally Deceased
Black Infernal Vortex
dossier Dossier
SYLAK OPEN AIR 2014
interview Interview
The Rock Runners pour le Sylak Open Air 2014
report Live report
Sylak Open Air 2014
Benighted + Dew-Scented + Gojira + Misery Index...
chronique Chronique
Desecration
Cemetery Sickness
chronique Chronique
Deadlock
The Re-Arrival (Compil.)
chronique Chronique
Question
Doomed Passages
chronique Chronique
The Austrasian Goat
The Austrasian Goat
chronique Chronique
Bölzer
Soma (EP)
chronique Chronique
Letlive.
The Blackest Beautiful
chronique Chronique
Stutthof
And Cosmos From Ashes To Dust
chronique Chronique
Nuklear Frost
Subjugation
chronique Chronique
Tombs
Savage Gold
chronique Chronique
Diskord
Oscillations (EP)
chronique Chronique
5ML
Injection
chronique Chronique
God Macabre
The Winterlong
chronique Chronique
Dub Buk
Цвях
chronique Chronique
Crucifyre
Black Magic Fire
report Live report
Angel Du$t + Hard To Handle + Jack Move + Turnstile