chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
52 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Pseudogod - Deathwomb Catechesis

Chronique

Pseudogod Deathwomb Catechesis
Peu connu par chez nous, Pseudogod officie pourtant au sein de l'underground Metal depuis maintenant plus de huit ans. Originaire de Perm, ville située dans le centre ouest de la Russie (à environ 1500kms à l'est de Moscou), le groupe se décide donc enfin à sortir un premier album après une quantité de splits et de EP marqués au fil du temps par une certaine évolution musicale. En effet, Pseudogod a parcouru du chemin depuis la sortie en 2006 de sa première démo intitulée Illusion Of Salvation. Le style c'est affiné, le Black Metal primaire a depuis croisé le fer avec un Death Metal sombre et suffocant pour un résultat plus que probant.

Paru en Europe sur le label Finlandais Kvlt a qui l'ont doit déjà quelques sorties sympathiques comme l'album Under The Eye de Ride For Revenge ou quelques disques de Beherit dont le fameux At The Devil's Studio 1990, c'est en fait la version Nord-Américaine éditée par le désormais célèbre label Hell's Headbanger que je tiens entre les mains. L'artwork incroyable a été confié à Antichrist Kramer déjà responsable de l'artwork pour les albums de Vasaeleth ou Inquisition. Un gage de qualité évident. D'ailleurs, dans le même ordre d'idée, on note que le livret est d'excellente facture avec de très belles illustrations venues accompagner les textes de chacun des titres. Les Russes ont donc fait les choses proprement et c'est tout à leur honneur.

Malgré cette délicate attention, on ne peut pas dire que nos amis Russes soient là pour amuser la galerie et détendre l'atmosphère. Au contraire, Deathwomb Catechesis est plutôt le genre d'album qui plombe une ambiance en l'espace de quelques secondes seulement. Loin de révolutionner le petit monde du Black/Death Metal, la musique de Pseudogod en reprend les codes les plus connus. Pas de riffs ou de plans ultra techniques ni de production façon Blockbuster. Non, Pseudogod préfère la science des riffs occultes délivrés par une production boueuse et étouffante. Si on est quand même loin de l'opacité des productions à la Diocletian ou Antediluvian, il n'en reste pas moins que ce premier album n'est pas des plus accessibles. La production dense, la relative linéarité de chaque morceau et le manque de variété dans son ensemble font qu'effectivement on peut avoir du mal à s'immerger dans cet album pourtant redoutable.
Peu effrayé par ce qui pourrait s'apparenter à de gros défauts pour certains, je dois bien reconnaitre que j'y trouve ici largement mon compte. Pseudogod, dans un registre bas du front, propose donc un sulfureux mélange de Black Metal pour les rythmiques appuyées et la simplicité de ses riffs qui ne tournent probablement que sur quelques notes (la faute à un héritage encré dans la plus pure tradition Black Metal à la sauce 90's) et de Death Metal pour l'ambiance blasphématoire omniprésente, les passages plus lourds qui viennent un peu casser ce rythme effréné et aliénant et bien sur cette voix profonde et un brin monocorde (située d'ailleurs un peu en retrait dans le mix final avec, comme il se doit, pas mal de réverb' pour sonner old school comme il se doit).
Malgré tout, Pseudogod joue clairement avec le feu. Car si ces quarante minutes de Black/Death primaire passent plutôt bien, il n'aurait pas fallut que cet album dure plus longtemps. Un titre ou deux supplémentaires n'auraient fait qu'alourdir le contenu de ce disque qui déjà ne pourra probablement être apprécié que par les moins tatillons et perfectionniste d'entre nous. Ceux qui comme moi savent se contenter non sans déplaisir d'un album de Black/Death primaire, bestial et bas du front. Dans sa démarche, le groupe me rappelle un peu Archgoat ou encore les Australiens de Cemetery Urn (sans le son abrasif de ces derniers). C'est méchant, ça tape fort et juste mais ça se mord aussi assez vite la queue.

Cette dernière constatation est plus un avertissement pour quiconque souhaiterait se lancer dans l'écoute de cet album plus qu'une véritable critique à l'égard de ce Deathwomb Catechesis. Me concernant je suis plutôt convaincu par ce premier album qui remplie bien son rôle. La qualité des riffs et les quelques passages plus lourds permettent de rendre intéressant et digeste cet album qui, de prime abord, pourrait sembler un peu trop étouffe-chrétien (même si la démarche d'étouffer quelques chrétiens devrait naturellement séduire les membres de Pseudogod). A l'avenir, les Russes devront tout de même assurer la qualité de leurs riffs et veiller à ne pas nous pondre des morceaux trop longs s'il ne veulent pas perdre trop d'auditeurs en chemin. En attendant Deathwomb Catechesis fait plutôt bien le travail et c'est tout ce qu'on lui demande.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Pseudogod
Black / Death Metal
2012 - Hells Headbangers
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (8)  7.31/10

plus d'infos sur
Pseudogod
Pseudogod
Black / Death Metal - Russie
  

écoutez
tracklist
01.   Vehement Decimation
02.   Malignant Spears
03.   Saturnalia (Night Of The Return...)
04.   Azazel
05.   The Antichrist Victory
06.   Necromancy Of The Iron Darkness
07.   Encarnación Del mal
08.   The Triangular Phosphorescence

Durée : 40:44

line up
parution
24 Avril 2012

voir aussi
Pseudogod
Pseudogod
Sepulchral Chants (Compil.)

2015 - Relapse Records
  
Pseudogod
Pseudogod
The Pharynxes Of Hell (EP)

2014 - Deathangle Absolution Records
  

Essayez aussi
Panzerchrist
Panzerchrist
Regiment Ragnarok

2011 - Listenable Records
  
Sarpanitum
Sarpanitum
Fidelium (EP)

2011 - Autoproduction
  
Belphegor
Belphegor
The Last Supper / Blutsabbath (Compil.)

2004 - Twilight-Vertrieb
  
Requiem Laus
Requiem Laus
The Eternal Plague

2008 - 666 Production
  
Belligerent Intent
Belligerent Intent
The Crucifire

2016 - Autoproduction
  

Pagliacci : Genèse d'un Opéra Metal
Lire l'interview
Vemod
Venter På Stormene
Lire la chronique
On Thorns I Lay
Eternal Silence
Lire la chronique
Make Them Suffer
Worlds Apart
Lire la chronique
Satan présente GRAVELAND (feat. Sakrifiss)
Lire le podcast
Grima
Tales of the Enchanted Woods
Lire la chronique
Mötley Crüe
Shout at the Devil
Lire la chronique
Sepulchral
Back From The Dead (Compil.)
Lire la chronique
Skull Parade
Skullparade
Lire la chronique
Cytotoxin
Gammageddon
Lire la chronique
The World I Knew
Fuck a 9-5 (EP)
Lire la chronique
Infinity
Hybris
Lire la chronique
Anasarca
Survival Mode
Lire la chronique
The Fatalist
Dark Ecriture (EP)
Lire la chronique
Dead Witches
Ouija
Lire la chronique
Black Metal in french : Les destructeurs
Lire le biographie
Formicarius
Black Mass Ritual
Lire la chronique
Bloody Rabbeat
Use Your Head (EP)
Lire la chronique
Dzö-nga
The Sachem's Tales
Lire la chronique
Wacken Open Air 2017
28 years louder than anythi...
Lire le live report
Expulsion
Nightmare Future (EP)
Lire la chronique
Once Awake
Ever So Cold
Lire la chronique
Contorsion
United Zombie Nation (U.z.N)
Lire la chronique
The Gault
Even as All Before Us
Lire la chronique
Hangman's Chair / Greenmachine
Hangman's Chair / Greenmach...
Lire la chronique
Dawn Of Disease
Ascension Gate
Lire la chronique
Nokturnal Mortum
Verity
Lire la chronique
Beneath
Ephemeris
Lire la chronique
Fall Of Summer 2017
Lire l'interview
The Midnight Ghost Train
Cypress Ave.
Lire la chronique