chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
26 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Monster Magnet - Last Patrol

Chronique

Monster Magnet Last Patrol
Dans un genre propice aux réminiscences, MONSTER MAGNET n’est pas le premier à sortir du grenier les vestiges SF des comic books de l’enfance. Plus ou moins récemment, des groupes comme SLEEP (« Dopersmoker ») et THE SWORD (« Warp Riders ») y sont allés de leur hommage à tous ces vieux films abusant de mate-painting et de costumes de foire. A l’évidence, le vaisseau spatial de « Last Patrol » a tout du vieux coucou au tableau de commande recouvert de café (je dis ça pour rassurer les éventuels passagers car en vérité, ça fleure bon le scotch douze ans d’âge et le sandwich sous vide) où la vitesse lumière se gère à coup de poing dans la machinerie. Ce fichu rotor est encore en panne ? Pas de panique. Après des années d’excès en tout genre, Dave Wyndorf semble enfin décidé à lever le pied.

Superbe opener tout en retenue, « I Live Behind The Clouds » donne le ton. Assagie, la bête à cornes galactique regarde filer les étoiles du Marshall William T. O’ Niel telle une vache dans un pré. Car non, Dave Wyndorf n’est ni Captain Kirk, ni un gentil pirate de l’espace promenant sa coolitude en compagnie d’un yéti à cartouchière. Dave est Sean Connery dans « Outland », flic dépêché sur la station minière Con-Amalgamate 27 pour démanteler un trafic de drogue. Concienscieux, il n’hésite pas à goûter au produit pour connaître (toucher) le fond du problème. Quel problème d’ailleurs ? Avec une came pareille, on plane façon space rock comme sur HAWKWIND, sa toute première navette spatiale. Fini le temps de « Powertrip », où MONSTER MAGNET sonnait comme une version métallisée des pionniers du genre. Tout est plus authentique ici, à commencer par le chant : si la puissance est toujours de mise, la partition rock attendue gagne en fragilité, y compris sur les pistes les plus furieuses (« End Of Time », « Mindless Ones »). Et si d’ordinaire l’on rechigne à donner dans le track by track, la progression dramatique sur « Last Patrol » est si évidente que l’impair sera pardonné. Après le démarrage en pilotage automatique sur « I Live Behind The Clouds », la machine s’emballe sur un morceau titre à l’apparence trompeuse ; ça vous secoue gentiment façon traversée de ceinture d’astéroïdes (riffs de plomb et rythmique nerveuse à l’appui) avant de vous pendre, d’une seconde à l’autre, aux lèvres d’un trou noir psyché à n’en plus finir. D’une rare violence, le climax de « Last Patrol » prend des allures de dernier trip sous acide. S’il s’en sort, Dave jure ses grands dieux de ne plus chercher la petite bête. Après tout, si les manches de pioche veulent planer à dix mille entre deux coups de grisou inter galactiques, grand bien leur fasse !

Réveil en douceur, quasi cotonneux, dans une succursale du grand nulle part. Du black-out au blanc immaculé d’une chambre d’hôpital, il n’y a que quelques délicieux accords de gratte savamment distillés sur « Three Kingfishers », pause salvatrice dont le refrain mâtiné de hard rock nous ramène à la case départ. Apaisante en diable, cette double étape en Jérusalem céleste (double dose de morphine avec la touchante « Paradise ») nous retape tant et si bien notre miraculé (Wyndorf victime d’une overdose en février 2006) retrouve l’usage de ses jambes, lesquelles le portent illico jusqu’au bar de la station. « Hallelujah », sa redneck attitude et son coup de santiags dans les parties de l’aviné du comptoir, c’est le baroud d’honneur d’un pilote à l’ancienne, refusant d’emprunter les couloirs galactiques balisés par la compagnie. Conscient d’entrevoir le bout de la piste, Dave lâche alors les chevaux et ne s’octroie plus qu’une dernière halte (« The Duke Of Supernature ») avant la déferlante finale, la bien nommée « End Of Time ». Formidable va-et-vient entre furia rock et ballades électriques, admirablement agencé et composé « Last Patrol » s’achève sur l’intemporelle « Stay Tuned », dernier message radio appelé à résonner dans les recoins d’un univers jadis traversé par DAVID BOWIE : une petite pépite pour finir, pas si éloignée d’une certaine « Space Oddity ». Parfait de bout en bout (bien que plus légers, les deux bonus tracks « Strobe Light Beatdown » et « One Dead Moon » prolongent le plaisir), « Last Patrol » a déjà tout d’un classique. Qu’on se le dise : à force de piocher dans le répertoire des maîtres, cette fois c’est sûr, Dave Wyndorf les incarne pour de bon, les années lumières des seventies.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Mera citer
Mera
20/09/2017 13:08
note: 9/10
Putain mais quelle claque ça avait été cet album...
Un parmi tant d'autres que j'avais ajouté à ma playlist Spotify fourre tout de trucs à écouter un jour après avoir jeté un œil à la note. J'avais jamais entendu parler du groupe ni vraiment écouté de Stoner. Quand il a enfin pointé le bout de son nez entre mes oreilles peut-être un mois plus tard, j'ai réalisé que je venais de passer 1h à tapper du pied non stop.
Une réussite dans ses ambiances cosmico-enfumées servies par des textes d'on ne sait quelle dimension. Et une réussite quand le groupe pousse le bouton du turbo réacteur.
L’enchaînement de Hallelujah à End of Time est franchement ultime.

Bref, ça tue. De peur d'être déçu, j'ai même jamais rien écouté d'autre du groupe...
gulo gulo citer
gulo gulo
18/03/2014 17:43
note: 8.5/10
Ils se sont bien repris, oui.
AxGxB citer
AxGxB
18/03/2014 12:34
Je ne l'ai toujours pas écouté... Mais je fais confiance au groupe quant à la qualité de ce nouvel album Sourire
Invité citer
gloom
18/03/2014 11:18
peut être le meilleur album de leur discographie !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Monster Magnet
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (5)  8.5/10
Webzines : (32)  7.85/10

plus d'infos sur
Monster Magnet
Monster Magnet
Stoner - 1989 - Etats-Unis
  

vidéos
Mindless Ones
Mindless Ones
Monster Magnet

Extrait de "Last Patrol"
  

tracklist
01.  I Live Behind The Clouds
02.  Last Patrol
03.  Three King Fishers
04.  Paradise
05.  Hallelujah
06.  Mindless Ones
07.  The Duke Of Supernature
08.  End Of Time
09.  Stay Tuned
10.  Strobe Light Beatdown
11.  One Dead Moon

Durée : 60:58

line up
parution
15 Octobre 2013

voir aussi
Monster Magnet
Monster Magnet
Tab (EP)

1991 - Caroline Records / Glitterhouse Records
  

Essayez aussi
Sasquatch
Sasquatch
IV

2013 - Small Stone Records
  
Feller Buncher
Feller Buncher
203040 (EP)

2016 - Autoproduction
  
Clutch
Clutch
Earth Rocker

2013 - Weathermaker
  
The Sword
The Sword
Age Of Winters

2006 - Kemado Records
  
Red Fang
Red Fang
Murder The Mountains

2011 - Relapse Records
  

Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report
Paradise Lost
Medusa
Lire la chronique
W.E.B.
Tartarus
Lire la chronique
Havukruunu
Kelle surut soi
Lire la chronique
Demolition Hammer
Tortured Existence
Lire la chronique
Fretmiden
Omen
Lire la chronique
Air Raid
Across The Line
Lire la chronique
Les concepts dans le BM ! Pffffffffff.
Lire le podcast
Venere
Venere (Démo)
Lire la chronique
Foreseen
Grave Danger
Lire la chronique
Black Rainbows
Holy Moon (EP)
Lire la chronique
Spectrale
Lire la chronique
Cadaveric Incubator
Sermons Of The Devouring Dead
Lire la chronique
Satyricon
Deep Calleth upon Deep
Lire la chronique
Auðn
Farvegir Fyrndar
Lire la chronique
Taake
Kong Vinter
Lire la chronique