chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
91 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Rotten Liver - Purification By Debauchery

Chronique

Rotten Liver Purification By Debauchery (EP)
Il y a cinq ans, je ne l’aurai pas cru mais aujourd’hui force est de constater que la scène underground se porte plutôt bien en Bretagne. Après la découverte des Rennais de Cadaveric Fumes l’année dernière, voilà que je me fais une fois de plus surprendre par un groupe encore une fois bien de chez moi.
Rotten Liver (qui porte décidément très bien son nom pour un groupe Breton) voit le jour en 2010 tout d’abord sous la forme d’un duo. Devant les difficultés rencontrées pour recruter, les deux garçons peinent malheureusement à progresser. Ce n’est donc qu’en octobre 2013, après avoir embauché deux autres compagnons d’infortune, que Rotten Liver livre finalement son tout premier EP sur le label marseillais Mortis Humanae Productions.

Avec Purification By Debauchery, Rotten Liver s’embarque dans un Black Metal Orthodoxe plutôt surprenant. Passé l’euphorie des premières écoutes, on se rend très vite compte que le groupe originaire de Vannes à bien plus à proposer qu’un simple Black Metal influencé par Ascension, Watain ou Funeral Mist. On retrouve évidemment certains des éléments qui caractérisent cette frange du Black Metal (riffs lumineux, mélodies glaciales, atmosphère religieuse...) mais s’il ne s’agit là que de la partie immergée de l’iceberg. Des éléments que le groupe maitrise sur le bout des doigts et semble recracher avec une certaine décontraction. La musique des Bretons est ainsi d’une cohérence saisissante, surtout pour un groupe qui ne jouis d’aucune expérience significative. Rotten Liver ne fléchit jamais et se dresse fièrement comme un groupe qui sait parfaitement où il va.
Aussi, l’une des principales forces de Purification By Debauchery réside dans la qualité des riffs et des solos proposés par Rotten Liver. Il se dégage de ce premier disque une atmosphère glaciale et menaçante qui enveloppe très vite l’auditeur de son froid manteau. Il faut dire qu’avec des riffs comme ceux de "Becoming The Archanthropos" à 0:47 ou "Purification By Debauchery" à 0:18, il semble bien compliqué de ne pas sombrer dans l’hypothermie. Des riffs mordants et implacables tout droit venus du Grand Nord servis par une section rythmique qui saura vous enfoncer le crâne avec intransigeance mais qui saura également calmer le jeu lorsque cela sera nécessaire. Une violence volontairement contenue afin de ne pas sombrer dans les méandres d’un Black Metal primitif n’ayant rien de mieux à proposer que du blast.

Et justement, Rotten Liver semble bien loin de tout ce côté bestial et primaire, offrant à l’auditeur sa propre vision du Black Metal. Une musique originale et marquée par une certaine personnalité qui se traduit en musique par l’adjonction d’éléments que l’on a pas toujours l’habitude de retrouver sur ce genre de disque. Cela commence avec "Infamous Nil" et son break inattendu à 2:11 grâce auquel Rotten Liver s’en va à contre-courant explorer d’autres ambiances plus mélodiques et aériennes, "Becoming The Archanthropos" et son refrain entêtant et particulièrement catchy ainsi que sa rythmique simple mais entrainante dans un esprit typiquement Black’n’Roll et enfin "Black’n’Rot" dont le nom parle pour lui-même avec ses refrains nerveux et incisifs et sa rythmique Punk/Thrash old school qui brille par ses nombreuses fulgurances. Et puis bien entendu il y a ces vocalises atypiques, quelque part entre Death Metal old school et Black Metal. Un chant placé légèrement en retrait dans le mix mais duquel émane un certaine folie qui fait froid dans le dos.

Chouette découverte que ce premier EP des Bretons de Rotten Liver. Le groupe semble déjà maîtriser son sujet et j’espère sincèrement qu’un premier album verra le jour afin de confirmer tout ce potentiel. Constitué d’éléments empruntés ici et là (Black Metal, Black’n’Roll, Death Metal...), la musique de Rotten Liver se veut originale et tout à fait personnelle et devrait séduire les amateurs de Black Metal Orthodoxe. Un EP convaincant, de la musique à la production en passant évidemment par l’artwork. Beau boulot et Yec’hed mat!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
17/10/2013 14:15
Ouais, chouette découverte. C'est assez intelligent et original, le cul un peu entre deux chaises mais tout de même cohérent. Bref, j'espère qu'ils iront plus loin qu'un simple EP.
Sagamore citer
Sagamore
17/10/2013 10:47
Me donne bien envie tout ça ! Avec un bel artwork de Saturne VII en prime, qui, décidément, a de l'or dans les mains. Je me pencherai sur l'opus, merci pour la chro.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Rotten Liver
Black Metal Orthodoxe
2013 - Mortis Humanae Productions
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs :   -
Webzines : (9)  3.49/5

plus d'infos sur
Rotten Liver
Rotten Liver
Black Metal Orthodoxe - 2010 - France
  

tracklist
01.   Infamous Nil
02.   Become The Arcanthropos
03.   Black 'n Rot
04.   Purification By Debauchery

Durée : 23:19

line up
parution
1 Octobre 2013

Essayez aussi
Aosoth / Order of Orias
Aosoth / Order of Orias
Aosoth / Order Of Orias (Split 12")

2015 - World Terror Committee Records
  
Blaze Of Perdition
Blaze Of Perdition
Near Death Revelations

2015 - Agonia Records
  
Behexen
Behexen
The Poisonous Path

2016 - Debemur Morti Productions
  
Wormreich
Wormreich
Wormcult Revelations (EP)

2014 - Moribund Records
  
VI
VI
De Praestigiis Angelorum

2015 - Agonia Records
  

METAL MEAN FESTIVAL
Auðn + Convulse + Cult of F...
Lire le live report
Uniform
The Long Walk
Lire la chronique
Ulvegr
Vargkult
Lire la chronique
Hirax European Summer Tour 2018
Antagonism + Dissident + Hi...
Lire le live report
Sylak Open Air 2018
At The Gates + Bloodbath + ...
Lire le live report
Exocrine
Molten Giant
Lire la chronique
Mom hors-série - Metal et sport partie 1
Lire le podcast
Cry For Cthulhu
Cry For Cthulhu (EP)
Lire la chronique
ghUSa + Sadistic Intent
Lire le live report
Stortregn pour l'album "Emptiness Fills The Void"
Lire l'interview
Albionic Hermeticism
Ancient Hermetic Purity
Lire la chronique
Primitive Man / Unearthly Trance
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Graven Maul
Crushed Skull Moon (EP)
Lire la chronique
Carnation
Chapel Of Abhorrence
Lire la chronique
Get The Shot
Infinite Punishment
Lire la chronique
Spaceslug
Eye The Tide
Lire la chronique
White Wizzard
Infernal Overdrive
Lire la chronique
Deafheaven
Ordinary Corrupt Human Love
Lire la chronique
Lofofora
L'épreuve du concert (Live)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
PPCM #1 - Faut être un peu pessimiste (Pessimist)
Lire le podcast
Mars Red Sky
Stranded in Arcadia
Lire la chronique
Beyond Carnage
Profane Sounds Of The Flesh...
Lire la chronique
Iskald
Innhøstinga
Lire la chronique
Regnat Horrendum
Heathenland
Lire la chronique
Diocletian + Fin + Funeral Desekrator
Lire le live report
Thou
Rhea Sylvia (EP)
Lire la chronique
Wombripper
From The Depths Of Flesh
Lire la chronique
Ozzy Osbourne
No More Tears
Lire la chronique
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique