chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
137 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Cut Up - Wherever They May Rot

Chronique

Cut Up Wherever They May Rot
Si la fin officielle de VOMITORY avait déçu un certain nombre de fans de Death bas du front et bien bourrin, CUT UP par l’intermédiaire du très bon « Forensic Nightmares » leur avait permis de retrouver l’espoir de voir perdurer sur disque comme sur scène l’âme du combo Suédois aujourd’hui décédé. Remis en selle par son growler et bassiste, ainsi que par son batteur historique (épaulés par une nouvelle paire de guitaristes) il proposait de revivre les plus belles heures du quartet originel mais avec un soupçon de mélodie supplémentaire (qui apparaissait déjà dans « Carnage Euphoria » et « Opus Mortis VIII »), pour un résultat qui se révéla à la hauteur des attentes. Aujourd’hui l’heure est à la confirmation et comme cela a toujours été le cas avec Erik Rundqvist et Tobias Gustafsson il ne faut pas s’attendre à de grands changements au niveau du style, de l’écriture et rendu sonore, car on reste dans une production bien abrasive, puissante et relativement naturelle, où les blasts ravageurs dominent la majorité de l’espace tout en étant complétés par des passages à la double impeccable et des solos de qualité qui font le job sans dénaturer l’ensemble ni l’affaiblir.

D’ailleurs on s’aperçoit de cela dès le départ avec la doublette « From Ear To Ear » et « Necrophagic Madness » qui s’enchaînent parfaitement et misent tout sur la vitesse qui ne s’arrête pas, ici pas de place pour la finesse on y va à fond et on ne s’éternise pas des heures car la durée totale est très courte. Pas le temps donc de se poser de questions où d’aller dans la recherche puisqu’ici les gars ont décidé de démarrer fort et de marquer les esprits par la violence dégagée, qui n’est pas sans rappeler l’ancienne formation des deux têtes pensantes (période « Revelation Nausea » / Ulf Dalegren). Cependant si l’on pouvait reprocher à l’époque sur les albums des débuts une certaine linéarité et répétition il n’en est ici pas question, car après ce déluge de violence le quatuor a décidé de se poser un peu plus et de laisser libre court à plus de variété et de lourdeur. Si « Behead The Dead » début aussi puissamment que précédemment, il contient ensuite un excellent break centrale où la double se fait entendre et donne un côté remuant à l’ensemble, qui se conclût comme il a commencé, c’est-à-dire à fond et donne un résultat excellent composé de trois parties distinctes (à l’instar du tout aussi réussi « Master Dissector » construit sur le même modèle et qui arrivera plus tard). S’ensuit le morceau-titre qui est probablement le plus varié de tout l’album, car après un démarrage lourd basé sur du mid-tempo pêchu qui donne envie de taper du pied, on se retrouve ensuite avec des passages bien remuants et d’autres plus bourrins basé sur des accélérations ravageuses et du headbanging imparable. « Vermin Funeral » se base quant à lui plus sur l’écrasement, ici peu d’excès de vitesse mais principalement des poussées sur le champignon courtes, agrémentées de riffs impeccables dont l’ensemble n’est pas sans rappeler « Opus Mortis VIII ».

Après ces compositions plus éthérées retour à quelquechose de plus brut et radical avec « By Hatred Bound » qui ne débande pas une seconde et nous replonge dans les plus belles heures du regretté combo, tout comme avec « Psychosurgery » où la batterie continue de se déchaîner tout en offrant un petit panel de variations techniques bienvenues, qui permet d’obtenir une écriture agréable sans redondance. De nouveau après ce déchaînement de violence, les gars vont lever un peu le pied mais toujours sans perdre en agressivité comme avec « In The Aftermath » qui s’étire un peu plus sur la durée afin de laisser le temps de se construire et d’installer sa lourdeur, car ici priorité est donné à la double et aux parties plus lentes, qui n’oublient pas cependant de conserver leurs variations et changements de rythmes pour plus de densité, à l’instar de « Cranium Crusher » plus Heavy que le reste et où plusieurs explosions de blasts retentissent ici et là entre des solos d’une grande qualité. Enfin « Raped By The Blade » montre une facette plus sombre du combo via une longue introduction calme et angoissante où le tempo se fait massif et volontairement bridé, avant que l’ensemble ne se poursuive de manière plus classique et rapide, pour une conclusion impeccable d’un disque totalement réussi où l’on ne s’ennuie pas une seule seconde.

Car reprenant ce qu’il sait faire de mieux le quatuor ne prend pas de risques avec cette nouvelle livraison qui prolonge parfaitement la précédente tout en l’améliorant, vu que ses membres se connaissent de mieux en mieux. Du coup ils osent plus ralentir leur musique en y intégrant plus de parties lead que par le passé, ce qui réhausse également l’intérêt global d’un album sans fautes qui franchira allègrement le cap des écoutes multiples et qui figurera probablement dans le top Death-Metal de fin d’année.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
27/03/2017 18:17
note: 8/10
désormais en écoute intégrale via bandcamp :

https://cutup.bandcamp.com/album/wherever-they-may-rot
mayhem13 citer
mayhem13
23/03/2017 09:01
Bonne nouvelle ça! Je ne savais pas que certains étaient dans vomitory, je comprends mieux ces influences! J'avais bien aimé le précédent. A voir donc.
Orel Lion citer
Orel Lion
23/03/2017 08:24
Marrant, à côté d'un Vomitory je trouvais le premier album fade, et le morceau "Wherever They May Rot" sympathique mais sans grand plus... il faut que j'oubli complètement Vomitory pour réellement apprécié ce groupe je pense... c'est l'occasion avec ce 2nd album et ta chronique plutôt appétissante.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Cut Up
Death Brutal
2017 - Metal Blade Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines : (17)  7.61/10

plus d'infos sur
Cut Up
Cut Up
Death Brutal - 2015 - Suède
  

tracklist
01.   From Ear To Ear
02.   Necrophagic Madness
03.   Behead The Dead
04.   Wherever They May Rot
05.   Vermin Funeral
06.   By Hatred Bound
07.   Psychosurgery
08.   In The Aftermath
09.   Master Dissector
10.   Cranium Crusher
11.   Raped By The Blade

Durée : 38 minutes

line up
parution
24 Mars 2017

voir aussi
Cut Up
Cut Up
Forensic Nightmares

2015 - Metal Blade Records
  

Essayez aussi
Decaying Purity
Decaying Purity
Malignant Resurrection Of The Fallen Souls

2014 - Sevared Records
  
Savage Annihilation
Savage Annihilation
Quand S’abaisse La Croix Du Blasphème

2017 - Xenokorp
  
Sarpanitum
Sarpanitum
Blessed Be My Brothers

2015 - Willowtip Records
  
Cephalectomy
Cephalectomy
An Epitaph To Tranquility

2009 - Discorporate Music
  
Braced For Nails
Braced For Nails
Icons Above All Others

2010 - Sevared Records / Ossuary Industries
  

Blurr Thrower
Les Avatars Du Vide (EP)
Lire la chronique
At The Gates + Behemoth + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Horns
Czerń
Lire la chronique
Wolvennest
Void
Lire la chronique
Napalm Death
Nazi Punks Fuck Off (EP)
Lire la chronique
Cantique Lépreux
Paysages Polaires
Lire la chronique
Hexenbrett
Erste Beschwörung (EP)
Lire la chronique
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned...
Lire la chronique
Nyctophilia
Ad Mortem et Tenebrae
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Feral
Flesh For Funerals Eternal
Lire la chronique
Ossuarium
Living Tomb
Lire la chronique
AC/DC
Flick Of The Switch
Lire la chronique
PPCM #7 : Pour ce soir, tu mangeras les RESTES (VITAUX) !
Lire le podcast
Sunwheel
I Am the One
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Tomb Of The Mutilated
Lire la chronique
Obscenity
Summoning The Circle
Lire la chronique
Vetala
Retarded Necro Demential Hole
Lire la chronique
Psychotomy
Aphotik
Lire la chronique
Seigneur Voland
Consumatum Est (Compil.)
Lire la chronique
John Garcia
John Garcia and The Band Of...
Lire la chronique
Carnal Forge
Gun To Mouth Salvation
Lire la chronique
Monstrosity
The Passage Of Existence
Lire la chronique
Guðveiki
Vængför
Lire la chronique
Maniac
Ruthless (EP)
Lire la chronique
Lord Ketil
Long Lone Among the Wolves
Lire la chronique
Gortuary
Divine Indigenous Sacrament
Lire la chronique
Of Feather And Bone
Bestial Hymns Of Perversion
Lire la chronique
Create A Kill
Summoned To Rise
Lire la chronique
Embrace Of Thorns
Scorn Aesthetics
Lire la chronique