chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Skáphe - Skáphe²

Chronique

Skáphe Skáphe²
Débarquant en 2014 avec son nouveau projet Skáphe, rapidement suivi par la réalisation d'un premier album éponyme, le prolifique Alex Poole (Krieg, Esoterica ou encore Chaos Moon) créée quelque peu la surprise et remporte un petit succès underground. Il faut dire que notre homme y dévoile une facette beaucoup plus sombre et dérangeante, cristallisant – comme il sait si bien le faire – ses émotions par des atmosphères personnelles ainsi qu'une musique créatrice d'images. Paru uniquement en format cassette (et en digital) via Fallen Empire Records, ce longue-durée a été édité cette année en version vinyle – toujours via la même structure – coïncidant avec la sortie du second essai de la formation américaine intitulé Skáphe². Un titre plutôt sobre qui peut avoir différentes significations, deux pour deuxième album ou encore deux pour marquer l'arrivée de l'Islandais D.G. (Misþyrming, Naðra, 0 et Martröð) au sein du groupe. Car pour son retour en 2016 A.P. ne fait donc plus cavalier seul, suivant le même schéma de progression que Chaos Moon. Un choix qui, s'il peut laisser perplexe à première vue, va clairement se révéler payant une fois la galette lancée.


En effet, malgré ce changement de line-up ainsi que des titres plus « calibrés » (« II » ou encore « III ») ce dernier album se révèle être dès la première écoute le digne successeur de Skáphe. De l'artwork rouge et noir facilement reconnaissable de H.V Lyngdal (membre de Wormlust et Martröð) – vous renvoyant plus ici à l'horrifique japonais qu'au Scanners de Cronenberg des débuts – en passant par des sonorités toujours aussi cauchemardesques qu'abyssales, Alex Poole poursuit donc sa route dans les ténèbres. Pas de rupture donc mais une nette évolution permettant de sacraliser un peu plus les angoisses et de les retranscrire en musique. Prenant place au chant, D.G. vient renforcer le côté cyclopéen des compositions par ses vocaux à la fois graves et variés, bardés de réverbérations. De même la production plus massive et opaque ajoute au malaise notamment sur les parties plus rapides (comme sur « III ») où la saturation vous prend à la gorge. L'atmosphère développée par Skáphe est encore plus pesante et menaçante qu'auparavant, avec des cris ainsi que des plaintes sortant – par surprise – de ce maelström et vous pétrifiant d'effroi. D'ailleurs A.P. ne lâche jamais son étreinte grâce à des passages ambiancés (« V ») voir instrumentaux (« VI ») ne pouvant-être l’œuvre que d'un esprit dérangé. De bout en bout cette bande-son cauchemardesque vous perturbe, vous acculant dans les recoins les plus sombres de votre inconscient.


Skáphe² ne sera clairement pas une partie de plaisir avec ses plages sonores tant morbides que spatiales à la Ævangelist, délivrant ses secrets au compte-gouttes comme son prédécesseur. Mais aussi cryptique qu'oppressant soit-il, ce dernier arrive néanmoins à dérouler ses tentacules afin de vous prendre et vous entraîner dans l'abîme. Ce projet semble être en quelque sorte le frère siamois maléfique d'Esoterica, A.P. vomissant ses noires pensées durant ces 35 minutes. Vous retrouvez donc toujours cet aspect dissonant avec des notes qui s'étirent et tourbillonnent (cf. « II ») sans cesse, grignotant un peu plus l'espace. Cependant n'ayez crainte, les morceaux sont toujours – voire plus – intenses avec notamment un jeu de batterie très massif, vous faisant ployer en début d'album. Plus grouillant et mûri, ce dernier-né ne laisse aucun véritable temps mort, les nombreuses petites cassures ne faisant que donner du relief à l'ensemble. Développant son univers singulier, le désormais duo vous fait voyager au gré de ses humeurs d'un vortex grouillant – synonyme de « tabassage en règle » – aux confins insondables de l'univers par des ambiances certes plus éthérées mais gardant le côté angoissant. Vous ressentez ce changement de cap dès le morceau fleuve « IV » dont la première partie très cosmique et caressante vous met en confiance pour mieux vous tromper passer les 5:33. Tout s’enchaîne parfaitement avec le sibyllin « V » et ses échos spectraux ainsi que la longue conclusion des plus suffocantes venant achever le travail de destruction.


Cette dernière fait néanmoins le parallèle avec la piste sans titre clôturant Skáphe par une seconde partie plus brumeuse. Des petites touches instrumentales et aériennes qui font d'ailleurs un peu défaut sur ce second album, celles-ci apportant davantage de souffle ainsi qu'un aspect à la fois plus fragile et terrien. Deux mots annihilés par la formation, continuant son évolution et délivrant ici une œuvre inhumaine, informe mais paradoxalement parfaitement construite. Un bloc monolithique qu'il faut prendre dans son ensemble, vous faisant découvrir différentes formes de tortures auditives. Un bijou de sadisme !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Dysthymie citer
Dysthymie
05/03/2016 17:37
note: 8/10
C'est le ressenti que j'ai eu lors des écoutes de Skáphe au carré (après tant cela ne sera pas le cas pour d'autres). Et le fait qu'il soit plus jusqu'au-boutiste renforce aussi cette impression.
gulo gulo citer
gulo gulo
05/03/2016 16:25
note: 7/10
Pour faire le vétilleux, le titre voudrait dire Skáphe multiplié par Skáphe ^^
N'ayant pas écouté le premier, je ne saurais dire si celui-ci est plus carré que le précédent, en revanche.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Skáphe
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (3)  7.67/10
Webzines : (1)  7/10

plus d'infos sur
Skáphe
Skáphe
Black Metal - 2014 - Etats-Unis / Islande
  

formats
  • Vinyl / 2016 - Fallen Empire Records
  • Digital / 2016 - Autoproduction, I, Voidhanger Records
  • CD / 2016 - I, Voidhanger Records

écoutez
tracklist
I.
II.
III.
IV.
V.
VI.

Durée : 35 minutes

line up
parution
11 Mars 2016

voir aussi
Skáphe
Skáphe
Skáphe³

2020 - Iron Bonehead Productions / Vánagandr / Mystískaos
  
Skáphe
Skáphe
Untitled (EP)

2017 - Mystískaos
  

Essayez aussi
Setherial
Setherial
Ekpyrosis

2010 - Regain Records
  
Ende
Ende
Mörnöyr, bienvenue en terre du Diable

2020 - Obscure Abhorrence Productions
  
Hoth
Hoth
Oathbreaker

2014 - Autoproduction
  
Iskandr
Iskandr
Zon (EP)

2016 - Haeresis Noviomagi
  
Sacrificia Mortuorum
Sacrificia Mortuorum
Railler l'Hymen des Siècles

2012 - Apparitia Recordings
  

Hyperborée et Thulé ! Encore un thème Arisk ???
Lire le podcast
Coffin Rot
Reduced To Visceral Sludge ...
Lire la chronique
Nordjevel
Fenriir (EP)
Lire la chronique
Morbific
Ominous Seep Of Putridity
Lire la chronique
Werewolves
What a Time to Be Alive
Lire la chronique
Hideous Divinity
LV-426 (EP)
Lire la chronique
Indian
Slights and Abuse / The Syc...
Lire la chronique
Ildfar
Som vinden farer vil
Lire la chronique
Torche
Meanderthal
Lire la chronique
The Plague
Within Death
Lire la chronique
Baphomet
The Dead Shall Inherit
Lire la chronique
Zwiespalt
Distanz
Lire la chronique
Vanden Plas
Beyond Daylight
Lire la chronique
Antagonized
Intense perversion
Lire la chronique
Phantasmagore
Insurrection Or Submission ...
Lire la chronique
Sadistik Forest
Obscure Old Remains (EP)
Lire la chronique
Anthropophagous
Death Fugue
Lire la chronique
Odd Dimension
The Blue Dawn
Lire la chronique
Carnal Tomb
Festering Presence (EP)
Lire la chronique
Blacklisted
No One Deserves to Be Here ...
Lire la chronique
Sorcier Des Glaces
Un Monde de Glace et de Sang
Lire la chronique
Vallendusk
Heralds Of Strife
Lire la chronique
Midnight Betrothed
Dreamless
Lire la chronique
Shadowspawn
The Biology Of Disbelief
Lire la chronique
Jerry Cantrell
Boggy Depot
Lire la chronique
Vanden Plas
Far Off Grace
Lire la chronique
The Devil's Blood
The Time Of No Time Evermore
Lire la chronique
Grave Miasma
Abyss Of Wrathful Deities
Lire la chronique
Impaled Nazarene
Eight Headed Serpent
Lire la chronique
Gärgäntuäh
Dödenlicht (Démo)
Lire la chronique