chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
61 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Nimphaion - Quoth the Raven

Chronique

Nimphaion Quoth the Raven
Dans la fiche de présentation de NIMPHAION, sur le site du label russe More Hate Productions auquel je fais annuellement appel pour acheter les nouveautés de mes chouchous de HOLDAAR (devenu récemment REGNAT HORRENDUM) et MOONGATES GUARDIAN, le groupe se présente comme du black metal poétique, par et pour des amoureux de cet art littéraire. Passionné par les ambiances gothiques du 19ème siècle, il voue un culte à l’Américain Edgar Allan Poe et à son « romantisme décadent ». Quoi de plus beau que la « déception amoureuse » et la beauté de la désolation »... Il a alors pris les poèmes de son maître pour les mettre en musique. Les 4 membres de NIMPHAION sont alosr catégoriques : « Si vous aimez Poe, vous aimerez notre troisième album ! ».

Autrement dit, les Russes ne se sont pas cassés le cul à écrire des paroles personnelles, mais ils ont chouravé des poèmes ! Les fainéasses ! et en plus l’opération peut leur donenr un air érudit ! Non ? Pas d’accord ? Il faut saluer le travail fait pour mettre des écrits en chanson ? OK, ok, ok, on va accepter l’excuse, d’autant que ce n’est pas la première fois que ça se fait.

Par contre, le groupe ne donne pas plus d’informations sur sa fiche. Bah !? Pourquoi avoue-t-il avoir pris les paroles d’Edgar Alan Poe mais ne prend-il pas ne serait-ce qu’une ligne pour préciser que la musique et le timbre vocal c’est à CRADLE OF FILTH qu’il les a dérobés ? Tant qu’à être sincère, autant l’être jusqu’au bout. Parce que là, les ressemblances sautent vite aux oreilles. On ne peut que tiquer. C’est à un point où l’on se demande constamment aux premières écoutes jusqu’à quel point les Russes vont copier les Anglais. Et ça va vraiment loin. Le black sympho aux ambiances gothiques, avec les claviers qui viennent enrober le tout nous replongent dans l’univers de Dani Filth. Les voix. Les voix ! C’est troublant comme le souffle, la manière de déclamer, la superposition de plusieurs timbres peuvent être similaires. Bon, je ne vais pas être trop sévère sur ce point-là tout de même, parce que beaucoup de chanteurs ont tendance à se ressembler dans le black, donc là, ça ne ressemble pas à ce que fait tout le monde, mais à ce que fait Dani Filth...

Par contre, oui, on trouve par moment des différences avec CRADLE OF FILTH. Quelques riffs et mélodies qui flirtent avec le death mélodique... Ils ne font pas tache, et se glissent bien dans les 9 compositions douces à l’oreille. Autre par contre : il n’y a pas de vocaux féminins. Mais là, j’ai envie de dire dommage. Parce que du CRADLE OF FILTH sans chœur féminin, ça s’est déjà entendu, mais ça donne bien l’impression qu’il manque un élément important. Du coup, là, il manque quelque chose. On attend une demosielle qui ne vient jamais.

Mais ce qu’il manque le plus, ce sont des parties transcendantes. C’est devenu tellement difficile dans ce style de black qui a été pillé et repillé jusque mi 2000’s qu’on a du mal à être trop exigeant sur l’inspiration des composition, même les maîtres du genre rament un peu et n’atteignent plus l’excellence de fin 90’s, début 00’s. Quoth the Raven est donc sympa, sans plus. Terriblement mauvais si l’on a quelque chose contre le sympho, ou que l’on n’arrive pas à accepter la copie trop évidente...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Nimphaion
Black Metal Symphonique
2018 - More Hate Productions
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Nimphaion
Nimphaion
Black Metal Symphonique - 2001 - Russie
  

tracklist
01.   Welcome to the House of Usher
02.   The Conqueror Worm
03.   Lenore
04.   Valley of Unrest
05.   Raven
06.   The Sleeper
07.   Spirits of the Dead
08.   Annabel Lee
09.   A Dream Within a Dream

Durée : 53:40

line up
parution
13 Avril 2018

Essayez plutôt
Entropia Invictus
Entropia Invictus
Human Pantocrator

2017 - M&O Music
  
Dragonlord
Dragonlord
Rapture

2001 - Spitfire Records
  
Mörk Gryning
Mörk Gryning
Maelstrom Chaos

2001 - No Fashion Records
  
Dimmu Borgir
Dimmu Borgir
Enthrone Darkness Triumphant

1997 - Nuclear Blast Records
  
Abstrusa Unde
Abstrusa Unde
Introspection

2011 - Autoproduction
  

Stortregn pour l'album "Emptiness Fills The Void"
Lire l'interview
Albionic Hermeticism
Ancient Hermetic Purity
Lire la chronique
Primitive Man / Unearthly Trance
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Graven Maul
Crushed Skull Moon (EP)
Lire la chronique
Carnation
Chapel Of Abhorrence
Lire la chronique
Get The Shot
Infinite Punishment
Lire la chronique
Spaceslug
Eye The Tide
Lire la chronique
White Wizzard
Infernal Overdrive
Lire la chronique
Deafheaven
Ordinary Corrupt Human Love
Lire la chronique
Lofofora
L'épreuve du concert (Live)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
PPCM #1 - Faut être un peu pessimiste (Pessimist)
Lire le podcast
Mars Red Sky
Stranded in Arcadia
Lire la chronique
Beyond Carnage
Profane Sounds Of The Flesh...
Lire la chronique
Iskald
Innhøstinga
Lire la chronique
Regnat Horrendum
Heathenland
Lire la chronique
Diocletian + Fin + Funeral Desekrator
Lire le live report
Thou
Rhea Sylvia (EP)
Lire la chronique
Wombripper
From The Depths Of Flesh
Lire la chronique
Ozzy Osbourne
No More Tears
Lire la chronique
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique
Black Sabbath
13
Lire la chronique
Blood Of The Wolf
II: Campaign Of Extermination
Lire la chronique
MoM Poésique - Saor / "La Colline sentant les thyms"
Lire le podcast
Torture Rack
Malefic Humiliation
Lire la chronique
Black Howling
Return of Primordial Stillness
Lire la chronique
Isengard
Høstmørke
Lire la chronique
Devastatiön
Drink With The Devil (EP)
Lire la chronique
Mortem
Deinós Nekrómantis
Lire la chronique
Animals as Leaders
The Joy of Motion
Lire la chronique