chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
125 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Archgoat - The Luciferian Crown

Chronique

Archgoat The Luciferian Crown
Bon, on ne va pas se mentir, ce nouvel album d’Archgoat ressemble comme deux gouttes d’eau à n’importe quel autre album d’Archgoat. Le groupe qui célébrera l’année prochaine ses trente ans d’existence n’a jamais œuvré pour le renouveau de la scène Black Metal, ce n’est donc certainement pas aujourd’hui que cela va commencer.
Une fois de plus, tout y est. De ce fameux logo (qui a d’ailleurs retrouvé son rouge éclatant) à cet artwork blasphématoire signé une fois de plus des mains du Français Chris Moyen, nous sommes ici comme à la maison. Un manque total de surprise qui pourrait pousser l’auditeur à aborder ce quatrième album avec un brin de désinvolture voire même avec un certain désintérêt. Sauf qu’Archgoat fait du Archgoat et qu’il n’est pas du genre à décevoir.

Servi par une production absolument identique à celle de The Apocalyptic Triumphator, The Luciferian Crown se laisse le temps d’une courte introduction ("Intrantation") avant de rentrer plus sérieusement dans le vif du sujet. Passé ces vingt secondes sur fond de cloches et de voix démoniaque, Archgoat livre un premier titre tout ce qu’il y a de plus classique et en même temps assez surprenant. Si on retrouve évidemment tout ce qui fait le sel des Finlandais depuis près de trois décennies (séquences de blasts calées sur du riffs à trois notes répétés ad nauseam, breaks assassins taillés pour se rompre les cervicales, ralentissements particulièrement pesants, chœur religieux et autres samples représentés ici en nombre), on se laissera par contre agréablement surprendre par ces courts solos (oui, des solos sur Archgoat) plus mélodiques débarquant à 0:44 et 1:22. Certains crieront peut-être au scandale mais je leur trouve un feeling très floridien qui n’est évidemment pas pour me déplaire, bien au contraire. Sur "Jezebels Black Mass Orgy" calqué sur le même mode opératoire, on y entend cette fois un Lord Angelslayer y poser quelques lignes de chants en mode hyène démoniaque histoire de bien contraster avec son autre voix toujours aussi glaireuse et profond, véritable marque de fabrique pour Archgoat. Enfin, avec "Darkness Has Returned", les Finlandais viennent plus ou moins calmer le jeu le temps d’un titre particulièrement Punk. Entre ce riff hyper entêtant, presque trop guilleret, et cette batterie sautillante, Archgoat livre ici le morceau le plus surprenant de l’album et probablement l’un des plus léger de sa discographie. Comme quoi Archgoat est finalement tout à fait capable de nous surprendre sans pour autant trahir fondamentalement ce qu’il est, ce qu’il a été et ce qu’il sera toujours : un groupe de Black Metal primitif.

En dehors de ces quelques passages qui viennent effectivement apporter un soupçon de fraîcheur à une recette que l’on connaît déjà tous par cœur, Archgoat s’attelle à faire ce que l’on attend de lui, ni plus ni moins. Trente-cinq minutes d’un Black Metal toujours aussi profondément anti-chrétien, toujours aussi profondément bas du front, toujours aussi profondément ancré dans cette formule que les jumeaux Puolakanaho ont eux-mêmes inventé il y a près de trente ans. Ainsi, outre ces quelques titres mid-tempo ("Darkness Has Returned", "The Obsidian Flame (From My Depths)", "I Am Lucifer’s Temple") ou ces séquences moins tendues permettant également d’aérer à leur manière un album mené le plus souvent le couteau entre les dents ("Jesus Christ Father Of Lies" à 0:44, 1:22 et 2:47, "Jezebels Black Mass Orgy" à 1:17 et 2:57, "Sorcery And Doom" à 3:06, "Star Of Darkness And Abyss" à 2:01, "The Luciferian Crown (Venom Of God)" à 1:38), The Luciferian Crown est évidemment marqué par ces autres moments autrement plus coriaces. Et si les années passent, on ne peut pas dire que le groupe ait perdu ne serait-ce qu’une once de cette énergie, de cette intensité ou de cette efficacité qui l’ont toujours caractérisé. Des titres comme "Messiah Of Pigs" (ah ce sample de cochon que l’on crucifix), "Sorcery And Doom" ou "Star Of Darkness And Abyss" attestent sans grande difficulté de la bonne santé dans laquelle se trouve encore aujourd’hui le groupe finlandais.

Fidèle à cette image qu’il cultive depuis maintenant plusieurs décennies, Archgoat revient cette année avec un nouvel album suffisamment proche de ses prédécesseurs pour satisfaire sans heurt sa fanbase tout en prenant soin d’apporter tout de même à sa formule quelques idées que je trouve particulièrement bienvenues. D’ailleurs, la seule chose que l’on pourrait reprocher à ce nouvel album c’est de ne pas avoir réitérer ces quelques nouveautés sur plus de morceaux. Si le très Punk "Darkness Has Returned" n’est pas ce que je préfère d’Archgoat, les quelques solos mélodiques dispensés par Ritual Butcherer ainsi que cette voix de hyène que l’on peut entendre sur quelques passages de "Jezebels Black Mass Orgy" permettent d’entrevoir un Archgoat capable d’essayer des choses. Certes, on aurait aimé les voir approfondies davantage mais en l’état c’est déjà très bien. The Luciferian Crown est un disque qui à nouveau ne révolutionnera pas le genre mais qui laissera cependant à tous les amateurs d’Archgoat un sentiment de grande satisfaction passé son écoute.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Raziel citer
Raziel
04/10/2018 11:46
Efficace et maîtrisé.
Un bon Archgoat.
L'enchaînement sur le départ de Sorcery and Doom est une tuerie. Comme si un mur de chars apparaissait subitement dans une clairière fleurie.
Sim citer
Sim
03/10/2018 18:11
note: 7/10
Il est sympa c'est vrai, quand ça accélère avec la double c'est un autre niveau. Y a des morceaux peu mémorables (Darkness has Returned en tête) mais ça reste du Archgoat classique et efficace.
C'est cool de retrouver les cloches, les chœurs et les porcs.
fayfay citer
fayfay
03/10/2018 17:15
De toute manière, dans ce style, y'a Archgoat, et 20 km en dessous le reste du monde, qui bataille depuis trente ans pour leur arriver à la cheville.

C'est un podium a une place.
dantefever citer
dantefever
03/10/2018 16:27
Il bute cet album. J'ai aussi été un peu surpris par l'aparté punk, mais c'est bien plaisait finalement.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
03/10/2018 16:23
note: 8/10
Effectivement les finlandais se contentent de reprendre ce qui fait leur son et le charme depuis leurs débuts mais la recette est toujours aussi efficace. Un album de plus dans leur discographie qui ne changera pas la donne, mais qui reste toujours aussi impeccable et jouissif !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Archgoat
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (7)  7.29/10
Webzines : (7)  7.83/10

plus d'infos sur
Archgoat
Archgoat
Black Metal - 1989 - Finlande
  

tracklist
01.   Intrantation  (00:20)
02.   Jesus Christ Father Of Lies  (03:29)
03.   Jezebels Black Mass Orgy  (03:47)
04.   Messiah Of Pigs  (02:37)
05.   Darkness Has Returned  (03:16)
06.   Sorcery And Doom  (04:31)
07.   Star Of Darkness And Abyss  (04:28)
08.   The Obsidian Flame (From My Depths)  (04:41)
09.   The Luciferian Crown (Venom Of God)  (04:01)
10.   I Am Lucifer's Temple  (04:04)

Durée : 35:14

line up
parution
14 Septembre 2018

voir aussi
Archgoat
Archgoat
Whore Of Bethlehem

2006 - Hammer Of Hate Records
  
Archgoat
Archgoat
The Light-Devouring Darkness

2009 - Moribund Records
  
Archgoat
Archgoat
The Apocalyptic Triumphator

2015 - Debemur Morti Productions
  
Satanic Warmaster / Archgoat
Satanic Warmaster / Archgoat
Lux Satanae (Thirteen Hymns of Finnish Devil Worship) (Split 12")

2015 - Hells Headbangers Records
  

Essayez aussi
Slavia
Slavia
Strength And Vision

2007 - Drakkar Productions
  
Bathory
Bathory
Under The Sign Of The Black Mark

1987 - Under One Flag / New Renaissance Records
  
Bestia Arcana
Bestia Arcana
To Anabainon Ek Tes Abyssu

2011 - Daemon Worship Productions
  
Hoth
Hoth
Oathbreaker

2014 - Autoproduction
  
Antestor
Antestor
The Forsaken

2005 - Endtime Productions
  

Overkill
The Wings Of War
Lire la chronique
Croc Noir
Mort
Lire la chronique
Monarch!
Sabbat Noir (Rééd.)
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Flub
Flub
Lire la chronique
Griffon / Darkenhöld
Atra Musica (Split-CD)
Lire la chronique
Vircolac
Masque
Lire la chronique
This Gift Is A Curse
A Throne of Ash
Lire la chronique
Evohé
Deus Sive Natura
Lire la chronique
Dødheimsgard (DHG)
Satanic Art (Rééd.)
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique
Vein
Errorzone
Lire la chronique
Sargeist
Unbound
Lire la chronique
PPCM #18 - Possédé ou hors des tombes : le choix t'appartient !
Lire le podcast
Lice
Woe Betide You
Lire la chronique
Fetid
Steeping Corporeal Mess
Lire la chronique
Bewitcher
Under The Witching Cross
Lire la chronique
Nocturnus AD
Paradox
Lire la chronique
GOHRGONE pour l'album "In Oculis"
Lire l'interview
Idle Hands
Mana
Lire la chronique
Undergang / Gorephilia
Gorephilia / Undergang (Spl...
Lire la chronique
Towering
Obscuring Manifestation
Lire la chronique
Alice In Chains + Black Rebel Motorcycle Club
Lire le live report
Netherlands Deathfest IV
Lire le dossier
Peste Noire
Peste Noire - Split - Peste...
Lire la chronique
Gohrgone
In Oculis
Lire la chronique
K.F.R.
L'Enfer à sa source
Lire la chronique
Swarm
Division & Disharmony
Lire la chronique
Defecrator
Abortion of Humanity
Lire la chronique
Sabïre
Gates Ajar (EP)
Lire la chronique