chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
120 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Vargrav - Reign In Supreme Darkness

Chronique

Vargrav Reign In Supreme Darkness
Fin 2017, Vargrav marquait les esprits avec la sortie d’un premier album pour le moins inattendu qui allait remettre au goût du jour un genre tombé en désuétude depuis déjà quelques années : le Black Metal symphonique. Avril 2019, le one-man band finlandais signe son retour avec la sortie d’un deuxième album intitulé Reign In Supreme Darkness paru une nouvelle fois sur Werewolf Records. V-Khaoz nous ayant déjà fait le coup de la photo les pieds dans la neige à grand renfort de cuir, de clou et de maquillage, celui-ci va alors opter pour un artwork d’inspiration Necrolordienne signé des mains de l’artiste Chris Kiesling (Misanthropic Art). Le moins que l’on puisse dire c’est que le Finlandais continue de jouer la carte "rétro à fond, ne laissant absolument aucun doute quant à ses intentions.

Et pour le coup, j’imagine que c’est ce qui pousse peut-être involontairement les gens à dire que ce nouvel album n’est pas tout à fait à la hauteur de son prédécesseur. Un manque de surprise lié tout simplement au fait que l’on savait cette fois-ci pertinemment à quoi s’attendre avec Vargrav. Car se jouer avec autant de brio des codes d’un genre qui a connu son heure de gloire au milieu des années 90 et ce jusqu’au début des années 2000 à un moment les groupes de Black Metal sont pour la plupart versés dans d’autres registres a forcément beaucoup compté dans l’appréciation qu’on put avoir les gens de Netherstorm à sa sortie. Pour autant, faut-il effectivement considérer Reign In Supreme Darkness comme un album moins efficace et abouti que son prédécesseur, personnellement je n’en suis pas si sûr.

Si V-Khaoz s’est une fois de plus occupé de l’enregistrement de tout l’album, il a par contre confié le mixage et le mastering au studio Trollhorn Audio connu pour son travail avec des groupes tels que Satanic Warmaster, Mooncitadel, Sargeist, Perdition Winds ou Druadan Forest. C’est dans ce respect des traditions si cher à Henri Sorvali que Vargrav renoue avec une production toujours très typée "années 90" où chaque instrument concourt au développement d’atmosphères éthérées, pour ne pas dire carrément spatiales. Car outre le fait de remonter le temps et de renouer avec une époque aujourd’hui révolue (celle des Emperor, Limbonic Art et autres Dimmu Borgir), Reign In Supreme Darkness s’impose sans aucune difficulté comme une nouvelle invitation au voyage aux confins de l’Espace le plus froid et le plus sombre avec notamment ces nappes de synthétiseurs presque omniprésentes. Si celles-ci tombent parfois dans le ronflant avec notamment cette introduction très orchestrale certifiée 100% Michael Bay, le Finlandais réussi une fois de plus à trouver cet équilibre essentiel qui va ainsi permettre à l’auditeur de ne jamais subir ces sonorités symphoniques très marquées, presque surannées. Du côté des doléances, on notera un certain manque de puissance du côté du chant qui tend à le rendre trop effacé au détriment des autres instruments qui occupent alors l’essentiel de la place mis à disposition. Rien de bien préjudiciable mais avec une musique aussi majestueuse, une voix plus appuyée aurait sûrement apporté encore un peu plus de cachet à l’ensemble.
La structure des compositions sur ce nouvel album ne change pas non plus particulièrement puisque Reign In Supreme Darkness est un disque mené une fois de plus la tête dans le guidon à grands coups de séquences hypnotiques (cette batterie qui pilonne et blast le plus clair du temps) et de trémolos glacés typiquement scandinaves sur lesquels vont venir se poser ces nappes de synthétiseur grandiloquentes. D’ailleurs, à durée quasi-identique (quarante-deux minutes grosso modo) on constate que les morceaux sont ici souvent plus courts (cinq minutes en moyenne), témoignant en quelque sorte d’une envie d’aller à l’essentiel. Pour autant, Ville Pallonen n’est pas sans rompre avec ces fulgurances. Il le fait d’ailleurs parfois d’une manière troublante à travers de « longues » séquences d’ambiances samplées qui viennent couper certains titres en deux ("In Streams From Great Mysteries" de 3:36 à 4:04, "Arcane Stargazer" de 4:55 à 6:03) en donnant l’impression à l’auditeur que celui-ci est effectivement terminé. Sauf que ce n’est pas le cas. On notera également quelques passages en chant clair et autres séquences parlées ("The Glory Of Eternal Night" à 1:14, 2:38 et 3:37, "Dark Space Dominion" à 2:01) qui rappelleront parfois à certains les prestations d’ICS Vortex chez Dimmu Borgir.

Forcément beaucoup moins surprenant, ce deuxième album de Vargrav n’en reste pas moins excellent en ce qui me concerne. Il aurait pourtant été facile de se planter, même après ce premier succès, en grande partie parce V-Khaoz joue ici avec les codes d’un genre souvent décrié dans lequel certain groupes se sont allez à beaucoup trop de théâtralité pour ne pas être raillés. Mais le fait est que Reign In Supreme Darkness fait une fois plus étalage d’une maîtrise de l’ensemble de ces éléments. De ce clavier omniprésent et pourtant jamais envahissant à ces brèves incursions plus mélodiques en matière de chant, il y a toujours eu de quoi se casser la gueule. Pourtant, tout est rondement mené entre ces riffs froids et implacables, ces fulgurances rythmiques à vous donner mal au crâne, ces ambiances froides et spatiales, ce délicieux goût des nineties... Bref, comme dirait Oncle Ben’s, c’est toujours un succès.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

dantefever citer
dantefever
29/05/2019 10:40
Stockwel a écrit : dantefever a écrit : C'est limite du porno black metal ce truc, c'est incroyable ce que ça s'enfile tout seul ... C'est jamais très loin de devenir de la soupe, mais ça reste quand même à une bonne distance de la bouillie grâce au sens de la composition.

Par contre je pige pas pourquoi on le rapproche tant du premier Emperor, pour moi c'est bien plus proche d'un Evilfeast (en moins profond et superbe) ou d'un Limbonic Art (en moins grandiloquent)


Je le trouve très proche d'In the nightside Eclipse. Par exemple "as the shadows grow silent" ressemble énormément à "burning shadows of silence".Il y énormément de similitudes sur tout je trouve : l'ambiance, la prod, la voix, l'artwork...
Dans un genre similaire il y a Gardsghastr qui a sorti un album de sympho pas trop mal aussi cette année.


Je trouve qu'il lui ressemble seulement à première vue justement. Dans ITNE ce sont bien les guitares qui mènent la danse et qui portent les compos et les claviers sont là en soutien, ici c'est l'inverse, et c'est pour ça que Vargrav est du sympho là où Emperor sur ITNE n'est pas à mon sens, sympho.

Et même niveau atmosphères je trouve pas qu'on soit exactement dans le même monde, ITNE est bien plus occulte et tourmenté, assez haineux même, là où Vargrav est plus fantasy, plus "évasion" et moins "voyage intérieur".
Stockwel citer
Stockwel
28/05/2019 21:29
dantefever a écrit : C'est limite du porno black metal ce truc, c'est incroyable ce que ça s'enfile tout seul ... C'est jamais très loin de devenir de la soupe, mais ça reste quand même à une bonne distance de la bouillie grâce au sens de la composition.

Par contre je pige pas pourquoi on le rapproche tant du premier Emperor, pour moi c'est bien plus proche d'un Evilfeast (en moins profond et superbe) ou d'un Limbonic Art (en moins grandiloquent)


Je le trouve très proche d'In the nightside Eclipse. Par exemple "as the shadows grow silent" ressemble énormément à "burning shadows of silence".Il y énormément de similitudes sur tout je trouve : l'ambiance, la prod, la voix, l'artwork...
Dans un genre similaire il y a Gardsghastr qui a sorti un album de sympho pas trop mal aussi cette année.
uruk citer
uruk
28/05/2019 07:57
J'adore, je ne savais pas qu'il avait plutôt déçu ; dommage, mais ça ne m’étonne pas trop, finalement.
dantefever citer
dantefever
27/05/2019 15:46
C'est limite du porno black metal ce truc, c'est incroyable ce que ça s'enfile tout seul ... C'est jamais très loin de devenir de la soupe, mais ça reste quand même à une bonne distance de la bouillie grâce au sens de la composition.

Par contre je pige pas pourquoi on le rapproche tant du premier Emperor, pour moi c'est bien plus proche d'un Evilfeast (en moins profond et superbe) ou d'un Limbonic Art (en moins grandiloquent)
Jean-Clint citer
Jean-Clint
27/05/2019 15:32
note: 8/10
J’adore ta phrase de conclusion Clin d'oeil Sérieusement encore une fois le finlandais réussi un super boulot où le grandiloquent et le symphonique s’entrechoquent avec brio, et sans jamais tomber dans le pompeux ou le kitch. Je le trouve personnellement plus abouti que son prédécesseur qui avait un peu tendance à s’éterniser sur certains passages, mais rien de ça aujourd’hui ça va à l’essentiel et c’est finalement ce qui lui sied le mieux. En tout cas on voit que le mec a un vrai talent, et que la réussite de son premier album n’était pas un accident, du beau travail qui ne révolutionne rien mais qui fait faire un voyage agréable dans le passé, à la grande époque de ce genre qu’on croyait définitivement révolue.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Vargrav
Black Metal
2019 - Werewolf Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (5)  8.3/10
Webzines : (3)  7.17/10

plus d'infos sur
Vargrav
Vargrav
Black Metal - 2011 - Finlande
  

tracklist
01.   Intro - Et In Profundis Mysteriis Operta  (02:19)
02.   The Glory Of Eternal Night  (05:42)
03.   Dark Space Dominion  (04:32)
04.   In Streams From Great Mysteries  (05:51)
05.   As The Shadows Grow Silent  (04:37)
06.   Crowned By Demonstorms  (05:21)
07.   Godless Pandemonium  (05:14)
08.   Arcane Stargazer  (08:11)

Durée : 41:47

line up
  • V-KhaoZ / Chant, Guitare, Basse, Batterie

parution
26 Avril 2019

voir aussi
Vargrav
Vargrav
Netherstorm

2017 - Werewolf Records
  

Essayez aussi
Darkenhöld
Darkenhöld
Memoria Sylvarum

2017 - Indépendant
  
Darvaza
Darvaza
Darkness In Turmoil (EP)

2018 - Terratur Possessions
  
Drudkh
Drudkh
Blood In Our Wells

2006 - Supernal Music
  
Totenmesse
Totenmesse
To

2018 - Pagan Records
  
Stahlsarg
Stahlsarg
Mechanisms Of Misanthropy

2017 - Non Serviam Records
  

Damnation Defaced
The Devourer
Lire la chronique
Malum
Legion
Lire la chronique
ALL #1 - L'histoire conceptuelle de l'album "Hypertrace"
Lire le podcast
METAL MEAN FESTIVAL XV - 2019
Asphyx + Au-Dessus + Bloodb...
Lire le live report
Kaltfront
Feuernacht
Lire la chronique
Morbid Illusion
In the Crypt of the Stifled
Lire la chronique
Detherous
Hacked To Death
Lire la chronique
ShadowStrike
Legends of Human Spirit
Lire la chronique
Oranssi Pazuzu
Kevät / Värimyrsky (EP)
Lire la chronique
Shit Life
Reign In Bud
Lire la chronique
State Faults
Resonate/Desperate
Lire la chronique
Ebola
III
Lire la chronique
Rogga Johansson
Entrance To The Otherwhere
Lire la chronique
Black Majesty
Seventh Kingdom of Edom (EP)
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
Ravenzang
Uit een duister verleden
Lire la chronique
DISOWNING pour l'album "Human Cattle"
Lire l'interview
Cerebral Rot
Odious Descent Into Decay
Lire la chronique
Hate
Auric Gates Of Veles
Lire la chronique
Shape Of Despair
Shades Of...
Lire la chronique
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast
PPCM #21 - Ces ALBUMS que JE NE DEVAIS PAS AIMER
Lire le podcast
Destruction
Born To Perish
Lire la chronique
Metal Church
Damned If You Do
Lire la chronique
Gestapo 666
Satanic Shariah
Lire la chronique
Memoriam
Requiem For Mankind
Lire la chronique
Beheaded
Only Death Can Save You
Lire la chronique
Epitaphe
I
Lire la chronique
Burial Remains
Trinity Of Deception
Lire la chronique