chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Revulsion - Revulsion

Chronique

Revulsion Revulsion
Au risque de radoter encore une fois on ne peut qu'être ébahi par la vitalité et la qualité de la scène extrême venue de Finlande ces dernières années, tant celle-ci a su se faire une place de choix parmi les toutes meilleures de la planète (où vieux briscards et jeunes loups se côtoient avec le même talent), tout en voyant encore régulièrement émerger de nouveaux noms, à l'instar de ce quintet qui aura mis du temps à sortir son premier opus. En effet malgré quinze ans d'ancienneté celui-ci n'a été que très peu productif enregistrant coup sur coup Démo et Ep en 2010 et 2011, avant de disparaître durant cinq ans le temps de revenir pour un single et de se faire à nouveau discret pendant encore quatre années supplémentaires, afin de mettre en boîte cet album et de signer chez l'excellent Transcending Obscurity, un signe qui ne trompe pas quant à l'accroche de l'objet. On a l'habitude effectivement de n'être jamais déçu du catalogue du label basé à Mumbai et là-encore son fondateur a eu le nez creux tant le groupe signe un Metal de la mort sobre et sans fioritures, mais particulièrement efficace dans son écriture qui va à l'essentiel et montre que ses géniteurs ont finalement bien fait de prendre leur temps avant de l’enregistrer.

Car sous ses airs bas du front et direct la musique la musique du combo va s’avérer plus dense et travaillée que de prime abord, il faut dire que l’ouverture sous le nom de « Last Echoes Of Life » montre un Brutal Death ultra-classique et sans concessions où blasts déchainés, parties rapides à la double pédale et passages plus lents sont de sortie et ne cessent de se mélanger en continu. Si le rendu est basique et bien foutu (à défaut d’être marquant) on va s’apercevoir dès la plage suivante que les nordiques savent faire autre chose que de tabasser en permanence et jouer sur la vitesse la plus élevée, chose qui apparaît dès la composition suivante via le remuant « Pyre » au groove prononcé et au mid-tempo propice au headbanging entre deux rasades d’explosivité et de riffing affûté. Si sur cette plage les Finlandais ont levé le pied et montrés qu’ils arrivaient à rester cohérents en ralentissant l’allure ce constat va se confirmer par la suite, tout d’abord avec le rampant et varié « Walls » à la durée idéale (vu que les gars ne s’éternisent que rarement sur la longueur) ou le Doomesque et glacial « Mustaa Hiiltä », à l’ambiance glauque et putride qui donne une sensation de solitude absolue. Embarqué ici à l’aveugle dans l’obscurité des forêts locales en plein cœur de l’hiver l’auditeur trouvera ici un bridage total (tant la vitesse y absente), permettant de fait de créer une plage gelée où la violence et la peur apparaissent sous une autre forme, toujours aussi agréable à l’oreille.

Si cette première partie se montre réussie à défaut d’être marquante la seconde va quant à elle donner un peu l’impression d’être en pilotage automatique la faute à des plans assez similaires à la batterie, une série de riffs relativement identiques, et aussi l’absence totale de solos sur ce disque qui finit par se faire sentir à la longue. Néanmoins cela passe encore assez bien sur les variés « Lihaan Sidottu Kirja » et « Wastelands » qui proposent un mélange intéressant (sans pour autant faire sauter au plafond) de ce que savent faire ses géniteurs de manière propre et professionnelle, sans forcément être mémorable. Cependant tout cela reste quand même bien exécuté et accrocheur comme le très bon « Unravel » (qui laisse la part belle aux longs passages instrumentaux pour s’exprimer), ou encore le relativement accessible « Silence » à l’homogénéité sans failles. Et histoire de terminer tout cela de très bonne façon les petits gars d’Ostrobotnie du Nord nous balancent leur titre le plus court (« Pawns » et ses deux minutes montre en main) où la fureur et l’ultra-violence sont de rigueur, avant de malheureusement clôturer sur l’inutile et plan-plan « Viimeinen Rituaali » qui ne décolle jamais et se montre ennuyeux en recyclant les mêmes recettes de façon moins inspirée.

Du coup sans atteindre des sommets l’ensemble malgré ses erreurs et défauts reste quand même assez réussi et agréable, de par un certain feeling de chacun des musiciens qui dévoilent une palette de jeu intéressante et professionnelle, privilégiant l’efficacité à la technique excessive. Si on aurait aimé un peu plus de folie et d’inventivité (vu que ça reste très standardisé et froid) on est quand même en présence d’une entité intéressante et au potentiel qui ne demande qu’à se développer avec un soupçon de maturité supplémentaire. Néanmoins les gars devront en faire plus à l’avenir et surtout trouver une vraie identité s’ils veulent grimper dans la hiérarchie, vu que ce qu’ils proposent reste aujourd’hui un peu juste pour captiver au-delà d’un cercle restreint d’initiés et de puristes fanatiques.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Revulsion
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  6.84/10

plus d'infos sur
Revulsion
Revulsion
Death Metal - 2005 - Finlande
  

tracklist
01.   Last Echoes Of Life
02.   Pyre
03.   Walls
04.   Mustaa Hiiltä
05.   Lihaan Sidottu Kirja
06.   Wastelands
07.   Unravel
08.   Silence
09.   Pawns
10.   Viimeinen Rituaali

Durée : 37 minutes

line up
parution
5 Février 2021

Essayez aussi
Cadaveric Fumes
Cadaveric Fumes
Macabre Exaltation (Démo)

2012 - Impious Desecration Records
  
Bloodbath
Bloodbath
Unblessing The Purity (MCD)

2008 - Peaceville Records
  
Infestment
Infestment
Human Altar (Démo)

2020 - Maggot Stomp Records
  
Ritual Necromancy
Ritual Necromancy
Void Manifest (EP)

2014 - Dark Descent Records
  
Ignivomous
Ignivomous
Death Transmutation

2009 - Nuclear War Now! Productions
  

Dream Theater
Dream Theater
Lire la chronique
Aria
Blood for Blood
Lire la chronique
The Crown
Royal Destroyer
Lire la chronique
Totengott
The Abyss
Lire la chronique
Totengott
Doppelgänger
Lire la chronique
Scald
There Flies Our Wail! (EP)
Lire la chronique
Los Males Del Mundo
Descent Towards Death
Lire la chronique
Astrofaes
The Attraction : Heavens & ...
Lire la chronique
Enforced
Kill Grid
Lire la chronique
Monte Penumbra
As Blades in the Firmament
Lire la chronique
Possessed
The Demo-nic boxset (Compil.)
Lire la chronique
Engulfed
Vengeance of the Fallen (EP)
Lire la chronique
Torn Fabriks
Mind Consumption (EP)
Lire la chronique
Mäleficentt
Night Of Eternal Darkness
Lire la chronique
Last Days Of Humanity
Horrific Compositions of De...
Lire la chronique
Celestial Sanctuary
Mass Extinction (Démo)
Lire la chronique
La génèse de Simulacrum
Lire l'interview
Leprophiliac
Necrosis
Lire la chronique
Seide
Auakistla
Lire la chronique
Abyssal Vacuum
MMXX (EP)
Lire la chronique
Meuchelmord
Mordmelodien
Lire la chronique
Authorize
The Source Of Dominion
Lire la chronique
Alkerdeel
Slonk
Lire la chronique
Primus
Sailing the Seas of Cheese
Lire la chronique
Dream Theater
A Dramatic Turn of Events
Lire la chronique
Sinira
The Everlorn
Lire la chronique
Aria
Playing With Fire
Lire la chronique
Cathedral
The Ethereal Mirror
Lire la chronique
Witches Hammer
Damnation Is My Salvation
Lire la chronique
Lamp Of Murmuur
Heir Of Ecliptical Romanticism
Lire la chronique