chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
154 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Esoteric - The Maniacal Vale

Chronique

Esoteric The Maniacal Vale
Oui, elle n'arrive que maintenant, la chronique du dernier Esoteric ; en plus, j'ai eu l'album avant tout le monde, mais non, j'avais pas envie. Ceci dit quitte à éternellement prêcher dans le désert, autant que cela soit pour une bonne raison. Car cela aurait été dommage de ne pas évoquer sur thrasho la dernière infliction d'Esoteric, groupe définitivement unique en son genre ; le doom extrême, celui qui ne fait aucune concession, celui qui émerveille et qui torture. Bienvenue dans The Maniacal Vale, pays où la folie et l'horreur côtoie l'ataraxie (l'état d'esprit, pas le groupe) et l'apaisement.

Toujours signé sur la grosse cylindrée Seasons Of Mist qui leur a permis en 2004, lors de la sortie de Subconscious Dissolution Into The Continuum, d'obtenir une diffusion plus large (et carrément méritée), Esoteric réussi un exercice pourtant difficile : arriver à enrichir encore plus sa musique tout en la rendant plus facile d'accès. Effectivement, ce n'est pas une mince affaire que de saisir toute la teneur d'un album d'Esoteric. Et difficile d'accès, Subconcious Dissolution… l'était. The Maniacal Vale reprend la richesse et le travail qui faisait cette complexité, mais je ne sais pas pourquoi, il m'a fallu moins de temps pour rentrer dedans que tous les albums précédents.

Esoteric évolue, sa musique se fait plus mélodique, moins dur avec l'auditeur. Cependant il revient à son format d'album fleuve sur 2 disques et des titres de 20 minutes présentant quelques accélérations (comme sur les 2 premiers albums mais j'y reviendrai). Retour également à un artwork psychédélique (signé Katy Astraeir, qui en plus fait de bons boulots) avec un petit plus : de la couleur ! (« - de la quoi ??!). La production très puissante et un son d'une qualité optimale, des compositions à tiroirs tapant dans tous les registres et tout connement le génie des musiciens font de ce Maniacal Vale une véritable bombe.

Il représente en quelque sorte toute les facettes d'un esprit tourmenté, dans ses phases les plus noires comme les plus lumineuses (ou moins pessimiste). C'est le genre de disque où chaque titre est un monde, une représentation mentale à part entière. Chaque morceau se perçoit comme un immense paysage, un espace où l'on assiste, impuissant, à un gigantesque cataclysme de sentiments, de souvenirs, d'états d'esprits et d'émotions paradoxales et variées. L'album s'encaisse pourtant facilement, mais il laisse à terre et bouleverse.

Circle débute, et déjà une première chose : l'atmosphère est chaleureuse, apaisante, assimilable à la vision troublée d'une mer de nuages ; le doom d'Esoteric coule de source, est toujours aussi lent et lourd, mais se ressent et se vit. Le son est énorme, la voix un peu mise en avant, mais la musique croule toujours sous de nombreux effets de réverbération et de Delay, d'où cette ambiance psyché terriblement planante, presque céleste (divine, majestueuses, on peut y aller, en qualificatifs…). Si la particularité d'Esoteric était d'avoir des ambiances si différentes selon les titres, désormais, chaque morceau enchaîne les moments les plus douloureux et les plus contemplatifs avec une cohérence à rendre complètement schizophrène.

Quickening s'ouvre sur la mélodie la plus atroce que j'ai pu entendre. Pas qu'elle soit inécoutable, mais le son du synthé et la tristesse de la mélodie sont très perturbant. La musique monte lentement et douloureusement en puissance, toujours énormément d'effets. La teneur du morceau se fait de plus en plus tragique et solennel, la douleur et l'horreur mentale sont au plus bas. Mais le morceau nous prend à contre-pied, car il se termine sur un riff hyper mélodique d'une beauté jamais atteinte, apportant la dose de lumière à l'un des morceaux les plus noirs. Le pire c'est qu'Esoteric remet cela sur Silence, morceau le plus lent de l'album (c'est dire…) dans lequel l'esprit voyage d'un paysage majestueux à un autre.

C'est le morceau Ignotum Per Ignotius qui clôture l'album ; lente montée en puissance éthérée enchaînant notes en son clair et riffs mystérieux, pour terminer par un final totalement apocalyptique. Je n'en dirai pas plus.

Mais The Maniacal Vale présente malheureusement un petit défaut. Le titre Caucus Of Mind, trop rude, qui tranche trop avec le reste de l'album, d'autant plus que l'accélération death est anecdotique. Mais pour 7 minutes sur 1h40, je veux bien arrêter le disque à Quickening.

On pourrait déblatérer pendant des heures, prendre chaque titre, le décortiquer, et encore, au bout de quelques années, je doute qu'on arrive à tout dire que ce qui se passe dans The Maniacal Vale. Esoteric a frappé très fort avec cet album cataclysmique, envoûtant, le genre d'album si immersif et puissant qu'il marquera je l'espère le petit monde du doom extrême. S'il marque l'esprit de quelques personne qui y verront ce qu'elles voudront, ce sera déjà pas si mal.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

just gnu it citer
just gnu it
03/12/2008 11:06
J'aime pas le format double CD. Voilà.

Mr Green

Non, ceci dit, l'extrait est magnifique, je m'y sens plus sollicité que sur SDITC (le seul que j'ai du groupe). Chronique très allèchante, un prochain achat sûrement.
Chri$ citer
Chri$
03/12/2008 09:58
Christliar a écrit : Ceci dit quitte à éternellement prêcher dans le désert, autant que cela soit pour une bonne raison!

faut arreter de dire ça, tu as déjà 4 commentaires c'est une bonne moyenne! le 3 decembre, pour du DOOM sur thrasho, VOTEZ! Headbang
Dead citer
Dead
03/12/2008 09:06
Bonne chronique qui avec le mp3 en fond donne vraiment envie !
Worthless citer
Worthless
03/12/2008 08:43
note: 10/10
Un des albums de l'année aussi pour ma part, notamment pour cette dualité que tu évoques fort bien Chris.
Yz citer
Yz
02/12/2008 23:08
note: 9/10
J'ai du mal à rester concentrer jusqu'à la fin de l'album mais en tout cas le morceau "Circle" est assez "terrifiant". Un des rares album de Doom que j'ai écouté cette année mais quel album!
Múthjs_K citer
Múthjs_K
02/12/2008 22:17
Album de l'année en ce qui me concerne. Tellement massif et beau. Personnellement, j'adore Caucus of Mind, qui termine justement le premier disque de manière agressive.

Esoteric ou la carrière sans faute jusqu'à présent !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Esoteric
Doom extrême
2008 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (13)  8.85/10
Webzines : (24)  8.74/10

plus d'infos sur
Esoteric
Esoteric
Funeral Doom - 1992 - Royaume-Uni
  

tracklist
CD 1
01.   Circle
02.   Beneath This Face
03.   Quickening
04.   Caucus Of Mind

CD 2
05.   Silence
06.   The Order Of Destiny
07.   Ignotum Per Ignotius

Durée : 1h40

line up
parution
29 Mai 2008

voir aussi
Esoteric
Esoteric
A Pyrrhic Existence

2019 - Season Of Mist
  
Esoteric
Esoteric
Paragon Of Dissonance

2011 - Season Of Mist
  
Esoteric
Esoteric
Subconscious Dissolution into the Continuum

2004 - Season Of Mist
  

Essayez aussi
Dragged Into Sunlight
Dragged Into Sunlight
Hatred For Mankind

2011 - Prosthetic Records
  
Ataraxie
Ataraxie
Résignés

2019 - Weird Truth Productions / Deadlight Entertainment / Xenokorp
  
Funeralium
Funeralium
Deceived Idealism

2013 - Ostra Records / Weird Truth
  
Ataraxie
Ataraxie
L’Être et la Nausée

2013 - Weird Truth Productions
  
With The Dead
With The Dead
Love from with the Dead

2017 - Rise Above Records
  

Wyrd
Vandraren
Lire la chronique
Graveland
Hour of Ragnarok
Lire la chronique
Lymphatic Phlegm
Pathogenesis Infest Phlegms...
Lire la chronique
Fleshdriver
Leech (EP)
Lire la chronique
Aborted
Maniacult
Lire la chronique
Haken
The Mountain
Lire la chronique
Chamber Of Unlight
Realm Of The Night
Lire la chronique
10 Code
Ride
Lire la chronique
Abandon
When It Falls Apart
Lire la chronique
Witch Vomit
Abhorrent Rapture (EP)
Lire la chronique
Malevolent Creation
Dead Man's Path
Lire la chronique
Árstíðir lífsins
Saga á tveim tungum II: Eig...
Lire la chronique
Archgoat
Heavenly Vulva (Christ's La...
Lire la chronique
Mr. Bungle
Mr. Bungle
Lire la chronique
Thy Light
Thy Light (EP)
Lire la chronique
Civerous
The Expedition Of Illness (...
Lire la chronique
Sacrifixion
Shower Me In Death (EP)
Lire la chronique
Vanden Plas
Christ Φ
Lire la chronique
Mourning Beloveth
Dust
Lire la chronique
French Black Metal : Les nouveaux sont-ils à la HAUTEUR ?
Lire le podcast
16
Blaze of Incompetence
Lire la chronique
Ungfell
Es Grauet
Lire la chronique
Revenant Marquis
Below The Landsker Line
Lire la chronique
Pa Vesh En
Maniac Manifest
Lire la chronique
Rixe
Collection (Compil.)
Lire la chronique
Ashen
Godless Oath (EP)
Lire la chronique
Sermon Of Flames
I Have Seen The Light, And ...
Lire la chronique
Caverne
La Fin De Tous Les Chants
Lire la chronique
Turn Cold
Break Your Faith (EP)
Lire la chronique
Kirottu
Deity Embers
Lire la chronique