chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
131 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Dies Ater - Hunger For Life

Chronique

Dies Ater Hunger For Life
Dies Ater… Attendez, ça me revient. Un groupe de black metal plutôt bigarré et accrocheur qui m’avait beaucoup plu en 2007 (ah ce hit « Die Gewissheit Zu Siegen » !) lors de la sortie de son quatrième album Odium's Spring (figurant d’ailleurs dans mon bilan de cette année là). Après quoi silence radio. Les Allemands se sépareront en 2009 suite au départ du frontman N.T. puis se reformeront finalement un an plus tard lors de son retour. Ebonizer quitte le groupe, Torgrim passe alors à la guitare lead et laisse sa basse à un certain Johannes Trosch. Dies Ater n’en est pas à ses premiers tourments, outre les soucis de line-up depuis 1994, il devra une nouvelle fois subir les galères de label (après Last Episode), Twilight-Vertrieb n’étant plus. La bande de Berlin se tournera vers Obscure Abhorrence Productions. Comme à son habitude, Dies Ater ira retrouver le producteur notoire Andy Classen (Belphegor, Dew-Scented, Krisiun, Legion Of The Damned…) dans son studio et peaufinera son artwork classieux à souhait.

Malgré une image de groupe clairement typée (« corpse paint » et surnoms démoniaques de sortie), Odium's Spring était assez difficile à classer, Dies Ater prenant un malin plaisir à piocher à tous les râteliers (du gothique au black metal en passant par le doom ou le brutal death/black). Un métissage osé (tout le charme du brûlot) sous une dominante « agressive » mais manquant encore de maîtrise. Cette fois les Allemands reviennent à leurs débuts, en proposant une musique nettement plus sobre et d’avantage tournée vers le travail d’ambiance aux teintes noires et dépressives. Toujours fortement imprégné d’un black metal scandinave, le black/death poilu d’Odium's Spring (blasts mitrailleurs de la « brutasse » Impurus, que l’on retrouve non sans joie sur « Dies Ater » ou « Burn A Fire ») s’efface ainsi peu à peu au profit d’un black metal symphonique à l’ambiance mystique (forts relents d’un Gehenna). Le socle fortement mélodique et épique sous un tempo endiablé demeure intact. Le trio d’ouverture imparable « Blutpfad » (mélodies à profusion) / « Dies Ater » (le tremolo fatal à 3:03) / « Hunger For Life » (au riff leitmotiv enivrant) accrochera les esgourdes dès la première écoute. Rien de révolutionnaire il est vrai mais une efficacité des plus remarquables (sous une production atomique) qui ne tombe jamais dans la facilité.

Dies Ater confirme une nouvelle fois son talent de composition. Les Allemands ne respectent aucun schéma binaire, n’hésitant pas à placer des breaks impromptus sur des morceaux plus « directs ». Mais c’est surtout la deuxième moitié de Hunger For Life qui surprendra. Le clavier d’Ole C. n’est désormais plus masqué par les salves de riffs et de matraquage de fûts, il peut enfin délivrer ses nappes ésotériques. « Banisher In Times Of Light » (malgré un faux départ) ou « Branded With A Cross » (l’introduction transpirant la noirceur d’un Diabolicum) démontrent une musique tout autre, presque méconnaissable. Toujours autant accrocheuse, elle perd en intensité et surélève une atmosphère lugubre et inquiétante. Les vers criards et gutturaux (allemands et anglais) poignants alternés entre les deux guitaristes et ponctués par quelques lignes claires (« Burn A Fire ») jouent en la faveur. Quelques samples agrémenteront cela, les fameux enregistrements de l’exorcisme d’Anneliese Michel (l’introduction d’ « Hunger For Life » ou la fin de « Edge To Oblivion » sont assez jouissives dans le genre) ou de Charles Manson (« Branded With A Cross », l’interview utilisé par un nombre incalculable de groupes). Les instrumentales « Edge To Oblivion » (indus/ambiant frissonnant) ou la symphonique (et magnifique) « Funeral March », reprise du compositeur baroque britannique Henry Purcell (XVIIème siècle) rendue célèbre par « Orange Mécanique » (la mythique ouverture du film au synthé de Walter Carlos) enfonceront inéluctablement le clou. Captivant.

L’aura black metal scandinave des années 90 est bien palpable, une atmosphère glaciale (parfois même dérangeante) ainsi que des riffs mélodiques redoutables. Une balance qui permet à Hunger For Life de capter toute l’attention de son auditoire assez rapidement et de le satisfaire pendant près de 45 minutes par sa richesse et ses émotions. Plutôt rare à cette époque aux sorties blasantes. Le retour de Dies Ater n’a rien d’anecdotique. Une des galettes majeures de 2012.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
Nightwanderer
21/09/2012 16:53
J'ai fait acquisition de l'album et je le trouve également très réussi. Un groupe méconnu et mésestimé selon moi qui pratique un black mélodique et sympho inspiré et riche en atmosphères sombre tout en étant très dynamique et pas mièvre pour un sous.
Le Digi media book qui est bien classe est limité à 500 exemplaire sur la distro du label.
Seul bémol, la dernière piste qui n'est pas à l'excellent niveau du reste de l'album.
Sakrifiss citer
Sakrifiss
13/09/2012 16:04
Et bien, tu me fais très envie en étant si flatteur envers ce nouvel album. Sur la liste d'achats du coup !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dies Ater
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (2)  7.9/10

plus d'infos sur
Dies Ater
Dies Ater
Black Metal - 1994 † 2014 - Allemagne
  

vidéos
Hunger For Life
Hunger For Life
Dies Ater

Extrait de "Hunger For Life"
  

tracklist
01.   Autumnus XCIV
02.   Blutpfad
03.   Dies Ater
04.   Hunger for Life
05.   Banisher in Times of Light
06.   Branded With a Cross
07.   Edge to Oblivion
08.   Funeral March
09.   Burn a Fire

Durée : 47:02

line up
parution
8 Août 2012

voir aussi
Dies Ater
Dies Ater
Odium's Spring

2007 - Twilight-Vertrieb
  

Essayez aussi
Sargeist
Sargeist
Satanic Black Devotion

2003 - Moribund Records
  
Gorgoroth
Gorgoroth
Under The Sign Of Hell

1997 - Malicious Records
  
Iskandr
Iskandr
Zon (EP)

2016 - Haeresis Noviomagi
  
Tümëur
Tümëur
Gangrène

2015 - Les Créations Clandestines
  
Behemoth
Behemoth
I Loved You at Your Darkest

2018 - Mystic Production
  

HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique
The Lord Weird Slough Feg
New Organon
Lire la chronique
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Flamen
Furor Lunae
Lire la chronique
Grylle
Les Grandes Compagnies
Lire la chronique