chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
84 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Sulphur Aeon - Swallowed By The Ocean's Tide

Chronique

Sulphur Aeon Swallowed By The Ocean's Tide
« Hideuse contradiction de toutes les lois de la matière et de l’ordre cosmique » (H.P Lovecraft), le monstre titanesque à tête de pieuvre, Cthulhu, sommeille dans la ville engloutie de R'lyeh. Le groupe allemand Sulphur Aeon osera réveiller la divinité bannie. Formé il y a peu (2010), ce trio compte dans ses rangs deux membres de December Flower (guitariste et batteur), alors forcément lorsque les géniteurs de When All Life Ends… (une des découvertes majeures de 2011 pour ma part) remettent le couvert, je saute sur l’occasion. Sulphur Aeon aura sorti une démo puis un EP en début d’année (Deep Deep Down They Sleep), c’est le label teuton F.D.A. Rekotz qui s’occupera de la distribution de ce Swallowed By The Ocean's Tide (Imperium Productions pour la version vinyle).

« Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn », l’introduction « Cthulhu Rites » démarre l’incantation. La bête sort de sa léthargie. Plutôt sceptique sur un énième groupe metal reprenant le thème du « Cthulhu », Sulphur Aeon est pourtant l’un de ceux utilisant au mieux l’imaginaire de Lovecraft. L’artwork somptueux (à tomber par terre) d’Ola Larsson (Disma, King Of Asgard, Thy Primordial) interpelle sans avoir mis l’album en platine, il ne pouvait pas mieux présenter la musique de ce Swallowed By The Ocean's Tide. Tel un commandant Cousteau adepte de musiques extrêmes, c’est un périple de 45 minutes dans les profonds abysses du Pacifique Sud (« Death Metal from the lungs of the deepest sea ») au côté de cette « montagne » en mouvement, le Cthulhu. Pour décrire cette monstrueuse corpulence, un bloc sonore monolithique. Une production massive limite étouffante, au mixage mettant les potards au maximum pour chaque instrument et voix. Un mur du son dévoilant un savoureux mélange entre death blasphématoire US (Incantation en tête de liste), death old school de Stockholm et les débuts glacial du death/black mélodique suédois de la première moitié des années 90. Des plus alléchant donc.

Contrairement à des groupes similaires récents (la coqueluche Disma) peut-être trop « doomy » pour certains, Sulphur Aeon met ainsi de côté à prime abord quelconque subtilité pour nous annihiler les tympans tout le long. Un chaos jouissif porté par le batteur « brutasse » (les accélérations dantesques de « Where Black Ships Sail ou l’uppercut « Monolithic ») Daniel Dickmann qui avait déjà su démontrer ses talents dans December Flower (ah cette intro de « The Apprentice », je ne m’en lasserai pas !), des riffs triple épaisseur et un chant profond alternant entre criard et vocaux death (le refrain imparable à grogner en faisant sa vaisselle de « Beneath. Below. Beyond. Above »). Eprouvant ? Qui dit « December Flower », dit forcément « mélodies ». Relativement discrètes et parsemées, elles permettent de faire « respirer » l’écoute et de dégager une ambiance froide particulière. La patte accrocheuse de la tête pensante Torsten Horstmann est aisément reconnaissable : le break fatal de « The Devil's Gorge » (2:51), les arpèges (aux relents d’un Dissection) du morceau éponyme (et le passage heavy/death mélodique à 3:35) ou bien « From The Stars To The Sea » (3:41).

Le morceau (et hit) « Inexorable Spirits » aura converti bon nombre d’auditeurs à la musique de Sulphur Aeon (moi inclus). 11 titres de ce calibre et je pense que l’on se retrouvait aisément avec un petit chef d’œuvre du death metal. Après moult écoutes, l’effet « ras de marée » sonore propulsé par la production se dissipe. On commence à découvrir plus en détails les riffs et à cerner les titres de Swallowed By The Ocean's Tide. Un album malheureusement légèrement inégal aux passages trop primaires (un titre d’ouverture « Incantation » en demi-teinte ou « Those Who Dwell In Stellar Void » par exemple), camouflé par ce son « réacteur d’avion ». « Trop primaire » car le contraste avec certains passages ambiancés et/ou mélodiques se fait parfois ressentir. Le final instrumental « Zombi » reprenant le thème (ultra kitsch) du mythique film de Lucio Fulci confirme ce sentiment. Le travail d’atmosphère semble inabouti. Un potentiel immense qui gagne à être exploité en somme.

« Impérial », adjectif qui pourrait résumer au mieux ce premier album de Sulphur Aeon. Un death metal imposant et mélodique en fond sonore pour un Thalassa de l’extrême et du surnaturel (suivant les hallucinations délectables de H.P Lovecraft). En caméra embarquée au côté du colosse cauchemardesque Cthulhu, vous découvrirez la cité sous-marine R’lyeh et les profondeurs inexplorées de l’océan. Les bases sont posées, on sent que Sulphur Aeon peut d’avantage marquer les esprits en affûtant ses compostions et son ambiance. Retenez bien ce nom, je prévois un avenir radieux pour ces Allemands.

Iä, Iä,Cthulhu fhtagn.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Momos citer
Momos
02/01/2013 14:37
Salut, petite faute sur la première ligne du paragraphe 2: «Plutôt septique sur un énième groupe metal».
À moins que tu ne deviennes toxique avec ce genre de groupes, c'est «sceptique» avec un "c". Sourire
von_yaourt citer
von_yaourt
31/12/2012 18:51
La pochette est sublime, la musique chiante à mourir.
AxGxB citer
AxGxB
31/12/2012 17:27
note: 8/10
Celui-ci, j'ai hâte qu'il arrive chez moi.
Une excellente découverte!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sulphur Aeon
Cthulhu Death Metal
2013 - F.D.A.
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (12)  8.13/10
Webzines : (10)  7.97/10

plus d'infos sur
Sulphur Aeon
Sulphur Aeon
Death Metal - 2010 - Allemagne
  

tracklist
01.   Cthulhu Rites
02.   Incantation
03.   Inexorable Spirits
04.   The Devil's Gorge
05.   Where Black Ships Sail
06.   Swallowed by the Ocean's Tide
07.   Monolithic
08.   From the Stars to the Sea
09.   Those Who Dwell in Stellar Void
10.   Beneath. Below. Beyond. Above
11.   Zombi

Durée : 44:44

line up
  • M. / Chant
  • T. / Guitare, Basse
  • D. / Batterie

parution
11 Janvier 2013

voir aussi
Sulphur Aeon
Sulphur Aeon
Gateway To The Antisphere

2015 - Ván Records / Imperium Productions
  
Sulphur Aeon
Sulphur Aeon
The Scythe of Cosmic Chaos

2018 - Ván Records
  

Découverte de l'année
Abbath
Outstrider
Lire la chronique
Sunn O)))
Life Metal
Lire la chronique
PPCM #20 - Encore plus de Jazz Metal
Lire le podcast
Frostveil
Ephemeral Visions
Lire la chronique
Krypts
Cadaver Circulation
Lire la chronique
HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique