chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
184 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Helloween - Straight Out Of Hell

Chronique

Helloween Straight Out Of Hell
HELLOWEEN fait partie de ces vieilles habitudes dont j’ai du mal à me défaire, même si le heavy émarge depuis longtemps au fond du classement de mes préoccupations métalliques. Mais que voulez-vous, lorsqu’on a été bercé au son du fantastique éponyme de 1985, des excellents « Keepers » et du non moins génial « Better Than Raw », le cœur l’emporte sur la raison. Un nouveau HELLOWEEN dans les bacs, 14ème du nom pour pas loin de trente années d’activité ? Sors le chéquier papy ! C’est le grand retour des guitares jumelles et des refrains sucrés !

Valeur sûre s’il en est, le combo germain a traversé les années 2000 comme un chef, à une ou deux fautes de goût près (le faux pas « Unarmed » et « Keeper Of The Seven Keys : The Legacy », plus pour son titre racoleur que pour son contenu), et des réussites du calibre de « Rabbit Don’t Come Easy » ou « Gambling With The Devil » tournent encore régulièrement sur ma platine (pardon, gigotent vigoureusement sous forme de mp3). Malheureusement pour moi, ce « Straight Out Of Hell » annoncé en grande pompe sur FB et consorts comme ultra speedé ne connaîtra pas le même sort. Bien sûr, on se gardera d’enfoncer trop profondément la nouvelle livraison des vétérans Weikath, Deris et Grosskopf car pour un combo formé en 1978 par Kai Hansen et Piet Silk (IRON SAVIOR), leur fond de jeu actuel reste assez honorable. Seulement, pour qui comme moi supporte mal les baisse de régime des héros de l’adolescence, « Straight Out Of Hell » vient plutôt confirmer les premières alertes constatées sur l’inégal « 7 Sinners ». Un album bien bourrin où les morceaux de bravoure succédaient à d’autres franchement moins mémorables. Sur cet opus à l’artwork repoussoir, on retombe d’un cran niveau intensité mais, plus grave, l’inspiration n’est pas du tout au rendez-vous !

Pincez vous pour y croire mais il faut quasiment patienter jusqu’à l’entracte « Wanna Be God » - Allez, sauvons du naufrage la power ballad « Waiting For The Thunder » et ses here I Am ! scorpionesques en diable - pour trouver trace d’une idée un tant soit peu nouvelle. Une montée en puissance appréciable, qui sort de sentiers battus speed mélo plus balisés tu arpentes courageusement un parcours de golf. Las ! Tout ça pour s’enquiller un « Straight Out Of Hell » enchaînant les poncifs comme des perles. Un title track symptomatique de ce qui vous attend sur le reste de l’album, à savoir des leads usées jusqu’à la corde rabaissant HELLOWEEN au rang de simple copiste. Que les Allemands s’adonnent au recyclage de riffs, passe encore mais pour que l’entreprise fonctionne, il eut fallu qu’ils mettent un minimum de cœur à l'ouvrage. Hors, tout dans ce « Straight Out Of Hell » («Bat Out » était déjà pris) respire le manque de motivation et la fin de cycle. Jadis chien fou dynamitant les habitudes de composition de ses partenaires, l’ex-FREEDOM CALL Sasha Gerstner semble avoir renoncé, se contentant de signer la sympathique « Asshole » pour solde de tout compte. Toujours vert, Andy Deris a pour sa part du mal à se renouveler, mais sa prestation aurait pu faire illusion s’il ne jouait pas au cache misère sur des titres incroyablement fades (en vrac, « World Of War », « Far From The Stars » ou « Burning Sun », mais je pourrais quasiment tous les citer). Pour ne rien arranger, HELLOWEEN se tire une rafale dans les pattes en proposant des solis indignes de son standing et la production, toujours assurée par Charlie Bauerfeind, manque cruellement de niaque.

Pas grand-chose à retenir donc, à l’exception de deux-trois titres et d’une intro tout juste corrects (« Make Fire Catch The Fly » surprend agréablement). Maigre moisson mais soyons honnête, « Straight Out Of Hell », tout décevant qu’il soit, supporte sans problème quelques écoutes distraites. Sans surprise, HELLOWEEN se contentera de défendre mollement son petit dernier en concentrant 95% de ses futures setlists sur les classiques. A défaut d’acclamer de nouvelles compos vraiment passe-partout, on saluera bien volontiers les sempiternels « I Want Out » et « Dr. Stein » lors de leur passage au Hellfest, en juin prochain !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

13 COMMENTAIRE(S)

Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
18/07/2013 08:42
note: 6/10
Considérer ma chronique mauvaise parce que les autres l'encensent, bravo, bel argument. Depuis quand est-on obligé de suivre l'avis général? Et en plus tu te sabordes en osant placer ce "Straight Out Of Hell" faiblard au dessus de "Better Than Raw". Pourquoi pas "Walls Of Jéricho" tant qu'on y est ...
Invité citer
Bubblesplatch
18/07/2013 06:51
ben dis donc je trouve cette chronique trés mauvaise,pour ma part cet album est bien meilleur que gambling,rabbit et meme better than raw,l'inspiration est carrément au rendez vous et les refrains sont mortels;enfin chacun ses gouts mais la plupart des chroniques concernant cet album sont trés positive et c'est justifié.l'album est mortel.
Henrik citer
Henrik
17/03/2013 23:55
Disons qu'il y a des passages bien catchy, mais ça retombe soit immédiatement par un passage plus que classique, soit c'est le morceau d'après... Helloween fait partie des références du genre, normal d'être exigeant... je le retenterai encore deux ou trois fois quand même
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
17/03/2013 20:35
note: 6/10
Henrik a écrit : En tout cas Thomas cet Helloween là ne m'a pas marqué non plus par sa créativité mais c'est le lot du Heavy depuis un bail

C'est clair ... album beaucoup trop classique alors que les trois précédents comportaient tous une certaine part de risque. J'hallucine sur les notes très élevées des autres webzines mais en même temps, c'est peut être son côté traditionnel qui les a séduit. Moi, à l'inverse, je me suis ennuyé ferme.
Henrik citer
Henrik
17/03/2013 18:02
A la vieille époque: Power Metal = metal qui use à fond les power chords, à savoir accords de puissance joués de façon pachydermique à la Pantera ou Prong, Iced Earth premiers âges comme Metallica période Master se rapprochent du power avec un coté heavy/thrash... voilà un com bien inutile de ma part, héhé.
J'ai toujours considéré Helloween et toute la palanquée teutonne comme du heavy metal... plus ou moins speed.
En tout cas Thomas cet Helloween là ne m'a pas marqué non plus par sa créativité mais c'est le lot du Heavy depuis un bail
Keyser citer
Keyser
16/03/2013 19:05
Le Moustre a écrit : Le power, c'est plus PANTERA effectivement, sinon HELLOWEEn, c'est du speed-metal (sous division du heavy). Mais ces sous divisions sont assez floues. Et ICED EARTH, c'est quoi alors ?
Bref, l'album semble surproduit, et c'est ce qui m'empêche d'acheter.
D'ailleurs, je m'étonne que PANTERA ne soit pas directement cité comme influencé par le morceau "Dyer's Eve " de METALLICA, un des premiers morceaux power-metal selon moi, rattaché au thrash (vous suivez ?;-).



"Dyer's Eve" du power metal?! Pour moi c'est du pur thrash! Et si Pantera est influencé par un groupe, à mon avis c'est surtout Exhorder! Marrant de voir que chacun a sa propre idée du truc.

Le power c'est Pantera oui mais y'a 2 définitions pour le même thème. Ce que j'en ai compris: d'un côté c'est du speed mélodique avec en premiers albums le Keeper de Helloween et le Thundersteel de Riot et de l'autre des trucs comme Pantera et Machine Head.

Sinon pour moi Iced Earth c'est du power/thrash.
Niktareum citer
Niktareum
16/03/2013 18:32
C'est vrai que le terme "power metal" prête à confusion étant donné qu'il a été utilisé aussi bien pour qualifier Gamma Ray que Pantera qui n'ont absolument rien à voir. 'fin ça reste que des étiquettes...
Je vois pas trop le lien avec "Dyers Eve" par contre. Si ce n'est peut-être les breaks à 1'51 et à 4'15...

Sinon rien écouté de ce Helloween à part "Nabataea" que j'avais trouvée sympa. Je l'achèterai peut-être pas d'emblée du coup.

edit: Iced Earth j'en n'écoute pas très souvent mais c'est un peu à cheval entre power, heavy et thrash ouais.
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
16/03/2013 18:08
note: 6/10
Iced Earth? Je connais assez peu mais dans mon souvenir, c'était du heavy thrash avec quelques réminiscences du vieux Metallica. Par contre "Dyers Eve" est plutôt rapide alors que le power pour moi, c'est du mid tempo pachydermique à gros son (Pantera donc, "Sound Of White Noise" d'Anthrax etc.). Mais peut être que tu te bases sur les riffs hachés menu du père Hetfield pour faire le lien?
Invité citer
Le Moustre
16/03/2013 14:38
Le power, c'est plus PANTERA effectivement, sinon HELLOWEEn, c'est du speed-metal (sous division du heavy). Mais ces sous divisions sont assez floues. Et ICED EARTH, c'est quoi alors ?
Bref, l'album semble surproduit, et c'est ce qui m'empêche d'acheter.
D'ailleurs, je m'étonne que PANTERA ne soit pas directement cité comme influencé par le morceau "Dyer's Eve " de METALLICA, un des premiers morceaux power-metal selon moi, rattaché au thrash (vous suivez ?;-).

Keyser citer
Keyser
16/03/2013 11:00
Thomas Johansson a écrit : Pour moi le power c'est Machine Head and co. mais je pense que tu parles du power à l'allemande, la version heavy? Jamais trop aimé les subdivisions dans le genre mais pour ce que je m'intéresse à la scène ... honnêtement je vois pas tellement de différences par rapport aux vieux albums, ça reste du up tempo, parfois proche du thrash et ça bourre plus que sur les "Keepers" je trouve. Après faut voir quels groupes tu rattaches au speed metal.

Oui power à l'européenne, c'est vrai que c'est confus ces étiquettes. Mais le power étant du speed mélodique... Mr Green

Sinon pour moi le pur speed c'est Exciter, Savage Grace, des trucs vraiment le cul entre thrash et heavy. Mais je confonds souvent aussi et puis les termes changent de signification au cours du temps.
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
16/03/2013 10:36
note: 6/10
Pour moi le power c'est Machine Head and co. mais je pense que tu parles du power à l'allemande, la version heavy? Jamais trop aimé les subdivisions dans le genre mais pour ce que je m'intéresse à la scène ... honnêtement je vois pas tellement de différences par rapport aux vieux albums, ça reste du up tempo, parfois proche du thrash et ça bourre plus que sur les "Keepers" je trouve. Après faut voir quels groupes tu rattaches au speed metal.
Keyser citer
Keyser
15/03/2013 21:57
Histoire d'enculer les mouches, j'aurais plutôt catalogué ça comme power plutôt que speed. Helloween, c'était du speed au tout début, plus depuis les Keepers. Les extraits sont assez moyens en tout cas mais je pense que j'irais quand même les voir le mois prochain avec Gamma Ray.
von_yaourt citer
von_yaourt
15/03/2013 19:33
Les extraits sont horriblement mauvais, encore plus que d'habitude après Rabbit...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Helloween
Speed metal
2013 - Sony Music
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs : (3)  4.17/10
Webzines : (41)  8.29/10

plus d'infos sur
Helloween
Helloween
Speed metal - 1983 - Allemagne
  

tracklist
01.  Nabataea
02.  World Of War
03.  Live Now!
04.  Far From The Stars
05.  Burning Sun
06.  Waiting For The Thunder
07.  Hold Me In Your Arms
08.  Wanna Be God
09.  Straight Out Of Hell
10.  Asshole
11.  Years
12.  Make Fire Catch The Fly
13.  Church Breaks Down

Durée : 60 min.

line up
parution
18 Janvier 2013

voir aussi
Helloween
Helloween
Pink Bubbles Go Ape

1991 - Essential Records
  
Helloween
Helloween
Gambling With The Devil

2007 - SPV
  
Helloween
Helloween
Rabbit Don't Come Easy

2003 - Nuclear Blast Records
  
Helloween
Helloween
7 Sinners

2010 - Sony Music
  
Helloween
Helloween
Better Than Raw

1998 - Raw Power
  

Essayez plutôt
Ranger
Ranger
Shock Skull (EP)

2014 - Ektro Records
  
Megadeth
Megadeth
Killing Is My Business...
(and Business Is Good!)

1985 - Combat Records
  
Ranger
Ranger
Speed & Violence

2016 - Spinefarm Records
  
Iron Angel
Iron Angel
Hellbound

2018 - Mighty Music
  

Krypts
Cadaver Circulation
Lire la chronique
HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique
The Lord Weird Slough Feg
New Organon
Lire la chronique
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Flamen
Furor Lunae
Lire la chronique