chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
118 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Kampfar - Djevelmakt

Chronique

Kampfar Djevelmakt
Janvier 2014, alors que l’année vient tout juste de débuter, que les compteurs ont été remis à zéro et que les prochains bilans ne se feront pas avant au moins trois cent soixante jours, Kampfar livre à l’occasion de son sixième album ce qui sera très certainement l’un des artworks les plus réussis de 2014. Pourtant, celui-ci n'est pas particulièrement récent puisque derrière ce travail absolument superbe se cache une composition du peintre polonais Zdzisław Beksiński datant de 1981! Et bien que cette œuvre soit totalement indépendante de celle de Kampfar, on peut tout de même y trouver une certaine continuité notamment par ce grand voile rouge qui servait déjà à illustrer la pochette du précédent album des Norvégiens.
Avec Djevelmakt, Kampfar célèbre ainsi ses vingts ans de carrière. Une carrière qui s'est vu quelque peu chamboulée avec le passage de Dolk au chant (2003) et surtout le départ de Thomas (2010) même si, rétrospectivement, le groupe semble en avoir tiré profit. En effet, Kampfar connaît depuis Kvass un succès grandissant, enchaînant les albums (de qualité) à un rythme plus ou moins régulier, tournant à travers toute l'Europe (si ce n'est pas davantage) et gagnant ainsi en visibilité (participation au Hellfest, signature sur Indie Recordings) sans perdre en authenticité.

Trois ans après l'excellent Mare, Kampfar était évidemment attendu au tournant. En effet, difficile avec un parcours considéré comme irréprochable de ne pas finir par décevoir au bout d'un certain moment. Et bien que les amateurs se rassurent, Djevelmakt s'annonce d'ors et déjà comme une réussite. Une réussite marquée par une certaine prise de risque puisque loin de se laisser aller à la facilité, Kampfar vient jouer ici les trouble fête en bousculant (légèrement) tous ceux qui les suivent depuis le début. On commence ainsi avec "Mylder", titre d'ouverture ambitieux qui pose d'emblée les bases d'un certain renouveau. Si Kampfar reste fidèle à cette idée d'un certain Pagan Black Metal qu'il a lui-même contribué à construire, il n'hésite pas à s'aventurer dans un registre souvent plus "touchy" qui n'a pas toujours fait l'unanimité. Dans le cas de "Mylder", il s'agit d'un refrain en voix claire légèrement écorché (1:47) dont la particularité est justement d'être très bien construit. Ce refrain vient ainsi contrebalancer l'agressivité des premiers riffs en introduisant une certaine coupure tout en conservant cette part d'ombre dans l'atmosphère. Kampfar récidive à 5:38 et fini d'achever l'auditeur avec ce même refrain irrésistible et pourtant si terrible. Cette recherche de mélodie se retrouve ainsi tout au long de Djevelmakt à travers une instrumentation des plus riches: outre ce fameux refrain sur "Mylder", on peut également évoquer ce piano en guise d'introduction ainsi que cette flûte à 2:46 qui accompagne le break déjà évoqué, "Kujon", ces espèces de spoken words et surtout ces backings en chant clair assurés par Ask, "Blod, Eder Og Galle" et sa ritournelle médiévale (cordes et instruments à vent) reprise par les guitares (une mélodie peut-être un peu trop légère et donc pas forcément du meilleur effet) ainsi que son break appuyé par un synthétiseur, les riffs lumineux de "Swarm Norvegicus" et surtout ces chœurs orchestrales et quasi religieux en arrière plan, le piano omniprésent de "Fortapelse", la guitare acoustique de "Our Hounds, Our Legion" et bien entendu toute une série de riffs et de leads tournés, eux aussi, vers cette quête de la mélodie glacée et terrifiante.

Car si l'aspect mélodique de Kampfar semble ici décuplé, ni la noirceur ni l'efficacité brute de son propos ne sont mis une seule fois en défaut. Djevelmakt est un album des plus redoutables dans son genre car plutôt aguicheur de prime abord (une production impeccable, un sens certain de la mélodie et du riff accrocheur...), il révèle petit à petit toute sa noirceur ainsi qu'une certaine mélancolie non pas romantique mais bel et bien funeste. C'est pourquoi les amateurs de Black Metal n'ont que peu de souci à se faire quant à l'efficacité de ce sixième album. Car si Kampfar sait y faire pour retranscrire en musique les croyances paganistes et la nature exigeante de cette belle et fière Norvège, il sait également taper du poing sur la table lorsqu'il le faut. Les blasts sont donc plutôt nombreux à l'écoute de Djevelmakt dont le rythme varie entre mid tempo sournois (le long break de "Mylder", la seconde moitié de "Kujon", "Swarm Norvegicus", "Our Hounds, Our Legion") et séquences beaucoup plus rapides durant lesquelles les BPM s'affolent à raison. Une dynamique intéressante surtout face à des titres relativement longs (six minutes en moyenne). Des titres marqués par un riffing tout à fait exemplaire. Entre mélodies et agressivité, le travail d'Ole Hartvigsen (ex-Utumno) se révèle des plus intéressants ("Mylder", "Kujon", "Fortapelse" ou encore "Svarte Sjelers Salme" parmi les plus mémorables) notamment grâce à sa faculté à concilier dans un seul et même titre des ambiances totalement différentes ("Mylder" est encore ici l'exemple le plus parlant). Pour parfaire à ces atmosphères toujours très sombres, impossible de ne pas évoquer le chant âpre et rugueux de Dolk. Un chant toujours aussi glacial qui ne donne pas du tout envie de sourire.

Empreint d'un sens mélodique tout à fait remarquable, capable d'être agressif et violent même lorsque l'intensité descend d'un cran, Kampfar nous prouve avec Djevelmakt que la passion continue de l'habiter, même après vingt ans d'une longue carrière. Du haut de ses quarante huit minutes, ce sixième album se dévoile assez rapidement mais ne perd absolument pas de son intérêt au fil des écoutes. Un gage de qualité pour un album estampillé Pagan Black Metal. Je vous parlais en début de chronique des futurs bilan de 2014, et bien il est déjà fort probable que Djevelmakt en fasse partie.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Jotun35 citer
Jotun35
05/02/2014 20:43
note: 9/10
Je suis fan de Kampfar presque depuis que j'ai commencé à écouté du metal (ca a en tout cas été l'un des premier groupe de BM auquel je me soit interessé)... et très franchement j'ai trouvé Mare beaucoup plus déroutant que ce Djevelmakt . Je n'avais d'ailleurs pas tellement accroché à Mare que je trouve un peu chiant en fait et beaucoup trop clean au niveau de la prod.
Par contre cette année je sens un peu le Kampfar des débuts. Fini les trucs hyper catchy et taillés pour le live (ce qu'ils faisaient sur Kvass et Heimgang), bonjour la fusion entre les ambiances sombres de Mare et leur côté un peu "raw" des débuts.

Bref, l'un de leur meilleur albums au côté de "Mellom Skogkledde Aaser" et "Heimgang".

P.S: Si vous avez l'occasion de les voir en concert n'hésitez pas, ca a clairement été l'un des meilleur set du HF 2013.
Invité citer
Aguirre
02/02/2014 19:16
Je n'avais jamais écouté ce groupe; j'aime bien, ça me rappelle Winterfylleth. Est-ce gave, docteur?
Invité citer
CROM
01/02/2014 18:39
Très bon album en effet.
AxGxB citer
AxGxB
30/01/2014 08:31
note: 8/10
J'aurai davantage pensé à une "surexposition" de Girardi plutôt que de Beksiński.
Invité citer
Aguirre
30/01/2014 07:36
Beksinski est à la mode dans le monde du metal, non? Ca commence a faire trop.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Kampfar
Pagan Black Metal
2014 - Indie Recordings
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (6)  8.17/10
Webzines : (33)  8.02/10

plus d'infos sur
Kampfar
Kampfar
Pagan Black Metal - 1994 - Norvège
  

vidéos
Mylder
Mylder
Kampfar

Extrait de "Djevelmakt"
  

tracklist
01.   Mylder
02.   Kujon
03.   Blod, Eder Og Galle
04.   Swarm Norvegicus
05.   Fortapelse
06.   De Dødes Fane
07.   Svarte Sjelers Salme
08.   Our Hounds, Our Legion

Durée : 49:05

line up
parution
27 Janvier 2014

voir aussi
Kampfar
Kampfar
Mellom Skogkledde Aaser

1996 - Malicious Records
  
Kampfar
Kampfar
Kvass

2006 - Napalm Records
  

Essayez aussi
Ygg
Ygg
Ygg

2011 - Oriana Music
  
Timor et Tremor
Timor et Tremor
For Cold Shades

2016 - Trollzorn Records
  
Enslaved
Enslaved
Below The Lights

2003 - Osmose Productions
  
Graveland
Graveland
Thousand Swords

1995 - No Colours Records
  
Wolfkrieg
Wolfkrieg
Fire of Ragnarök

2017 - Nymphaea Records
  

Le Canyon - Spécial 2 + Concours - Le Dernier Sabbath
Lire le podcast
Ton MoM en Stream (pilote) - Cherchons du "Medieval Death Metal"
Lire le podcast
Bloodbath
The Arrow of Satan Is Drawn
Lire la chronique
Bâ'a / Hyrgal / Verfallen
s/t (Split-CD)
Lire la chronique
Cerebral Rot
Cessation Of Life (Démo)
Lire la chronique
Nécrocachot
Malfeu
Lire la chronique
Kult
The Eternal Darkness I Adore
Lire la chronique
Monolyth
A Bitter End - A Brave New ...
Lire la chronique
Profane Order
Tightened Noose Of Sanctimo...
Lire la chronique
The Great Old Ones au LADLO Fest - 10th Year Anniversary
Lire l'interview
Steingrab
Jahre nach der Pest
Lire la chronique
Lucifer's Hammer
Time is Death
Lire la chronique
Livid
Beneath This Shroud, the Ea...
Lire la chronique
Deiquisitor
Downfall Of The Apostates
Lire la chronique
Infestus
Thrypsis
Lire la chronique
Author & Punisher
Beastland
Lire la chronique
Bölzer + One Tail, One Head + Orkan + Taake
Lire le live report
Vanhelgd
Deimos Sanktuarium
Lire la chronique
VƆID
Jettatura
Lire la chronique
Obskuritatem
U Kraljevstvu Mrtvih...
Lire la chronique
Behemoth
I Loved You at Your Darkest
Lire la chronique
Aorlhac au LADLO Fest - 10th year anniversary
Lire l'interview
Alchemyst
Nekromanteion
Lire la chronique
Jesus Piece
Only Self
Lire la chronique
Black Sin
Solitude Eternelle
Lire la chronique
Unholy Baptism
Volume I: The Bonds of Serv...
Lire la chronique
Frozen Graves
Frozen Graves
Lire la chronique
Les clips dans le black metal (Et ta gueule !)
Lire le biographie
Solar Temple
Fertile Descent
Lire la chronique
Nuisible
Slaves and Snakes
Lire la chronique