chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
134 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Windfaerer - Tenebrosum

Chronique

Windfaerer Tenebrosum
Séchez vos larmes fidèles lecteurs, me voilà de retour accompagné d’une belle découverte. Mes chroniques à fort penchant mélodique deviennent de plus en plus éparses il est vrai, par manque de temps très clairement mais la qualité des promos reçus est aussi en grande partie responsable. Le tri se fait et malgré cela, les trouvailles et les coups de cœur semblent trop rares de mon côté, je reste sur mes « oldies » intemporels... Pourtant cette fois les mots s’enchaînent naturellement et sans trop d’effort pour ce dénommé Windfaerer. Le groupe formé en 2006 dans le New-Jersey sortira un album ainsi qu’un EP. Au mois de septembre 2015 Tenebrosum (autoproduit) se dévoilera. Fraîchement recruté par les Néerlandais ressuscités de Hammerheart Records, il sera ainsi réédité pour ce mois janvier de la nouvelle année.

Avant toutes choses commençons par la particularité de Windfaerer. Un coup d’œil sur le line-up pour comprendre la présence d’un violoniste en tant que membre à part entière. Du black/death mélodique utilisant du violon ? Inévitablement les coqueluches australiennes de Ne Obliviscaris viendront de suite en tête. Fort heureusement pas de chant clair ni non plus d’expérimentations parfois poussives (mon ressenti), mais un plutôt un metal foncièrement direct (batterie martiale incluse, en témoignent les finals dantesques de « Celestial Supremacy » ou « Finesterra ») et aisément assimilable. Les fins connaisseurs penseront finalement à Ebony Tears en écoutant ce black metal empruntant beaucoup au death mélodique suédois typiquement 90’s, à la fois simple et touchant. De facto les guitares et le violon se répondront par mélodies interposées (« Tales Told In Oblivion » et l’instrumental « Santeria ») ou joueront ensemble pour un déluge de notes accrocheuses. Les allergiques auront peut-être un peu de mal car l’instrument à quatre cordes a une place prépondérante sur Tenebrosum, le jeune musicien partant parfois dans des soli (le break de « Finisterra ») plutôt impressionnants (ceux connaissant un peu la pratique de l’instrument imaginent sa complexité). Pour ma part je signe.

Folk ? Une étiquette que l’on retrouve assez souvent sur la toile au sujet de Windfaerer. Aucun instrument ou chant traditionnel ici, le frontman et tête pensante Michael Gonçalves usera de ses origines portugaises et espagnoles pour plonger l’auditeur (à travers les paroles et l’atmosphère des compositions) vers les paysages de la péninsule Ibérique et ses mythes. Plutôt rafraîchissant, habitué à la grisaille et au froid d’Europe du Nord (Winterfylleth, Wodensthrone). Un metal jouant ainsi la carte de l’ambiance, on remarquera d’ailleurs quelques passages post-black (tremoli aériens montant en puissance) dans l’air du temps qui rappelleront les derniers Woods Of Desolation, Ghostbath et autres Deafheaven, propulsés par les cris torturés (mais aussi gutturaux) et puissants de Michael (« The Everlasting »). Le break de « Finisterra » ou le fantastique « Morir En El Olvido » (le meilleur morceau à mon sens) sauront convertir. Une touche d’émotion non négligeable des Américains. Malgré quelques passages abruptes (le final décevant « The Outer Darkness » ou « Tales Told In Oblivion »), Tenebrosum demeure d’une fluidité exemplaire où le souci du détail prévaut. Pour un auditeur connaissant ses classiques, on aurait apprécié une musique plus personnelle et jouant moins dans la retenue. Un sentiment assez frustrant lors de passages prêts à imploser, le soufflé retombe dans le conformisme. Le « tout contrôle » peut parfois être un handicap…

Black metal fortement imprégné du death mélodique suédois « nineties » (le poussiéreux et glacial) et aux quelques accents atmosphériques, Tenebrosum est à la fois riche, bigarré, ambiancé, accrocheur et même touchant. Oui tout cela. Parfaitement millimétré, on sent des jeunes musiciens perfectionnistes. Trop de maîtrise peut-être ? Un format assez commun qui aurait pu peut-être gagné en folie pour se démarquer de la concurrence et de ses influences. Néanmoins l’album s’écoute avec un réel plaisir et promet une suite fabuleuse. Rien que pour ça je sors de ma léthargie pour vous écrire ces quelques lignes.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Ainur citer
Ainur
02/01/2016 15:55
Ha oui oui oui ! J'avais découvert le groupe en ayant vue le batteur jouer "lurid memory dematerialized" et c'était le coup de coeur direct. Old school et très bonne prod, tout pour me plaire !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Windfaerer
Black/Death mélodique
2015 - Autoproduction
2016 - Hammerheart Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (10)  7.48/10

plus d'infos sur
Windfaerer
Windfaerer
Black / Folk mélodique - 2006 - Etats-Unis
  

formats
  • CD, Digital / 2015 - Autoproduction
  • CD / 2016 - Hammerheart Records

tracklist
01.   Celestial Supremacy  (06:47)
02.   Finisterra  (07:51)
03.   Tales Told in Oblivion  (07:07)
04.   Santería  (04:30)
05.   The Everlasting  (07:40)
06.   Morir en el olvido  (06:28)
07.   The Outer Darkness  (07:07)

Durée : 47:30

line up
parution
22 Septembre 2015

voir aussi
Windfaerer
Windfaerer
Alma

2018 - Avantgarde Music
  

Essayez aussi
The Spirit
The Spirit
Cosmic Terror

2020 - Art Of Propaganda
  
Prophanity
Prophanity
Stronger Than Steel

1998 - Blackend Records
  
Unmoored
Unmoored
Kingdoms Of Greed

2000 - Pulverised Records
  
Lord Belial
Lord Belial
The Black Curse

2008 - Regain Records
  
Torchbearer
Torchbearer
Death Meditations

2011 - Vic Records
  

Reek
Death Is Something There Be...
Lire la chronique
Engrossed
Initial Decay (Compil.)
Lire la chronique
Pilori
À Nos Morts
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Misanthrope
Bâtisseur de Cathédrales : ...
Lire la chronique
Spell
Opulent Decay
Lire la chronique
Cemetarian
Tomb Of Morbid Stench (Démo)
Lire la chronique
16
Dream Squasher
Lire la chronique
Wayward Dawn
Haven Of Lies
Lire la chronique
October Falls
A Fall of an Epoch
Lire la chronique
Pearl Jam
Yield
Lire la chronique
Gris
Il était une forêt...
Lire la chronique
Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Cryptic Shift pour "Visitations from Enceladus"
Lire l'interview
Massacre
From Beyond
Lire la chronique