chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
94 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Soundgarden - Ultramega OK

Chronique

Soundgarden Ultramega OK
L’une des choses intéressantes lorsque l’on écrit des chroniques et que l’on prend le temps de se renseigner c’est que l’on finit toujours pas apprendre des choses que l’on ne savait ou ne soupçonnait pas. C’est ainsi en parcourant la page Wikipedia de Soundgarden que j’apprends que le groupe doit son nom à une installation musicale située sur le terrain de la National Oceanic And Atmospheric Administration dont les locaux se trouvent sur les berges du lac Washington de Seattle. Allez, ne me faites pas croire que vous étiez déjà tous au courant ?

Paru en 1988 sur SST Records, label californien bien connu des amateurs de Punk/Hardcore de la première heure (Black Flag, Minutemen, Hüsker Dü, The Stains, The Descendents...), Ultramega OK fait suite à deux EPs parus en 1987 et 1988 sur Sub Pop Records, célèbre label de Seattle responsable en grande partie de l’émergence du Grunge dès la fin des années 80 avec des artistes tels que Nirvana, Green River, Tad, L7, Screaming Trees ou bien encore Mudhoney. Ces deux EPs auront d’ailleurs un tel impact sur la scène Punk américaine que le groupe se verra rapidement courtisé par de gros labels ayant senti chez Soundgarden ce potentiel que l’on connait aujourd’hui. Mais le groupe, certainement peu enclin à se laisser mettre la main dessus par une de ces grandes majors choisira d’intégrer les rangs d’une petite structure de Los Angeles fondée sur les cendres d’un magasin d’électronique spécialisé dans le matériel radiophonique (SST étant l’acronyme de Solid State Transmitters).

Comme bon nombre de premiers albums, Ultramega OK va être l’occasion pour les Américains de poser les bases d’un son et d’une identité en devenir. Né dans les années 60, vivant leur vingtaine au milieu des années 80, les membres de Soundgarden vont grandir pour la plupart au son des premiers groupes de Hard Rock et de Heavy Metal des années 70, prenant de en pleine tronche l’émergence du Post-Punk, du Punk Rock, du Hardcore, et de ces contre-cultures naissantes dans l’underground américain au début des années 80. Un bouillon exaltant de révolte, d’anticonformisme, de testostérone et d’excitation juvénile que l’on va naturellement retrouver tout au long de ces quarante-deux minutes totalement foutraques mais qui attestent déjà très largement du savoir-faire de Soundgarden.

Si la production un brin étouffée n’a jamais satisfait le groupe qui à l’époque s’était vu flanqué par SST Records un producteur ne connaissant vraisemblablement pas grand chose à cette musique, celle-ci possède cependant un certain charme (qui trente ans plus tard est resté intact), témoignant très justement de cette époque où les groupes n’hésitaient pas à mélanger tout et n’importe quoi : Heavy/Doom à la Black Sabbath ("Beyond The Wheel"), Delta Blues revisité avec cette reprise de "Smokestack Lightning", Hard Rock à la Led Zeppelin ("Incessant Mace"), Punk/Hardcore à la Circle Jerks ("Circle Of Power", "Head Injury") dans un rendu parfois sans queue ni tête mais terriblement efficace, tout en bruit et en fureur. Kim Thayil gratte ainsi ses riffs déjà marqués par cette noirceur et cette envie de sortir des sentiers battus en laissant exprimer ses quelques délires psychédéliques. Les larsens, ces saturations et autres grésillements nourrissant ce caractère approximatif et je m’en foutiste d’une scène Grunge qui n’en est alors qu’à ses premiers balbutiements. Derrière ses fûts, Matt Cameron tape comme un sourd alors que la basse d’Hiro Yamamoto rebondit dans tous les sens. Et puis bien sûr il y a Chris Cornell, figure d’ors et déjà emblématique et tout à fait indissociable de Soundgarden à cause de cette voix incroyable et si singulière. Il a d’ailleurs toujours été admis que cette faculté qu’il avait à monter dans les aigus et à escalader les octaves (même si comme sur son successeur, il joue ici un peu moins avec le spectre bas de sa voix) était l’un des principaux traits de caractère de Soundgarden et surtout l’une de ses qualités majeures. Il ne fait aucun doute que cette voix capable d’être tantôt haut-perchée tantôt menaçante tout ça sur un seul et même morceau (par exemple sur l’excellent "Beyond The Wheel" avec cette voix déclamatoire menaçante en guise d’introduction suivi quelques secondes plus tard par ces cris haut-perchés empruntant largement au Heavy Metal). Aujourd’hui comme hier, systématiquement, j’en ai des frissons qui âme parcourent l’échine. Assurément l’une des plus puissantes et plus belles voix du Rock.

Premier album intense, parfois bancale et un petit peu brouillon mais toujours ultra efficace, Ultramega OK cristallise en l’espace de quarante-deux minutes l’essence même de la scène Grunge de Seattle à la fin des années 80. Un désir de rébellion, de renouveau, l’envie de créer quelque chose qui n’appartiennent qu’à eux à travers une relecture Punk et plus ou moins bordélique du Heavy Metal et du Hard Rock des années 70. Certes, Soundgarden tâtonne, essaie, se plante parfois (ces interludes "665" et "667" ne sont franchement pas indispensables) mais justement c’est cette jeunesse encore palpable sur chaque titre de l’album qui donne à ce premier disque toute sa fraîcheur et tout son charme. Premier album de Soundgarden et l'un des premiers albums de la scène Grunge de Seattle (avec le Rehab Doll de Green River, Malfunkshun n’ayant sorti que des démos et des EPs alors que les débuts Screaming Trees sont plus à ranger du côté du Garage Rock), Ultramega OK est à bien des titres un album absolument incontournable pour tous les amateurs de Grunge en particulier et de Rock en général. Un indispensable en somme.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Caïn Marchenoir citer
Caïn Marchenoir
16/04/2021 17:27
Très bon premier album d'un de mes groupes favoris, il n'est certes pas parfait mais il combien déjà une part de l'essence de ce groupe. Et puis Beyond the Wheel est tellement énorme. À noter que la version remastérisée sortie chez Sub Pop en 2017 rend justice à cet album, sans en avoir fait une remasterisation pour bien passer sur les plateformes de streaming, notamment parce que remixé par Jack Endino, donc on ne peut pas faire mieux pour ce type de musique.

À noter toutefois que Rehab Doll, unique album de Green River est sorti en mai 1988 tandis qu'Ultramega OK est sorti en novembre de cette même année.

Deathrash citer
Deathrash
02/02/2019 18:02
Faudrait vraiment que je m'y mette aux deux premiers Soundgarden. J'ai l'impression qu'ils sont carrément occultés par rapport aux albums post Badmotorfinger.
AxGxB citer
AxGxB
23/11/2018 14:37
note: 8/10
Merci Clin d'oeil
Dantefever citer
Dantefever
23/11/2018 13:41
Je peux pas blairer le grunge mais j'aime bien ta chroniques

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Soundgarden
Grunge
1988 - SST Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines : (2)  6.5/10

plus d'infos sur
Soundgarden
Soundgarden
Grunge - 1984 † 2017 - Etats-Unis
  

vidéos
Flower
Flower
Soundgarden

Extrait de "Ultramega OK"
  

tracklist
01.   Flower  (03:25)
02.   All Your Lies  (03:51)
03.   665  (01:37)
04.   Beyond The Wheel  (04:20)
05.   667  (00:56)
06.   Mood For Trouble  (04:21)
07.   Circle Of Power  (02:05)
08.   He Didn't  (02:47)
09.   Smokestack Lightning (Howlin' Wolf Cover)  (05:07)
10.   Nazi Driver  (03:52)
11.   Head Injury  (02:22)
12.   Incessant Mace  (06:22)
13.   One Minute Of Silence  (01:00)

Durée : 42:48

line up
parution
31 Octobre 1988

voir aussi
Soundgarden
Soundgarden
Screaming Life / Fopp (Compil.)

1990 - Sub Pop Records
  
Soundgarden
Soundgarden
Superunknown

1994 - A&M Records
  
Soundgarden
Soundgarden
Down On The Upside

1996 - A&M Records
  
Soundgarden
Soundgarden
Louder Than Love

1989 - A&M Records
  
Soundgarden
Soundgarden
Badmotorfinger

1991 - A&M Records
  

Essayez aussi
The Smashing Pumpkins
The Smashing Pumpkins
Pisces Iscariot (Compil.)

1994 - Virgin Records
  
Alice In Chains
Alice In Chains
Rainier Fog

2018 - BMG
  
Pearl Jam
Pearl Jam
Binaural

2000 - Epic Records
  
Pearl Jam
Pearl Jam
Riot Act

2002 - Epic Records
  
Narrow Head
Narrow Head
12th House Rock

2020 - Run For Cover Records
  

Vipère
Sombre marche (Démo)
Lire la chronique
Sacramental Blood
Ternion Demonarchy
Lire la chronique
Wesenwille
II: A Material God
Lire la chronique
Obsessions maladives
Lire l'interview
Vitrail
Les pages oubliées
Lire la chronique
Chevalier
Life And Death (EP)
Lire la chronique
Abjection
Malignant Deviation (EP)
Lire la chronique
Cult Of Occult
Ruin (EP)
Lire la chronique
Skáphe
Skáphe³
Lire la chronique
Drastus
Venoms (Compil.)
Lire la chronique
Aussichtslos
Völlig aussichtslos
Lire la chronique
Biohazard
State Of The World Address
Lire la chronique
Cirith Ungol
Half Human Past (EP)
Lire la chronique
Cirith Ungol
Forever Black
Lire la chronique
Aria
Armageddon
Lire la chronique
Vreid
Wild North West
Lire la chronique
Endseeker
Mount Carcass
Lire la chronique
Sulk
Tennis Elbow (EP)
Lire la chronique
Eclipsus
Yûrei
Lire la chronique
13th Moon
Putridarium (EP)
Lire la chronique
Angrrsth
Donikąd
Lire la chronique
Vaamatar
Evil Witching Black Metal (...
Lire la chronique
Obvurt
The Beginning (EP)
Lire la chronique
Les Blackholics ANONYMES
Lire le podcast
Invultation
Unconquerable Death
Lire la chronique
Crypts Of Despair
All Light Swallowed
Lire la chronique
Aria
Baptizing with Fire
Lire la chronique
Mork
Katedralen
Lire la chronique
Tsatthoggua
Hallelujah Messiah (Compil.)
Lire la chronique
King Diamond
Abigail
Lire la chronique