chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
100 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Sulfuric Cautery - Chainsaws Clogged With The Underdeveloped Brain Matter Of Xenophobes

Chronique

Sulfuric Cautery Chainsaws Clogged With The Underdeveloped Brain Matter Of Xenophobes
D'avance, avant même d'entamer le brouillon de cette chronique, je sais qu'elle ne fera pas consensus, dans son contenu comme dans la note - du moins, pour ceux qui en auront quelque chose à faire. Je ne peux pas blâmer les autres, qui passeront leur chemin : j'ai été le premier à rester circonspect face à ce nom d'album de trois kilomètres de long (bien que le message soit aussi puéril que louable) et cette pochette franchement moche. Le Goregrind nous ayant habitué à des disques pour la plupart médiocres, il est devenu, malgré lui, une sorte de running-gag. Rares sont les groupes se revendiquant du genre et parvenant à proposer, encore aujourd'hui, des disques de qualité.

Ouais, depuis la naissance du style avec Carcass, passant par le premier full-length de Sublime Cadaveric Decomposition, les sorties de Gored, Jig-Ai, Dead Infection et Lymphatic Phlegm, et, bien entendu, le sommet du genre avec "Putrefaction in Progress", j'ai peine à trouver des artistes qui font rimer "Goregrind" avec qualité. Mais ça, c'était avant de tomber sur ce long-format de Sulfuric Cautery, qui reprend les choses là où les bataves de Last Days of Humanity les avaient laissées, avec leur album-épitaphe. Je prédis d'ailleurs à ce "Chainsaws Clogged With The Underdeveloped Brain Matter Of Xenophobes" le même destin : celui d'être aussi bien méprisé qu'adulé - et qui aura l'immense mérite de ne laisser personne indifférent.

19 titres, 18 minutes, une caisse claire au ping reconnaissable entre mille autres, des titres jonglant entre les pathologies exotiques et le message politique, le décor est planté. Au-delà de la violence ahurissante que déploie Sulfuric Cautery, servi par un trio de voix tantôt hystériques, tantôt pitchées, et surtout ce batteur, monstre d'endurance et de rapidité (Isaac Horne, connu pour ses méfaits chez Lurid Panacea), reprenant sans difficulté le flambeau du supersonique Marc Palmen; C'est avant tout l'atmosphère de cet album qui nous saisit. Sulfuric Cautery s'inscrit comme l'un des (trop) rares héritiers de ce "Goregrind à ambiance" développé par les deux premiers albums de Carcass, la vélocité extrême en plus. Au milieu de cet indécent déluge de blast-beats et de nappes de guitares grasses, accordées dans les baskets et passées dix fois par la moulinette HM-2, on retrouve tout ce qui manque cruellement à la majorité des albums du genre : la saleté, celle qui colle à la peau et aux fringues, nécessitant la douche, la désinfection du matériel et des tympans après chaque écoute. "Chainsaws Clogged With The Underdeveloped Brain Matter Of Xenophobes" est presque sans pitié, moins jusqu'au-boutiste que "Putrefaction in Progress", en témoignent les quelques parties mid-tempo disséminées au sein des titres, aérations bienvenues au milieu du déluge, mais également la production, moins crue, plus accessible aux curieux, ceux qui auraient envie de se faire peur. Le cliché qu'on a tous entendu, le fameux "Ta merde, là, c'est que du bruit !" pris au pied de la lettre en jouant exagérément vite et fort, comme pour faire taire une bonne fois pour toute les mauvaises langues.

Beaucoup considéreront cette sortie comme une galette sans intérêt, guère plus sexy que le bruit d'un marteau-piqueur couplé à une machine à laver en cycle court. Pour moi, c'est un coup de cœur total. Sulfuric Cautery joue le Goregrind comme je l'aime, et comme il aurait toujours dû être joué, à l'ancienne et sous amphét', me rappelant pourquoi j'ai autant d'amour pour le Grindcore et la totalité de ses sous-genres : parce que c'est un style qui ne triche pas. Il est bovin, oui, probablement inaudible pour la majorité du commun des mortels, oui, mais il est sincère. Il cherche juste à repousser, toujours un peu plus loin, les limites de la musique, de ce qui est acceptable ou pas. Un défouloir qui en met partout, sans se soucier des dommages collatéraux. Bref, le genre de sorties que j'attendais sans même oser en rêver, resté inconsolable depuis "Putrefaction in Progress", qui souffle cette année ses treize bougies. Sulfuric Cautery commet un album de haute-volée, voué à rejoindre les grands classiques de l'une des franges les plus intransigeantes de la musique extrême. Quel beau plaisir coupable...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Scum citer
Scum
09/02/2020 14:11
note: 9/10
Du Foetopsy en plus chaotique et à la sauce goregrind. C'est un formidable tas d'immondices, c'est sale et ça colle au papier. J'ai rien compris au début et c'est pas forcément mieux maintenant ahah.

Ultime Sourire
Drug-Sniffing Dog citer
Drug-Sniffing Dog
05/02/2020 13:58
Merci pour la piste, j'écoute ça prochainement. Clin d'oeil
Sagamore citer
Sagamore
05/02/2020 13:24
note: 9/10
Drug-Sniffing Dog a écrit : Ça en revanche... j'ai pas pu dépasser le 4ème ou 5ème morceau ! Mort de Rire le son de la caisse claire proprement atroce, j'ai pas pu supporter ! Mr Green
C'est dommage pour moi, car le reste aurait pu me séduire... mais je suppose que c'est un des paramètres qui font que d'autres, eux, ont/vont kiffé.


Ha ça, la caisse claire en boîtes de conserve recyclées, c'est un style... Mr Green Elle est, de mémoire, moins prononcée sur l'album de Lurid Panacea, qui est un peu dans la même veine "intransigeante" que ce Sulfuric Cautery, mais plus typé Death : tente le, à l'occasion, y'a moyen que ça te parle !
Drug-Sniffing Dog citer
Drug-Sniffing Dog
05/02/2020 12:55
Ça en revanche... j'ai pas pu dépasser le 4ème ou 5ème morceau ! Mort de Rire le son de la caisse claire proprement atroce, j'ai pas pu supporter ! Mr Green
C'est dommage pour moi, car le reste aurait pu me séduire... mais je suppose que c'est un des paramètres qui font que d'autres, eux, ont/vont kiffé.
Dantefever citer
Dantefever
18/12/2019 14:06
C'est presque beau de réussir à faire un truc aussi affreux

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sulfuric Cautery
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (1)  9/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Sulfuric Cautery
Sulfuric Cautery
Grindcore/Goregrind - 2015 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Desperately Sucking On The Rotten Breasts Of Demagogues
02.   Radiation As Salvation
03.   Bodybag
04.   Pustulous Vein Drainage
05.   Signs Of A Struggle
06.   Painful Secretion Before The Incipient Infection
07.   Insufficient Existence
08.   Goniotomy For Congenital Glaucoma
09.   Paresthesias Of Extremities
10.   Excessive Punishment As The Norm
11.   Hands Hogtied, Face Masked In Blood
12.   Parasitic Acidophilia
13.   Significant Myocardial Toxicity
14.   Metastatic Ecstasy
15.   Advance Cirrhosis
16.   Still Smouldering
17.   A Necrotization Of The Tissue
18.   Orphidiophobia
19.   Urine Pathetically Dripping Down The Thigh Of A Castrated Rapist

Durée : 18:11

parution
8 Novembre 2019

Essayez aussi
Jig-Ai
Jig-Ai
Entrails Tsunami

2019 - Bizarre Leprous Production
  

Kairon; IRSE!
Polysomn
Lire la chronique
Burial Remains
Spawn Of Chaos
Lire la chronique
L7
Smell The Magic (EP)
Lire la chronique
Azath
Through a Warren of Shadow
Lire la chronique
Paradise Lost
Paradise Lost
Lire la chronique
Tristengrav
II - Nychavge (EP)
Lire la chronique
Fluoride
Disentanglement
Lire la chronique
Soul Blind
Greatest Hits Vol. I (Compil.)
Lire la chronique
Putrid Offal
Sicknesses Obsessions
Lire la chronique
Novae Militiae
Topheth
Lire la chronique
Ascended Dead / Evil Priest
Nexus Of The Black Flame / ...
Lire la chronique
Uada
Djinn
Lire la chronique
Drowning / Misgivings
Requiem For Gods Perdition ...
Lire la chronique
Polymoon
Caterpillars Of Creation
Lire la chronique
Candiria
Beyond Reasonable Doubt
Lire la chronique
L'affaire JP FOURNIER... L'illustrateur qui tua son père.
Lire le podcast
Darkened
Kingdom Of Decay
Lire la chronique
The Great Old Ones
Cosmicism
Lire la chronique
Eirik
Omnis Erit Eductus
Lire la chronique
Paradise Lost
Gothic
Lire la chronique
Bestial Invasion
Monomania
Lire la chronique
Palehorse
Soft as Butter; Hard as Ice
Lire la chronique
Lik
Misanthropic Breed
Lire la chronique
Necrot
Mortal
Lire la chronique
Diabolic pour "Mausoleum of the Unholy Ghost"
Lire l'interview
Skeletal Remains
The Entombment Of Chaos
Lire la chronique
Diabolic
Mausoleum of the Unholy Ghost
Lire la chronique
Katavasia
Magnus Venator
Lire la chronique
Hulder
De Oproeping Van Middeleeuw...
Lire la chronique
Morta
Fúnebre (EP)
Lire la chronique