chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
99 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Autophagy - Bacteriophage

Chronique

Autophagy Bacteriophage
Certains groupes ont le feu aux fesses, même pas le temps de dire « ouf » que les voilà avec déjà quarante nouveaux morceaux sous les bras... À l’inverse, d’autres sont plutôt du genre à prendre tout leur temps quitte à se faire doucement mais sûrement oublier au point qu’il faille aller vérifier sur Metal Archives si la formation en question est oui ou non toujours en activité. C’est justement dans cette dernière catégorie que l’on peut trouver Autophagy, groupe originaire de Portland dont nous n’avions plus vraiment de nouvelles depuis la sortie de sa première démo (Demo) en juillet 2018.

Alors, quoi de neuf depuis tout ce temps ? Eh bien pas mal de changements à l’horizon puisque les trois quarts du line-up ont été remerciés il y a peu... Exit ainsi Andy Swarthout (chant), Kevin Miller (guitare) et Cole Barrington (batterie) tous les trois remplacés par un Adam Wheeler qui troque ici sa basse pour tenir désormais le poste de guitariste/chanteur, un certain Eric que personne sur Metal Archives ne semble avoir déjà croisé et qui pour l’occasion se charge ici de la basse et enfin Jesse Shreibman qui derrière ses fûts va en coller quelques unes de plus que chez Bell Witch où il office également au même poste... Des va-et-vient qui forcément ne rassurent pas quant à la qualité de ce premier album (ni sur la longévité de la formation) mais qui ne semblent pas avoir inquiété outre mesure le label indonésien Pulverised Records puisque c’est là qu’à récemment trouvé refuge Autophagy.

Premier point plutôt engageant, l’artwork lumineux signé Marcio Menezes aka Marcio Blasphemator (Apokalyptic Raids, Hellripper, Saccage, Sarcator, Whipstriker...) qui sans être d’une grande originalité offre malgré quelques similitudes avec le travail d’un artiste comme Adam Burke une vision quelque peu différente de ce que l’on a l’habitude de voir (et d’apprécier) chez ses confrères ayant pignons sur rue (je pense notamment à Dan Seagrave, Eliran Kantor, Paolo Girardi, Wes Benscoter, Juanjo Castellano Rosado et tant d’autres). À titre personnel, je ne sais pas si c’est cette utilisation de couleurs chaudes, ce trait légèrement abstrait ou bien les deux mais je trouve cette illustration particulièrement réussie et "rassurante"... Quoi qu’il en soit voilà une oeuvre qui ne va en aucun cas servir de cache-misère puisque Bacteriophage n’est pas une excellente surprise mais la confirmation de tout le bien que l’on pensait déjà d’Autophagy après cette première démo particulièrement convaincante. Ces mouvements de line-up aussi inquiétants soient-ils n’ont donc eu aucune espèce d’incidence sur la qualité de ce premier longue-durée par le biais duquel le groupe affirme que quoi qu’il ait pu lui arriver, il reste l’un des meilleurs rejetons de la scène américaine de ces dernières années.

Si Charlie Koryn a une fois de plus été sollicité par le groupe pour son expertise en matière de production, les Américains ont également embauché pour l’occasion Billy Anderson (Amenra, Brutal Truth, Eyehategod, Melvins, Neurosis, Sleep...) à qui l’ont doit en plus le mixage de Bacteriophage. Les deux garçons, soucieux de ne pas voir le groupe s’enfoncer trop loin dans l’hommage éhonté, ont fait ici le choix d’une production moins stéréotypée (exit les forts relents de HM-2 / Sunlight Studios) au profit d’une approche peut-être plus consensuelle mais qui cependant ne trahit en rien le propos des Américains. Conservant effectivement puissance et abrasivité tout en se montrant naturelle et parfaitement équilibrée, celle-ci s’attache à respecter une certaine tradition tout en offrant ce qu’il faut de corps et de coffre pour assurer en toutes circonstances face à une concurrence impitoyable.
Alors non, malgré ces nombreux changements de personnels, Autophagy ne s’est pas spécialement réinventé et va se contenter de reprendre les choses là où il les avait laissé quatre ans auparavant allant même jusqu’à inclure au tracklisting un titre de sa première démo ("Beneath The Moss, Between The Roots"). Aussi, passé ce "Infernal Miasma" qui sert ici de courte introduction, on va très vite retrouvé un groupe a priori pressé de se rappeler à nos bons souvenirs. Sans être d’une vélocité folle, le Death Metal des Américains est cependant marqué par une excellente dynamique que l’on doit en grande partie à tout un tas de passages menés à bride abattue lors desquelles aux blasts appuyés ("Abhorrent Abomination" à 1:56, les premiers instants de "Sacrificial Spawn", "Eviscerated Remains" à 1:18, "Return To Charnal Hall" à 1:27...) se succèdent bien souvent quelques séquences trahissantes à base de tchouka-tchouka ("Abhorrent Abomination" à 0:48, "Sacrificial Spawn" à 3:06, "Beneath The Moss, Between The Roots" à 1:26, l’entame de "Return To Charnal Hall"). À ces moments qui constituent ainsi l’essentiel de Bacteriophage viennent s’opposer d’autres instants plus en retenu lors desquels les Américains font preuve bien souvent (mais pas que puisqu’on trouve ici ou là des passages bien lourdingues) d’un sens du groove particulièrement affûté, en tout cas suffisamment pour amener à leur formule ce petit truc en plus qui fait toute la différence. De "Abhorrent Abomination" à 0:37 à "Sacrificial Spawn" à 0:38 en passant par "Beneath The Moss, Between The Roots" à 1:54 ou "Eviscerated Remains" à 1:43, il devrait vous être difficile de rester de marbre face à ces instants aussi catchy qu’irrésistibles. Naturellement, toutes ces accélérations et ce groove fiévreux ne seraient rien sans un riffing aux petits oignons. Là encore, sans jamais rien révolutionner, Autophagy prouve qu’il possède ce sens de la formulation capable de mettre tout le monde d’accord. Car si effectivement on s’entendra sur le fait qu’il n’y a strictement rien de neuf ni d’original dans ce que nous propose ici Autophagy, on ne pourra pas non plus nier le caractère hautement efficace et addictif de ces quelques compositions savamment orchestrées et interprétées.

Bref, vous l’aurez compris, Autophagy nous revient en cette fin d’année 2022 avec sous le coude un premier album bien dans l’ère du temps, mêlant des influences héritées autant de la scène suédoise que de la scène américaine du début des années 90 (Entombed et Incantation en tête) avec en sus ce groove vicieux et putride que l’on peut retrouver chez pas mal de ses contemporains (Cerebral Rot, Fetid, Phobophilic, Undeath, Vastum et j’en passe...). Pour autant, les Américains se sont débarrassés de certains oripeaux peut-être un peu trop réducteurs. Aussi, en choisissant une production moins marquée (en tout cas pour qui connait ses classiques), le groupe semble vouloir aller de l’avant. Certes, Bacteriophage n’a pas d’autres prétentions que celle de nous offrir un Death Metal exécuté dans les règles de l’art mais comme il n’y a de toute façon rien d’autre à lui reprocher que son manque d’originalité (si tant est que cela soit un défaut), on préfèrera largement célébrer ensemble la qualité de ses compositions confirmée par ce simple gout de reviens-y...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
03/10/2022 15:24
note: 8/10
Excellent album en effet, qui ne réinvente rien mais confirme les bonnes choses entendues sur la démo. Du bon Death ricain sans surprises mais ultra-efficace ! Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Autophagy
Death Metal
2022 - Pulverised Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (1)  6.43/10

plus d'infos sur
Autophagy
Autophagy
Death Metal - 2018 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Infernal Miasma  (00:44)
02.   Abhorrent Abomination  (04:10)
03.   Sacrificial Spawn  (03:53)
04.   Beneath The Moss, Between The Roots  (03:14)
05.   Bacteriophage  (04:16)
06.   Eviscerated Remains  (04:58)
07.   Return To Charnal Hall  (03:31)
08.   Becoming  (04:42)
09.   Dawn of the Endless Plague  (04:13)

Durée : 33:41

line up
parution
30 Septembre 2022

voir aussi
Autophagy
Autophagy
Demo (Démo)

2018 - Headsplit Records
  

Essayez aussi
Putrevore
Putrevore
Tentacles Of Horror

2015 - Xtreem Music
  
Tormented
Tormented
Rotten Death

2009 - Iron Fist Productions
  
Stass
Stass
The Darkside

2017 - Mighty Music
  
Infernal Conjuration
Infernal Conjuration
Infernale Metallum Mortis

2019 - Iron Bonehead Productions
  
Grimfist
Grimfist
Ghouls Of Grandeur

2003 - Century Media Records
  

Caïnan Dawn
Lagu
Lire la chronique
Virgil
Acheron
Lire la chronique
Houle
Houle (EP)
Lire la chronique
Baron Fantôme
La Nuit Fantastique
Lire la chronique
Etat Limite
L'affrontement de l'intime
Lire la chronique
Sepulchral Zeal
Open (Démo)
Lire la chronique
Interview de HERESIE pour l'album "Par-Delà Les Vents"
Lire l'interview
Heresie
Par​-​Delà Les Vents
Lire la chronique
Molder
Engrossed In Decay
Lire la chronique
OTDHR
Maraud
Lire la chronique
Vananidr
Beneath the Mold
Lire la chronique
Triumvir Foul
Onslaught To Seraphim
Lire la chronique
Krisiun + Nile
Lire le live report
Doomsday
Depictions Of Chaos (EP)
Lire la chronique
Threshold
Dividing Lines
Lire la chronique
Autopsy
Morbidity Triumphant
Lire la chronique
Trouble
Run To The Light
Lire la chronique
Drudkh
Всі належать ночі (All Belo...
Lire la chronique
Ofdrykkja
After the Storm
Lire la chronique
Oaken Skull
L'excellence du vice
Lire la chronique
Ungfell
Demo(lition) (Démo)
Lire la chronique
Hadopelagyal
Nereidean Seismic End
Lire la chronique
Ellende
Ellenbogengesellschaft
Lire la chronique
Gohrgone
Fulgur Imperii
Lire la chronique
Qrixkuor
Poison Palinopsia
Lire la chronique
Zemial
To Slay With Silent Dagger ...
Lire la chronique
Waves Idle Symmetry
Thalassa (EP)
Lire la chronique
Darkthrone
Astral Fortress
Lire la chronique
Exhumed
To The Dead
Lire la chronique
Ensanguinate
Eldritch Anatomy
Lire la chronique