chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Dream Theater - The Astonishing

Chronique

Dream Theater The Astonishing
Pour les amateurs de musique progressive, l’arrivée d’un nouvel album de Dream Theater, c’est un peu comme l’arrivée du messie. Quand bien même cette circonstance se répète en moyenne… tous les deux ans. Compositeurs de talent plutôt productifs, les cinq américains ont, depuis les années 90, largement participé à façonner le metal progressif d’aujourd’hui. Aussi, ça trépigne un peu. Ça se replonge dans les anciennes galettes… et ça croise un peu les doigts. Car aux dernières nouvelles, l’éponyme Dream Theater (2013) s’avérait une « nativité » à l’arrière goût un peu amer : une sorte de patchwork prog sans grande inspiration qui, sans être catastrophique, montrait clairement les limites du genre « dream theateuresque » de ces dernières années. A croire que le rythme « album/tournée/dvd », à l’allure quasi industrielle, commençait à les faire littéralement tourner en rond (ce qui devient assez ironique pour un groupe censé « progresser » et repousser les limites). Cela dit, et histoire de contredire mes propos, il leur aura fallu non pas deux mais trois ans pour terminer cet ambitieux 13e album. Et sur le papier… The Astonishing est simplement terriblement alléchant ! S’aventurant sur un territoire à la Ayreon, l’album se présente comme un opéra-prog-rock comportant pas moins de 34 chansons réparties en deux actes sur deux albums. 17 ans après le chef d’œuvre Metropolis Pt.2 : Scenes From a Memory, Dream Theater réitère donc l’effort d’un concept album : de quoi faire saliver.

Mais ne tergiversons pas plus longtemps : The Astonishing est véritablement une bonne surprise. Un vrai coup de maître qui, sans pastiche, renoue avec la qualité d’écriture des albums « panthéonesques » du groupe. Et ça n’est pas peu dire tant l’album regorge de fulgurances dans la composition et l’émotion. Ce dernier n’est pourtant pas exempt de défauts, mais ceux-ci restent secondaires au regard de l’œuvre globale. En prenant du recul, on constatera d’ailleurs que ces petites faiblesses concernent davantage les « agréments » du projet que la musique en elle même : l’histoire par exemple.

Car The Astonishing se la joue davantage « blockbuster » que film d’auteur. Et sa trame narrative, aussi efficace soit elle, fait un peu allure de scénario Disney. L’histoire place une série de protagonistes dans un univers voulu fantastico-futuriste (mais surtout et simplement médiéval) au contexte manichéen pas original pour un sous : un tyran et son fils (les méchants) maintiennent leur peuple dans la peur et la pauvreté tandis qu’une rébellion (les gentils) s’organise en secret. Le seul réel intérêt de cette narration un peu ronflante tient à son caractère légèrement dystopique et son amusante mise en abîme : dans cette fiction, la musique telle qu’on la connaît n’existe plus. Elle se voit remplacée par le bruit des Nomacs, des robots au design rappelant la machine scrutant James Cole dans L’armée des 12 singes de Terry Gilliam, bourdonnant une cacophonie mécanique et privant désormais la race humaine de ce précieux moyen d’expression. L’idée est plutôt bonne et la non-présence de musique est ainsi rappelée au fur et à mesure de l’album par de courts morceaux électroniques (« Descent of The Nomacs », « Digital Discord » ou « Machine Chatter » etc.), scandant l’album de transitions entre les situations. Mais si ces Nomacs représentent à première vue un vrai potentiel narratif, leur exploitation se limite uniquement à la construction musicale de l’album et l’incipit permettant de dresser la situation de ce monde futuriste. N’intervenant à aucun moment dans l’évolution de l’histoire, ils ne servent concrètement… à rien !! Ôtez les machines et vous obtiendrez un scénario identique : « le héros Gabriel est doté d’un don pour la musique et, voyant sa réputation grandir, il se voit inévitablement confronté au tyran jaloux Lord Nefarius. Il tombe cependant amoureux de la fille du terrible souverain, Faythe, tandis que l’aspirant au trône, le prince Daryus, tente de se débarrasser de lui et de la rébellion… ». Relayés en arrière plan, les Nomacs laissent place à un scénario guimauve sans réel intérêt ni surprises. C’est cette privation de musique qui aurait du être le cœur de The Astonishing et non pas devenir un simple élément de contexte.

Cela dit, et comme précisé précédemment, l’histoire est loin d’être le plus important. La musique, elle, fait largement honneur à l’espoir placé dans cet album. Ainsi, The Astonishing se découpe en 34 chansons plutôt courtes et isolées entre elles afin de reproduire l’effet « tableaux » propre aux opéras et pièces de théâtre. Composées par John Petrucci et Jordan Rudess, ces chansons témoignent d‘un effort porté à connecter le scénario à la composition. Ainsi, force est de reconnaitre l’incroyable palette musicale employée pour décrire chacune des situations : de nombreuses interventions orchestrales (« A Tempting Offer »), des ensembles de cuivres façon tournois médiéval (« Brother, Can You Hear Me ? » ou « A Savior In The Square »), du jazz dément (« Three Days »), une cornemuse (« The X Aspect »), du chant féminin ambiant (« Act Of Faythe ») ou du violon folk (« Hymn Of A Thousand Voices »). Chacune de ces interventions permet à l’auditeur de s’approprier plus intimement chaque événement de l’histoire et ressentir les émotions et états d’esprits propres aux personnages. A côté de cela, les deux musiciens compositeurs ne se gênent pas pour se faire plaisir. On savourera l’introduction de « A Life Left Behind » avec un John Petrucci à l’acoustique (et ça fait bien plaisir), quelques solos de guitares à faire frissonner l’échine (« A better Life » ou « A New Beginning ») ou une grande variété de passages piano très romantiques (« A Tempting Offer ») ou synthé barré à la Jordan Rudess. Une telle liste pourrait laisser imaginer un album fourre-tout, saturé par un trop plein d’idées décousues. Mais contre toute attente, les écoutes répétées révèlent une véritable cohérence sur l’ensemble.

The Astonishing apparaît autant comme un album ovni dans la discographie de Dream Theater, qu’une continuité logique et subtile de leur travail. D’abord il y a la forme du concept (jamais nous n’avions vu autant de chansons dans un album du groupe), il y a son ambition (transposer la musique en un live « théâtralisé » poussant le concept encore plus loin) et puis il y a sa composition. Réputés et reconnus comme des instrumentistes virtuoses, les musiciens ont eu le bon goût de prendre à revers cette étiquette : privilégier l’émotion sur la technicité. De ce fait, The Astonishing est un album bien moins démonstratif que ses prédécesseurs. La technique est évidemment au rendez-vous, mais reste subtilement au service de la musique : c’est là toute la puissance et l’originalité de The Astonishing, celle de prendre à contre-pied ceux qui reprochaient l’ascendant de la technique sur l’âme de la musique. Certains seront évidemment rebutés et les amateurs de tartinage de notes auront probablement du mal avec les nombreuses balades… Mais les autres y trouveront largement leur compte, pour peu qu’ils se donnent la chance d’une écoute exigeante. Cela dit, attention : il serait ingrat et malhonnête de résumer l’album à une série de « chansons douces ». Ce 13e opus est évidemment l’un des moins agressifs de la discographie (officiant davantage dans un rock progressif à la Tommy) mais il possède sont lot de passages heavy. Et tandis que la tournure de l’histoire s’assombrit, il révèle des titres tels que « Moment of Betrayal » ou « The Walking Shadow », renvoyant au Dream Theater que l’on connaît. « The Path That Divides » rappellerait même un bon Liquid Tension Experiment dans sa partie instrumentale centrale. Dans tous les cas, The Astonishing est suffisamment varié et riche pour se contenter d’un simple étiquetage. Et s’il n’est pas le plus violent, il pourrait bien être le plus beau…

Enfin, l’autre coup de maitre des américains – et peut être le plus savoureux – c’est le pied-de-nez fait aux haters de James labrie. « Vous n’aimez pas notre chanteur ? », pourrait demander Petrucci avec une esquisse de malice : « Et bien, c’est le pilier de The Astonishing ». Hé oui, James Labrie est assurément un pilier de The Astonishing ! Sans pourtant être un fan inconditionnel du chanteur – et sachant d’ailleurs reconnaître les parties qui seront ratées en live (et qui ont été ratées !) – force est de reconnaître que sa prestation sur l’album est assez remarquable. Notamment lorsque celui-ci fait confiance à son timbre medium rond et chaleureux. Ses interprétations, parfois douces, langoureuses ou inversement hargneuses, transcrivent avec justesse l’ensemble des personnages (aussi bien masculin que féminin) ainsi que leur psychologie : il réussit alors à donner corps à cette fiction un peu niaise, nous donnant presque envie d’y croire. Et finalement, il permet de faire le liant entre les chansons : il devient le véritable fil rouge de cet album.

The Astonishing, comme beaucoup d’œuvres progressives fait partie de ces albums qui se révèlent et se bonifient à mesure des écoutes. Il est évident que sa forme et son contenu ne feront jamais l’unanimité… mais il mérite amplement qu’on lui donne sa chance. Au détour d’une mélodie, peut-être réussirez-vous à en saisir la beauté ? Dream Theater prouve ici qu’il n’est pas un groupe à oublier sur son étagère : qu’il est encore capable nous surprendre. Ne pas s’endormir sur ses acquis, c’est bien là l’essentiel, non ?

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Voay citer
Voay
14/03/2021 11:27
note: 8/10
Je souscris totalement à ton analyse, presque au mot près. Une chronique super intéressante et approfondie sur un album qui le méritait. Alors oui, Dream Theater ne fait pas les choses à moitié et l'ensemble a un côté un peu démesuré. Mais c'est un tour de force de renouveler autant leur musique pour un projet si gargantuesque. Je suis totalement sous le charme d'un morceau d'apparence anodine comme « Heaven's Cove » qui propose un riff poétique au piano/clavier totalement obsédant.
Orel Lion citer
Orel Lion
14/06/2016 17:50
Neurocatharsis a écrit : Bravo pour ce pavé !

Ouais! Merci pour l'avoir ecrit... et l'avoir écouté le dit pavé!
Rapha3l citer
Rapha3l
14/06/2016 11:04
note: 8.5/10
Merci camarade Sourire
Au boulot maintenant hé hé Moqueur
Neuro citer
Neuro
14/06/2016 10:02
Bravo pour ce pavé !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dream Theater
Metal progressif
2016 - Roadrunner Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (2)  8.25/10
Webzines : (25)  7.91/10

plus d'infos sur
Dream Theater
Dream Theater
Metal progressif - 1988 - Etats-Unis
  

vidéos
The Gift of Music
The Gift of Music
Dream Theater

Extrait de "The Astonishing"
  

tracklist
01.   Descent of the NOMACS
02.   Dystopian Overture
03.   The Gift of Music
04.   The Answer
05.   A Better Life
06.   Lord Nafaryus
07.   A Savior in the Square
08.   When Your Time Has Come
09.   Act of Faythe
10.   Three Days
11.   The Hovering Sojourn
12.   Brother, Can You Hear Me?
13.   A Life Left Behind
14.   Ravenskill
15.   Chosen
16.   A Tempting Offer
17.   Digital Discord
18.   The X Aspect
19.   A New Beginning
20.   The Road to Revolution
21.   2285 Entract
22.   Moment of Betrayal
23.   Heaven's Cove
24.   Begin Again
25.   The Path That Divides
26.   Machine Chatter
27.   The Walking Shadow
28.   My Last Farewell
29.   Losing Faythe
30.   Whispers on the Wind
31.   Hymn of a Thousand Voices
32.   Our New World
33.   Power Down
34.   Astonishing

line up
parution
29 Janvier 2016

voir aussi
Dream Theater
Dream Theater
When Dream and Day Unite

1989 - Mechanic Records
  
Dream Theater
Dream Theater
Train Of Thought

2003 - Elektra Records
  
Dream Theater
Dream Theater
Distance over Time

2019 - InsideOut Music
  
Dream Theater
Dream Theater
Systematic Chaos

2007 - Roadrunner Records
  
Dream Theater
Dream Theater
Six Degrees of Inner Turbulence

2002 - Elektra Records
  

Essayez aussi
Devin Townsend
Devin Townsend
Empath

2019 - InsideOut Music
  
Turbulence
Turbulence
Frontal

2021 - Frontiers Records
  
Tool
Tool
Opiate (MCD)

1992 - Volcano Entertainment
  
Wolverine
Wolverine
Still

2006 - Candlelight Records
  
TesseracT
TesseracT
Polaris

2015 - Kscope Music
  

Aūkels
Raynkaym
Lire la chronique
Mourning Dawn
Dead End Euphoria
Lire la chronique
Mooncitadel
Onyx Castles And Silver Key...
Lire la chronique
Dodskold
Ödesriket
Lire la chronique
Steel Bearing Hand
Slay In Hell
Lire la chronique
Chotza
Plump u Primitiv (10 Jahr F...
Lire la chronique
Galvanizer
Prying Sight Of Imperception
Lire la chronique
Machine Head
The Burning Red
Lire la chronique
Ambush
Infidel
Lire la chronique
Stress Angel
Bursting Church
Lire la chronique
Ascendency
Birth Of An Eternal Empire ...
Lire la chronique
L'été dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Steven Wilson
The Raven That Refused to S...
Lire la chronique
Vermineux
1337 (Démo)
Lire la chronique
Mannveira
Vitahringur
Lire la chronique
Astriferous
The Lower Levels Of Sentien...
Lire la chronique
Nine Inch Nails
The Downward Spiral
Lire la chronique
Hænesy
Garabontzia
Lire la chronique
Purification
The Exterminating Angel
Lire la chronique
Koldovstvo
Ни царя, ни бога
Lire la chronique
Goratory
Sour Grapes
Lire la chronique
Evoken
A Caress Of The Void
Lire la chronique
Unbounded Terror
Faith in Chaos
Lire la chronique
Profane Order
Slave Morality
Lire la chronique
Cathexis
Untethered Abyss
Lire la chronique
Gharmelicht
Gharmelicht
Lire la chronique
Khandra
All Occupied by Sole Death
Lire la chronique
Blind Guardian
Battalions Of Fear
Lire la chronique
Black Sabbath
Mob Rules
Lire la chronique
Vectis
No Mercy for the Weak (EP)
Lire la chronique