chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
100 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Queensway - Swift Minds of the Darkside

Chronique

Queensway Swift Minds of the Darkside
Après une démo assez discrète en 2014, Queensway remet le couvert pour sa première vraie sortie en 2017 avec Swift Minds of the Darkside. Tout droit venus de Baltimore, Maryland, le groupe fait partie de cette arrière-garde américaine montante qui a faim. Les retrouver au This is Hardcore 3 ans de suite et sur des tournées en compagnie de Sanction (dont j’ai déjà eu l’occasion de parler) et de Jesus Piece n’a donc rien de très surprenant. Le chanteur aurait même été aperçu avec une parka Vein, dont le bassiste a été vu en train de mosher lors de leurs shows. Clairement, dans 20 ans, on se retrouve avec un all-star band composé de tous ces joyeux lurons, et ça n’est pas pour me déplaire. Que ces groupes s’influencent, se fréquentent, s’apprécient et s’entraident est une chose, mais qu’en est-il musicalement ?

Queensway officie dans un registre beatdown tout ce qui a de plus américain. On laissera de côté donc nos mosh parts bien européennes à la Nasty et consorts, il faut plus lorgner du côté de Jesus Piece (encore !) ici pour la lourdeur et l’aspect étouffant des compositions. Le riffing est gras et sale comme en atteste l’ouverture de l’album avec Fuel for the Darkest Man et le combo de Baltimore n’a aucune envie d’aérer son propos. Les sacro-saints breakdowns ponctuent chacun des sept titres de l’album, amenés par des entrées en matière somme toute assez classiques, mais n’espérez aucun répit. La seule fenêtre qu’ils consentent à ouvrir est sur le morceau I.N.L avec son refrain plus rappé. Il faudra s’en contenter, car pour le reste, c’est un appel permanent au two-step agressif et au crowd-kill amical. Thématiquement, rien de beaucoup plus encourageant. Les paroles oscillent entre la contestation sociale, la colère, l’auto-destruction… pas surprenant donc de retrouver un extrait de The Wire (Baltimore represent!) ou de Tales from the Darkside de Romero. Pas de youth crew ni de straight edge ici, le hardcore est vidé de son positivisme : le propos sert la musique et inversement.

Et c’est là que le bât blesse. Dans cette thématique et dans cet esprit, le hardcore américain a actuellement un représentant bien solide, qui trace sa route vite et qui vise loin. Jesus Piece et son Only Self, sorti heureusement bien après, ont poussé beaucoup plus loin. Si la musique doit être irrespirable, alors devenons bruitistes. Si la voix doit être « monocorde », brute, alors mixons-la bien sourde. Si le chaos doit s’abattre, ainsi soit-il. Queensway, malgré une bonne volonté indéniable, subit aujourd’hui la comparaison et fait office de second couteau. Le groupe revendique une période « chill » d’un point de vue de la composition, espérons que cette pause les inspirera. Soit ils s’affutent et s’assument, poussant beaucoup plus loin leur intentions, soit ils resteront dans l’ombre des grands et risquent de tomber dans l’oubli ou de rester les éternels seconds.

C’est un constat toujours dur à faire quand il est question d’un groupe que l’on aime : Queensway a manqué d’ambition ici. Rien n’est à jeter mais tout est à amplifier. Quitte à ce que la scène soit aussi soudée et proche, autant aller au bout de l’émulation et revenir avec un second album plus marquant, peut-être le 1er janvier 2020, 3 ans jour pour jour après celui-ci ? I want to believe!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

RelapsoBananas citer
RelapsoBananas
26/06/2019 22:18
note: 6.5/10
Je connais pas, je note, merci Sourire
Krokodil citer
Krokodil
26/06/2019 18:03
note: 7/10
Il me semble qu'une bonne partie des membres de Queensway sont impliqués dans Adrenaline (hardcore old school d'excellente facture), si jamais tu cherches du neuf !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Queensway
Hardcore
2017 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Queensway
Queensway
Hardcore - 2013 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Fuel For The Darkest Man  (03:45)
02.   Trenchknife  (02:31)
03.   Return To Dirt  (02:49)
04.   Swift Minds Of The Darkside  (03:17)
05.   Violent Breed  (02:32)
06.   I.N.L.  (03:10)
07.   Shellshock  (03:14)

Durée : 21:20

line up
Essayez plutôt
Inclination
Inclination
When Fear Turns To Confidence (EP)

2019 - Pure Noise Records
  
Congress
Congress
Blackened Persistance

1995 - Goodlife Recordings
  
Life Of Agony
Life Of Agony
Ugly

1995 - Roadrunner Records
  
Turnstile
Turnstile
Time & Space

2018 - Roadrunner Records
  
Integrity
Integrity
Humanity Is The Devil (EP)

1996 - Victory Records
  

Terror
Total Retaliation
Lire la chronique
Norrhem
Among The Ruins (EP)
Lire la chronique
Inclination
When Fear Turns To Confiden...
Lire la chronique
Numen
Iluntasuna Besarkatu Nuen B...
Lire la chronique
Ehlder
Nordabetraktelse
Lire la chronique
Yellow Eyes
Silence Threads the Evening...
Lire la chronique
PPCM #25 - DEATH METAL et GROS CERVEAUX
Lire le podcast
Helloween
Helloween (EP)
Lire la chronique
Deathspell Omega
The Furnaces of Palingenesia
Lire la chronique
Krallice
Krallice
Lire la chronique
Noctem
The Black Consecration
Lire la chronique
Úlfarr
Hate & Terror - The Rise Of...
Lire la chronique
Bodyfarm
Dreadlord
Lire la chronique
Witch Vomit
Buried Deep In A Bottomless...
Lire la chronique
Year of the Knife
Ultimate Aggression
Lire la chronique
Nuclear Assault
Out Of Order
Lire la chronique
Sühnopfer
Hic Regnant Borbonii Manes
Lire la chronique
Fluids
Exploitative Practices
Lire la chronique
Netherbird
Into The Vast Uncharted
Lire la chronique
Rank And Vile
Redistribution Of Flesh
Lire la chronique
FRENCH BLACK METAL : Un petit coup (et puis c'est tout)
Lire le podcast
10 MoM Challenge n°5 - Dix minutes pour parler de Death Metal
Lire le podcast
Uniform / The Body
Everything That Dies Someda...
Lire la chronique
Ossuaire
Premiers Chants
Lire la chronique
Yellow Eyes
Rare Field Ceiling
Lire la chronique
Aegrus
In Manus Satanas
Lire la chronique
Leprous
Pitfalls
Lire la chronique
Graveyard
Hold Back The Dawn
Lire la chronique
Bastard Grave
Diorama Of Human Suffering
Lire la chronique
Beorn's Hall
In His Granite Realm
Lire la chronique