chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
133 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Aborted - Terrorvision

Chronique

Aborted Terrorvision
Depuis son retour en forme avec le très bon « Global Flatline » en 2012 le combo mené par l’inoxydable Sven de Caluwé semble avoir trouvé la stabilité qui lui a tant manqué par le passé, tout en conservant sa productivité intense via des sorties sous tous formats de façon régulière et presque métronomique. En effet si cet album est tellement important pour le chanteur belge et ses acolytes c’est qu’il coïncide avec l’arrivée d’un style toujours aussi brutal, mais plus moderne qui ne l’a plus quitté depuis et s’est même affirmé sur les terribles « The Necrotic Manifesto » et « Retrogore » qui prouvaient que la machine de guerre ne faiblissait pas. Reprenant les mêmes idées entendues chez ces dernières livraison, « Terrorvision » ne va rien révolutionner en soi mais juste continuer de perpétuer l’œuvre d’un groupe qui voit le bassiste Stefano Franceschini (HIDEOUS DIVINITY, GHOULS) signer son premier enregistrement avec ses camarades de jeu.

Rien de nouveau ? … enfin presque ! Car si chacune des précédentes sorties était supérieure à celle d’avant ça ne sera pas le cas ici vu que ce cru 2018 est plus diffus et moins accrocheur que la triplette citée précédemment. Même si on est loin d’un ratage il faut reconnaître que ce nouvel opus n’est finalement qu’un de plus dans la discographie désormais imposante de son hurleur historique, la faute à une écriture plus passe-partout qui donne également l’impression d’être un peu arrivée en fin de cycle. Pourtant cette galette va parfaitement bien démarrer avec le morceau-titre qui va reprendre tous les éléments classiques de la bande, à savoir les traditionnelles parties blastées, les tapis de double écrasants et les passages ultra-rapides, le tout avec ce son si reconnaissable. Avec en prime Seth Siro Anton de SEPTIC FLESH en invité de choix cette ouverture se fait pourtant très prometteuse, bien qu’on ait l’impression d’avoir entendu cela énormément de fois auparavant. Mais dès la plage suivante les choses vont un peu se gâter avec d’abord « Farewell To The Flesh » qui se montre peu inspiré, se contentant de reprendre les mêmes idées en boucle et en les rallongeant inutilement, finissant du coup par créer un sentiment de lassitude prématuré, tout comme sur « Verspertine Decay » qui s’étire bien trop en longueur. Outre un abus de passages lents là-encore l’écriture est plus banale et le quintet semble réciter ses gammes sans forcément avoir la motivation nécessaire, et sans prendre de risques, mais heureusement la suite va redevenir plus intéressante.

Car sans atteindre des sommets « Squalor Opera » permet à l’ensemble de regagner en qualité par sa densité et son mélange entre son ancienne et actuelle période, à l’instar de « Visceral Despondency » qui fait le grand-écart entre brutalité et lourdeur, et dont le rendu reste très appréciable. Cependant si « Deep Red » reste encore agréable, à défaut d’être génial, « Exquisite Covinous Drama » va lui s’enliser dans des ambiances aériennes et synthétiques pas forcément du meilleur goût, et lorgnant trop dans le Deathcore, tout en faisant là-encore preuve d’un excès de durée. Mais une fois de plus on va retrouver les gars inspirés via tout d’abord l’excellent « Altro Inferno » à la grande variété et qui montre que quand ils vont à l’essentiel ils restent incomparables et féroces, et cela est confirmé avec le court et redoutable « A Whore d’Œuvre Macabre » à l’équilibre parfait entre lourdeur et vitesse. Mais comme il était dit qu’il ne serait pas possible d’enchaîner trop de titres sans son lot d’imperfections, la clôture va aller dans le même sens avec « The Final Absolution » (où le frontman invite une fois encore Julien Truchan de BENIGHTED à venir partager le micro avec lui), qui sans être ennuyeux montre un classicisme basique et sans éclats, le duo et les musiciens se contentant d’enchaîner les rythmiques en roue-libre.

Si le nombre de nouvelles compos est moins élevé qu’auparavant la durée globale du disque reste elle relativement similaire, ce qui a eu pour effet l’apparition de nombreux moments trop forcés où les mêmes plans sont répétés de façon trop systématique (conjugués à un modernisme parfois un peu exagéré), et malgré les écoutes il est difficile d’en faire émerger une plus qu’une autre. C’est l’autre souci qui ressort car il y’a un côté interchangeable tout du long conjugué à un manque de moments forts et de futurs classiques scéniques, ce qui nuit à l’ensemble qui possède malgré tout des qualités et s’écoute sans coup férir. En trois-quarts d’heure on passe donc par tous les sentiments possibles, du plaisir de retrouver les flamands toujours aussi sympathiques et énervés (et capables encore de jolis coups d’éclat) mais aussi de la frustration à cause d’une certaine habitude et routine qui semblent s’être installées et avoir eu un impact sur une écriture moins pointue qu’encore récemment. D’où un sentiment logique de déception car même si une sortie pareille aurait fait l’affaire chez une majorité de groupe on attend toujours mieux et plus de la part d’ABORTED, qui bien que tenant largement la route reste et restera en dessous des réalisations qu’ils ont pu proposer durant cette décennie actuelle.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

mayhem13 citer
mayhem13
05/10/2018 12:34
j'ai trouvé les parties vocales de Sven incroyables sur cet album. Les plus variées qu'il ait utilisé sur leurs albums. Et la zik est bien plus variée, moins monotone que certains albums je trouve. Après ça reste un avis à froid puisque je l'ai depuis peu.
andreas_hansen citer
andreas_hansen
04/10/2018 21:48
Je l'ai trouvé très intéressant personnellement, avec une touche épique/mélodique que y avait pas sur les précédents disques.

Après, Aborted, j'ai toujours trouvé ça sympa, mais y a toujours eu un truc qui font que je passe mon chemin après deux ou trois écoutes...
Bras Cassé citer
Bras Cassé
03/10/2018 20:58
Ecouté une seule fois et comme les précédents, ça reste très plouc. Aborted, c’est un peu le Patrick Sebastien du death
Hetone citer
Hetone
03/10/2018 12:13
note: 9.5/10
Awesome
Ander citer
Ander
03/10/2018 11:23
Rapidement survolé mais il m'est apparu au dessus des 2/3 derniers albums quand même (prod enfin à la hauteur, des compos un peu plus étoffées, influences black…)
MoM citer
MoM
02/10/2018 18:43
Rien que le début de Terrorvision a suffi à me faire lâcher, avec ces paroles à deux boules.
Le coup du drama bidule drama queen, sérieusement...

Y a des mots, dans le Death metal, ça passe moyen, je trouve Gros sourire
yog citer
yog
02/10/2018 11:53
A chaque nouvelle sortie, je tente quelques titres, mais c'est tellement devenu une blague quelque part entre l'auto-parodie et la dernière mouvance du moment, ce "groupe" (boite d'interim ? CDD pour intermittent en galère ?)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Aborted
Death Brutal Moderne
2018 - Century Media Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (4)  8/10
Webzines : (9)  7.87/10

plus d'infos sur
Aborted
Aborted
Death Brutal Moderne - 1995 - Belgique
  

tracklist
01.   Lasciate Ogne Speranza
02.   Terrorvision
03.   Farewell To The Flesh
04.   Vespertine Decay
05.   Squalor Opera
06.   Visceral Despondency
07.   Deep Red
08.   Exquisite Covinous Drama
09.   Altro Inferno
10.   A Whore d’Œuvre Macabre
11.   The Final Absolution

Durée : 45 minutes

line up
parution
21 Septembre 2018

voir aussi
Aborted
Aborted
Engineering The Dead

2001 - Listenable Records
  
Aborted
Aborted
Coronary Reconstruction (EP)

2010 - Listenable Records
  
Aborted
Aborted
Goremageddon
(The Saw and the Carnage Done)

2003 - Listenable Records
  
Aborted
Aborted
Strychnine.213

2008 - Century Media Records
  
Aborted
Aborted
The Necrotic Manifesto

2014 - Century Media Records
  

Essayez aussi
Beneath The Massacre
Beneath The Massacre
Incongruous

2012 - Prosthetic Records
  
Myrkskog
Myrkskog
Deathmachine

2000 - Candlelight Records
  
Syphilis
Syphilis
Gang Bang (Démo)

2009 - Autoproduction
  
Trigger The Bloodshed
Trigger The Bloodshed
Degenerate

2010 - Metal Blade Records
  
Benighted
Benighted
Asylum Cave

2011 - Season Of Mist
  

Sick Of It All
Wake the sleeping dragon
Lire la chronique
Le Canyon - Épisode 22 - Hit-Parade 2018
Lire le podcast
Haunt
Grimoires Of Undead Power
Lire la chronique
Embryonic Cells
Horizon
Lire la chronique
Dodsferd
Diseased Remnants of a Dyin...
Lire la chronique
Machine Head
Catharsis
Lire la chronique
Bilskirnir
In Solitary Silence
Lire la chronique
Skulmagot
Skulled To Death
Lire la chronique
Cemetery Urn
Barbaric Retribution
Lire la chronique
Svartidauði
Revelations Of The Red Sword
Lire la chronique
The Necromancers
Of Blood and Wine
Lire la chronique
Metalhertz #1 - L'influence de Chuck Schuldiner
Lire le podcast
Nag
Nagged to Death
Lire la chronique
Alone in the Mist
Useless
Lire la chronique
Outre-Tombe
Nécrovortex
Lire la chronique
Nachtmystium
Resilient (EP)
Lire la chronique
Au-Dessus + Furia + Mysticum
Lire le live report
Cénotaphe
Horizons (EP)
Lire la chronique
VƆID pour l'album "Jettatura"
Lire l'interview
Iskandr
Euprosopon
Lire la chronique
Armaggedon
The Satanic Kommandantur
Lire la chronique
Infernal Coil
Within a World Forgotten
Lire la chronique
Death Karma
The History of Death & Buri...
Lire la chronique
Mournful Congregation + Ophis
Lire le live report
Corpsessed
Impetus Of Death
Lire la chronique
Blackrat
Dread Reverence
Lire la chronique
Cadaveric Fumes / Skelethal
Heirs Of Hideous Secrecies ...
Lire la chronique
Spiritwood
The Art of the Subliminal W...
Lire la chronique
Metalhertz #3 - "La folie des compositeurs"
Lire le podcast
Requiem
Global Resistance Rising
Lire la chronique