chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
194 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Anguis Dei - Angeist

Chronique

Anguis Dei Angeist
Eh bien, cela faisait un long moment qu’on l’attendait cet album ! Non, non, pas nécessairement l’album de ANGUIS DEI en lui-même, même si effectivement c’est il y a déjà 5 ans que son premier album était annoncé ! Souviens-toi. 2016. Je chroniquais Ad Portas, la demo de 2 pistes qui faisait à peine 12 minutes. Une version agrémentée de deux morceaux supplémentaires sortait l’année suivante chez Svart records, et ensuite plus rien. L’attente. Juste quelques informations que je glanais directement auprès du génie caché derrière les paroles et les vocaux : Monsieur ARKHA SVA. Il m’avait expliqué ques les compositions étaient prêtes, que le groupe japonais avait trouvé le label : Drakkar Productions, que tout était prêt, mais que parfois ça n’avance pas aussi vite qu’on le souhaite… Donc, oui, cela faisait un long moment qu’on l’attendait cet album d’ANGUIS DEI, mais ce n’est pas ce que voulait dire ma première phrase. En fait, c’est carrément un album de black metal sympho de haute voltige que les amateurs du style attendent depuis trop longtemps, et qu’ils vont enfin trouver grâce à ANGUIS DEI ! Enfin, un album qui fait honneur au style, au vrai.
Sakrifiss se plaint fréquemment des étiquettes et des rapprochements parfois hasardeux entre des groupes de black metal qui incorporent du clavier. Pour moi, CARACH ANGREN et THE BISHOP OF HEXEN font du black théâtral. VARGRAV et quelques autres nouveaux venus mettent du clavier de façon plus atmosphérique que symphonique ou orchestrale. A FOREST OF STARS fait du black avantgardiste victorien… Donc quand on me les présentait comme d’excellents groupes de black sympho, je faisais tout de même la moue. Non pas la description soit le plus important dans une musique, mais elle est censée donner des indices et des idées du contenu d’un album. Donc même si la qualité des groupes cités à l’instant est à saluer, mon envie de black sympho ne s’y retrouve pas rassasiée ! J’attendais donc. Et c’est ANGUIS DEI qui est parvenu à satisfaire ma faim ! Normal en quelque sorte puisque l’une des dernières sensations dans le genre m’avait été procurée par l’autre groupe japonais JUNO BLOODLUST - qui en 2012 avec son The Lord of Obsession m’avait rappelé ANOREXIA NERVOSA – tenu par Juno qui est... qui est... qui est le compositeur ici !
Car oui, ANGUIS DEI est la réunion de noms qui font plaisir. On a dit que les vocaux sont au compte de U.:È.:Œ.: d’ARKHA SVA. Les compositions, guitares et clavier c’est Juno. Et il y a aussi le très respecté Hakuja à la basse, ainsi que le fidèle Summum Algor, à la batterie. Une équipe talentueuse qui ne pouvait que se transcender en alliant ses forces. Et les promesses ont été respectées. Dès les premières secondes, le résultat est là avec tout de suite une mélodie typique du style, et surtout les vocaux toujours aussi libérés, personnels de notre idole. Ceux qui se souviennent d’ARKHA SVA comprennent, l’homme n’hésite pas à monter dans les aigüs déchirés sur quelques notes. Voix rauques, graves, hautes... Grognements, susurrements... Voix black metal, voix d’opéra..., Il a tellement de timbres à son arc que les philatélistes sont en sueur ! Et pourtant il a demandé du renfort pour un titre, en demandant à notre star nationale, omniprésent depuis quelques mois dans la scène black metal : Hreidmarr ! On imagine comme Juno devait être tout foufou de la nouvelle tellement il paraît fan des albums d’ANOREXIA NERVOSA !
Les vocaux si particulier de U.:È.:Œ.: permettent toujours de donner des saveurs originales à ses morceaux, mais les compositions sont aussi excellentes, avec un équilibre réussi entre les passages agressifs et les éclaircies qui ne sont pas toutes au clavier, mais parfois amorcées par des solos de guitare. On retrouve un véritable black sympho galopant, qui fait un gros ménage ! C’est extrêmement jouissif d’écouter ces 8 pistes, qui ne se mettent aucune frontière. Juno se fait tellement plaisir ! Sur « The Darkenbound », intermède qui sert auss d’intro à « L’autre Serpent », il nous montre son visage X Japan en sortant le piano et jouant une balade mélancolique !
Aaaaah, ça fait du bien. ANGUIS DEI va satisfaire les oreilles de tous ceux qui ont encore envie d’aimer le black symphonique / orchestral, et pourrait même convaincre ceux qui n’ont jamais vraiment plongé dedans !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Stockwel citer
Stockwel
21/01/2021 14:33
Alors là j'ai hâte d'écouter ça XD

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Anguis Dei
Black Metal Symphonique
2021 - Drakkar Productions
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Anguis Dei
Anguis Dei
Black Metal Symphonique - 2014 - Japon
  

nouveaute
A paraître le 31 Janvier 2021

tracklist
01.   Bortenfor Grensen
02.   Through the Aperture of Time
03.   Angela Krudeliis Ambitiosa Nokturniis
04.   Angeist
05.   The Darkenbound
06.   L'autre Serpent
07.   Separation of Æthyr
08.   Wrestoration

Durée : 44:29

voir aussi
Anguis Dei
Anguis Dei
Ad Portas (Démo)

2016 - Autoproduction
  

Essayez aussi
Thundra
Thundra
Worshipped By Chaos

2006 - Black Lotus Records
  
Abigail Williams
Abigail Williams
In The Shadow Of A Thousand Suns

2008 - Candlelight Records
  
Saturnian
Saturnian
Dimensions

2012 - Indie Recordings
  
Cradle Of Filth
Cradle Of Filth
Cryptoriana
(The Seductiveness of Decay)

2017 - Nuclear Blast Records
  
Profane Burial
Profane Burial
The Rosewater Park Legend

2018 - Apathia Records
  

Rotting Christ
Triarchy of the Lost Lovers
Lire la chronique
Pearl Jam
Lost Dogs (Compil.)
Lire la chronique
Rotting Christ
Thy Mighty Contract
Lire la chronique
La Voûte #3 - La prérogative de l'Imaginaire
Lire le podcast
Purification
Dwell in the House of the L...
Lire la chronique
Furia
W śnialni
Lire la chronique
Thron
Pilgrim
Lire la chronique
Sanctum
On The Horizon
Lire la chronique
Ulvegr
Isblod
Lire la chronique
XenoKorp,l'enfer du décor
Lire l'interview
Amputation
Slaughtered In The Arms Of ...
Lire la chronique
Ceremony
Rohnert Park
Lire la chronique
Dream Theater
Black Clouds & Silver Linings
Lire la chronique
Afterbirth
Four Dimensional Flesh
Lire la chronique
Edoma
Immemorial Existence
Lire la chronique
Kjeld
Ôfstân
Lire la chronique
Intellect Devourer
Demons Of The Skull
Lire la chronique
Knoll
Interstice
Lire la chronique
Simulacrum
Genesis
Lire la chronique
Socioclast
Socioclast
Lire la chronique
David THIERREE : le meilleur illustrateur de BLACK METAL ???
Lire le podcast
Abyssal Vacuum
MMXIX (EP)
Lire la chronique
Morbid Angel
Abominations Of Desolation
Lire la chronique
Bloodkill
Throne Of Control
Lire la chronique
Dream Theater
Systematic Chaos
Lire la chronique
Sodality
Gothic
Lire la chronique
Tragedy in Hope
Sleep Paralysis
Lire la chronique
Gravesend
Methods Of Human Disposal
Lire la chronique
Les Chants De Nihil
Le Tyran Et l’Esthète
Lire la chronique
Obskuritatem
Hronika Iz Mraka
Lire la chronique