chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
154 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Drudkh - They Often See Dreams About the Spring

Chronique

Drudkh They Often See Dreams About the Spring
(Їм часто сниться капіж)

Grand parmi les Grands, Seigneur dominant, Drudkh a longtemps côtoyé les sommets. Il a longtemps tutoyé les anges. Sa trilogie de rêve – Forgotten Legend, Autumn Aurora et Blood in our wells – l’a posé en apôtre d’un BM atmo, épique et totalement habité comme à nul autre pareil. Du son, étudié à la perfection, un poil harsh, un poil velouté, qui manifeste une course effrénée au travers des grandes steppes de l’Est à la structure même des titres, qui favorise l’emphase, les ponts mélancoliques et des reprises dynamiques ultra épiques, Drudkh a étalé sa science de la composition comme on étale du caviar sur un blinis.

Mais comme tous les Grands, Drudkh a aussi connu des passages à vide. Comment le lui reprocher ? Comment peut-on ne jamais décevoir lorsque l’on est monté si haut ? Songs of Grief and Solitude nous avait déjà un peu alerté – pourtant placé au cœur de la grande période du groupe – mais ce ne fut rien en comparaison d’un Estrangement peu inspiré et surtout d’un Handfull of Stars misérable. Sans doute conscient du changement déceptif, le groupe a tenté de redresser la barre par deux albums très corrects mais à nouveau relativement éloignés de ses potentialités d’origine (Eternal turn of the Wheel et A Furrow Cut Short). A moins que l’auditeur, gavé jusqu’à la moelle des mélodies divines susmentionnées, n’ait plus le recul suffisant pour apprécier à sa juste valeur les offrandes d’un groupe qui demeure très au-dessus de la majeure partie de ce qui se fait en la matière.

Alors que vaut donc leur dernière galette, joliment intitulée They Often See Dreams About the Spring ? Tout dépend du point de vue que l’on y attache. Si l’on se penche sur ce disque en ayant écouté les trois chefs d’œuvre précédemment cités, cet album reste en roue libre. Du Drudkh sympa, agréable, d’un niveau très acceptable mais nécessairement en deçà du potentiel antérieurement exprimé. Si l’on veut bien prendre le temps de l’examiner avec un regard plus neuf (mais peut-être n’est-ce pas pertinent non plus), ce nouveau Drudkh recèle tout de même quelques belles surprises.

Nakryta Neba Burym Dakhom…, le premier titre de 10 minutes, ouvre de façon très classique sur des mélodies épiques, très dynamiques, fondues dans la masse et recouvertes de la voix d’ours de Thurios. Les ponts atmo classieux sont aussi de la partie (dès 4’30 sur Nakryta Neba Burym Dakhom… et sa reprise à 8’57, très véloce sur les mélodies également), souvent profonds, travaillés et variés. Le titre ondule, révélant à nouveau la patte Drudkh, tel un dragon se déplaçant dans les airs ; la structure est chargée en informations, en petits arrangements (surtout sur la batterie) et le titre s’absorbe très facilement. Indéniablement, Drudkh livre là une prestation d’excellent niveau, comme le laissait d’ailleurs augurer son récent split avec Paysage d’Hiver. U Dakhiv Irzhavim Kolossyu…, le second morceau de près de 9 minutes, reprend la même formule. Des lead agressifs, une mélodie qui chapeaute la structure et une architecture encore relativement progressive, mais avec cette fois-ci une première cassure : la présence de soli plus aériens, plus détachés, plus désincarnés qui le disputent – à nouveau – à des reprises tout en puissance épique. La patte Drudkh revient encore à la surface, par le truchement de lignes de grattes répétitives, hypnotiques où mélodies mélancoliques et lead plus tranchants se fondent dans un moule identique. Le pont central (vers les 5’) se distingue ici, qui renverse le principe : les mélodies occupaient tout l’espace, le pont se tourne vers l’agression, vers des attaques de grattes très franches avant que la cassure mélodique ne reprenne le dessus. Un très beau morceau, parfaitement équilibré, dans l’esprit de ce que Drudkh a produit de meilleur.

La recette est éprouvée. Elle fait pourtant de nouveau mouche. Car même lorsqu’un titre semble plus en deçà, comme Vechirniy Smerk Okutuye Kimnaty... ou Za Zoreyu Scho Striloyu Syaye…, plus quelconques, plus fouillis, Drudkh dégaine une trouvaille, une astuce qui en relance l’intérêt. Ici, des lead quasi étouffés, une basse plus ronde, une batterie dont les roulements sont plus tranchants. Là, des mélodies d’intro aériennes sublimes, cotonneuses et d’une belle profondeur, juste perturbées de lead lumineux qui les transpercent. Bilyavyi Den’ Vtomyvsya I prytykh… clôture en près de 9 minutes un album qui ne devra pas être négligé même par ceux qui, comme moi, ont toujours cette tentation de regarder derrière. Ce dernier titre, plus marquant par l’agressivité nette qu’il dégage, par la dynamique très élevée de sa rythmique, tranche un peu avec le reste de l’album. Il convient toutefois de ne pas se tromper. Même si elles apparaissent moins nettement, les mélodies restent présentes. Une écoute attentive révèle encore le travail sur la structure, plus proche cette fois-ci d’un Hate Forest dans l’approche intellectuelle.

Si l’on veut bien prendre le temps de considérer que le Drudkh d’aujourd’hui ne saurait être celui d’hier, jusqu’à l’artwork plus typé Handfull que Legend, si l’on veut bien également (mais encore une fois, est-ce pertinent ?) se détacher de ce qui a été pour n’envisager que ce qui est, il faut, à mon sens, s’en tenir à une conclusion la plus objective possible : ce nouveau Drudkh recèle bien des qualités. Il a sans doute perdu en émotion. Mais au fond, les éléments qui nous ravissaient hier, en grande partie, n’ont pas complètement disparu. N’est-ce pas là l’essentiel ?

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Neurocatharsis citer
Neurocatharsis
14/07/2018 12:37
Groupe sur lequel je n'avais pas posé un seule oreille depuis des lustres, et si oui on sent que les pics d'émotions des meilleurs albums ne sont pas là, celui-ci reste très abouti dans le genre.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
24/03/2018 15:22
note: 7.5/10
Assez d'accord avec toi dans l'ensemble, ça fait surtout plaisir de voir que les ukrainiens arrivent encore à pondre un bon disque, après deux derniers albums très très moyens ... Sans être intouchable comme les premiers il contient suffisamment de bonnes choses pour qu'on se laisse happer par leur musique.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Drudkh
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (3)  6.5/10
Webzines : (9)  8.03/10

plus d'infos sur
Drudkh
Drudkh
Black metal - 2002 - Ukraine
  

tracklist
01.   Nakryta Neba Burym Dakhom…
02.   U Dakhiv Irzhavim Kolossyu…
03.   Vechirniy Smerk Okutuye Kimnaty...
04.   Za Zoreyu Scho Striloyu Syaye…
05.   Bilyavyi Den’ Vtomyvsya I prytykh…

Durée : 43:30

line up
parution
9 Mars 2018

voir aussi
Drudkh
Drudkh
Blood In Our Wells

2006 - Supernal Music
  
Drudkh
Drudkh
Handful Of Stars

2010 - Underground Activists
  
Drudkh
Drudkh
A Furrow Cut Short
(Борозна обірвалася)

2015 - Season Of Mist
  
Drudkh
Drudkh
Microcosmos

2009 - Underground Activists
  
Drudkh
Drudkh
The Swan Road

2005 - Supernal Music
  

Essayez aussi
Missa Mortvm
Missa Mortvm
Et Lux Perpetua Luceat Eis​.​.​.

2015 - Satanath Records
  
Helrunar
Helrunar
Niederkunfft

2015 - Lupus Lounge
  
True Black Dawn
True Black Dawn
Come The Colorless Dawn

2016 - World Terror Committee Records
  
Clandestine Blaze
Clandestine Blaze
City of Slaughter

2017 - Northern Heritage
  
Tardigrada
Tardigrada
Emotionale Ödnis

2016 - Eisenwald Tonschmiede
  

Surprise de l'année
Mütiilation
The Lost Tapes (Compil.)
Lire la chronique
Kriegsmaschine
Apocalypticists
Lire la chronique
Acid Bath
Paegan Terrorism Tactics
Lire la chronique
SOS Chanteurs ! (Famine / Kvarforth / Ravenlord)
Lire le podcast
Blurr Thrower
Les Avatars Du Vide (EP)
Lire la chronique
At The Gates + Behemoth + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Horns
Czerń
Lire la chronique
Wolvennest
Void
Lire la chronique
Napalm Death
Nazi Punks Fuck Off (EP)
Lire la chronique
Cantique Lépreux
Paysages Polaires
Lire la chronique
Hexenbrett
Erste Beschwörung (EP)
Lire la chronique
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned...
Lire la chronique
Nyctophilia
Ad Mortem et Tenebrae
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Feral
Flesh For Funerals Eternal
Lire la chronique
Ossuarium
Living Tomb
Lire la chronique
AC/DC
Flick Of The Switch
Lire la chronique
PPCM #7 : Pour ce soir, tu mangeras les RESTES (VITAUX) !
Lire le podcast
Sunwheel
I Am the One
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Tomb Of The Mutilated
Lire la chronique
Obscenity
Summoning The Circle
Lire la chronique
Vetala
Retarded Necro Demential Hole
Lire la chronique
Psychotomy
Aphotik
Lire la chronique
Seigneur Voland
Consumatum Est (Compil.)
Lire la chronique
John Garcia
John Garcia and The Band Of...
Lire la chronique
Carnal Forge
Gun To Mouth Salvation
Lire la chronique
Monstrosity
The Passage Of Existence
Lire la chronique
Guðveiki
Vængför
Lire la chronique
Maniac
Ruthless (EP)
Lire la chronique
Lord Ketil
Long Lone Among the Wolves
Lire la chronique