chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
83 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Immortal - Diabolical Fullmoon Mysticism

Chronique

Immortal Diabolical Fullmoon Mysticism
Voilà. C'est l'après-midi. Et je me dis que je vais aller lire des chroniques de vieilleries sur Thrashocore. Qu'est-ce-que je vais taper ? Immortal ! Allez ! J'ai pas écouté depuis belle-lurette ! Bon 10/10 à « Pure Holocaust », c'est absolument normal et des mentions à tout les autres albums. « Battles In The North » : chaotique, « Blizzard Beast » : chiant et puis les disques récents qui sont ce qu'ils sont. Tout est bon, tout y est... Hé mais attends, non tout n'y est pas. Il n'y a strictement personne qui a daigné écrire une ligne sur le premier opus d'Immortal : « Diabolical Fullmoon Mysticism ». Bizarre toute de même puisqu'il est le réceptacle d'un des titres les plus cultes de la formation, j'ai nommé le fameux « The Call Of The Wintermoon » relatant cet épisode visuel assez cocasse où les trois zigotos déambulent en déguisement d'Halloween dans une forêt verdoyante.

Ceci dit en y réfléchissant un peu, c'est vrai que ce premier opus est souvent oublié des amateurs du genre. Il faut dire qu'à leur décharge, « Diabolical Fullmoon Mysticism » est soit complètement cryptique ( il l'assume d'ailleurs haut et fort dans le titre « Cryptic Winterstorms »), soit complètement con. Des détails, comme les enchaînements abruptes et absurdes entre les passages à la guitare acoustique et les déferlantes Black Metal – et encore déferlantes, encore faudrait-il qu'elles soient puissantes pour qu'elles puissent déferler... -, la batterie aussi régulière qu'un poivrot tapant sur le comptoir du bar ou encore le look complètement hors-sujet du batteur Armagedda (dégaine cuir, ray-ban et cheveux frisé seventies) n'attirent pas vraiment l'intérêt de l'auditeur. Si l'album peut sembler grotesque, ce n'est pas la production qui va relever le niveau, étant donné qu'il faut vraiment monter le son pour comprendre quelque chose. On se demande d'ailleurs qu'est-ce-que le groupe a voulu faire pour terminer avec ce résultat : à commencer par une basse étrange presque rock-garage dans sa résonance. Mais ce n'est pas tout car on observe également une batterie sur-mixée et triggée avec un son pour le moins dérangeant à première vue (étrangement d'ailleurs, puisque si le procédé technique du trigger est utile à des vitesses faramineuses pour éviter un impact sur la puissance du son de grosse caisse, on ne peut pas dire que Armagedda livre des parties supersoniques justifiant un tel procédé) et une guitare bien trop en retrait, comme si Demonaz avait un peu oublié de pousser le son sur l'ampli. Le rendu final fait donc très « coup d'essai » malgré l'A.O.C. « Grieghallen » apposée au dos de l'objet.

Mais nonobstant ces défauts qui sautent aux yeux, « Diabolical Fullmoon Mysticism » est un peu la fille moche mais cool quand même. On l'aime bien, malgré son aspect carrément rebutant. Si on creuse un peu, on y trouve un fond avec plein de bonnes choses. Le final absolument génial en terme de riffing de « Call Of The Wintermoon » par exemple, qui annonce avant l'heure la réussite intégrale de Demonaz sur l'album suivant. On peut aussi citer le groovy « Blacker Than Darkness », rare voire unique titre de Black Metal donnant envie de faire du Twerk. Un « Unholy Forces of Evil » plein de bon sens dans sa construction mélodique (malgré le fait qu'il soit un peu idiot d'y avoir glissé une rythmique funky en contre-temps...). « Cryptic Winterstorms » développe aussi une atmosphère très étudiée avec ses guitares claires superposées au riffs Black. Un procédé qui sera d'ailleurs repris et amélioré plus tard par Abbath sur « At The Heart Of Winter ». Vous l'aurez remarqué, chaque titre possède des qualités et des moments forts. Une régularité finalement assez remarquable pour un disque de jeunes garçons débutants en la matière.

Mais, en plus de ces qualités devenant évidentes au fur et à mesure des écoutes : ce premier jet a un côté Punk/Badass difficile à nier et renforcé par ce son de basse très métallique. Un aspect délibérément va-te-faire-foutre ainsi qu'un côté « enregistré sous T.H.C. » (cf : le flanger sur « Cold Winds Of Funeral Dust ») qui séduira bon nombre d'amateurs en quête d'un Immortal méconnu, différent et très loin d'être inintéressant. « Diabolical Fullmoon Mysticism » est probablement une des sorties les plus atypiques du True-Black norvégien des années quatre-vingt-dix. Une personnalité reconnaissable grâce à quelques petits détails mais en pleine construction : voilà ce que révèle ce premier méfait.

Finalement, « D.F.M. » pour les intimes est comparable au « Bleach » de Nirvana dans la démarche. Il sent très fort la jeunesse notamment à cause de la production et de l'aspect bancal des compositions mais ces caractéristiques en font un album sympathique. Un début finalement pas si ridicule que ça et annonçant la couleur de ce qui allait se passer par la suite. Même si ce n'est évidemment pas le meilleur Immortal, je garde une affection pour cet opus et pense qu'il mérite le détour.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
10/09/2014 12:53
note: 7.5/10
Dépend, honnêtement, la discographie d'Immortal est riche de genres différents tout de même.

D'aucun apprécieront la qualité d'émotions brutes d'un "Pure Holocaust" (qui est pour le coup, tout sauf plastique !), d'autres la brutalité sans pitié d'un "Battles In The North" et d'autres encore l'aspect plus mélodique des albums plus récents (dont "At The Heart Of Winter" est le fer de lance). M'est avis que chacun peut trouver un Immortal à son goût. J'ai un penchant pour "Pure Holocaust" et son côté symphonie de riffs gelés comme l'avait très judicieusement décrit Häxan dans sa chronique...

Très judicieuse précision d'ailleurs, MrBlack12, la voix d'Abbath est encore au stade juvénile sur ce premier disque !
tasserholf citer
tasserholf
10/09/2014 12:26
Je n'ai jamais pu accrocher à Immortal, pourtant j'ai eu assez tôt dans ma vie de metalleux "At the heart of winter" considée comme culte.

Mais je sais pas, quelque chose m'empêche de rentrer dans leur univers, j'ai toujours trouvé leur musique trop... plastique.
Invité citer
MrBlack12
10/09/2014 10:27
C'est vrai que cet album est souvent oublié mais on sent déjà le truc épique qui se prépare, Cryptic Winterstorms est vraiment excellent avec une influence Bathory-Blood Fire Death très présente je trouve.
D'ailleurs le seul album où Abbath n'as pas encore sa voix "caractéristique".

Et ce clip.. vraiment pas le truc à montrer à tes potes si tu veux donner de la crédibilité à ce genre musical.
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
09/09/2014 22:47
note: 7.5/10
Bah pareil, je ne parierais pas à 100% mais je pense qu'il y a un trigger sur la grosse caisse. Le son me paraît beaucoup trop rêche pour que ce soit un résultat naturel. Après, c'est évident que c'est de toute façon très très mal mixé (probablement que ce brave Pytten était un peu - beaucoup ? - à l'ouest ce jour là) mais justement, en tenant compte du mixage très en avant et du son final, j'ai du mal à imaginer un rendu autre que synthétique.

Le problème, c'est qu'un trigger étant modifiable à volonté en terme de sonorité ( il n'y a qu'a voir la grosse caisse de Hellhammer - seul élément triggé du kit - sur "Ordo Ad Chao" qui sonne très naturelle), je ne peux rien affirmer non plus.
Mais bon, je pense qu'il aurait fallu être sur place en 1992 pour avoir le fin mot de cet histoire ah ah !

D'ailleurs, je suis d'accord avec Momos, le trigg sur DMDS est incompréhensible et il gâche un peu tout... Mais c'est un autre sujet ah ah !

Momos citer
Momos
09/09/2014 22:18
FleshOvSatan a écrit : (un peu à la manière du trigg sur DMDS) Le cancer de l'album.
von_yaourt citer
von_yaourt
09/09/2014 20:20
note: 7/10
Ha non, je ne te reprenais pas là dessus mais sur le fait qu'il y ait l'utilisation de triggers en premier lieu. Mr Green

Je ne saurais être affirmatif mais pour moi le son est 100% naturel (ceci dit on peut utiliser un trig et avoir un rendu naturel) mais simplement très mal produit. La prise micro était naze, l'ingé son bourré ou simplement le choix du mixage final qu'ils ont fait était volontairement raw, j'en sais rien, mais toujours est-il que ça m'étonnerait que quelque élément que ce soit de la batterie ait été triggé. Comme t'as pas précisé je suppose que tu parles de la grosse caisse, qui est simplement très en avant dans le mix et qui a un son très "mat", qu'on retrouve dans d'autres groupes n'utilisant pas de triggers. Endstille par exemple mais leurs productions sont bien meilleures que celles de DFM et la grosse caisse est plus en retrait.
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
09/09/2014 19:37
note: 7.5/10
Lu non, mais disons qu'en comparant le son de cet album avec ceux des autres disques sortis du Grieghallen, je pense qu'il y a eu un trigg sur la grosse caisse (un peu à la manière du trigg sur DMDS). Disons que ce n'est pas "sur-triggé" dans le sens d'une production au rendu plastique mais plutôt que le son du Trigg est mal-choisi et mal-mixé.

La réponse serait du coup son de trigg mal choisi + mixage aux fraises.

Ceci dit, merci pour la remarque, je vais affiner ma phrase de manière à préciser ce que je veux dire par là !

von_yaourt citer
von_yaourt
09/09/2014 18:09
note: 7/10
Hein, une batterie triggée ? T'as lu ça quelque part ou tu confonds simplement mixage aux fraises et son de trig mal réglé ? What the fuck?!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Immortal
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (11)  7.64/10
Webzines : (10)  6.91/10

plus d'infos sur
Immortal
Immortal
Black metal - 1991 - Norvège
  

vidéos
The Call of the Wintermoon
The Call of the Wintermoon
Immortal

Extrait de "Diabolical Fullmoon Mysticism"
  

tracklist
01.   Intro  (01:35)
02.   The Call Of The Wintermoon  (05:40)
03.   Unholy Forces Of Evil  (04:28)
04.   Cryptic Winterstorms  (06:08)
05.   Cold Winds Of Funeral Dust  (03:47)
06.   Blacker Than Darkness  (04:17)
07.   A Perfect Vision Of The Rising Northland  (09:04)

Durée : 34:59

line up
parution
1 Juillet 1992

voir aussi
Immortal
Immortal
All Shall Fall

2009 - Nuclear Blast Records
  
Immortal
Immortal
Sons Of Northern Darkness

2002 - Nuclear Blast Records
  
Immortal
Immortal
Northern Chaos Gods

2018 - Nuclear Blast Records
  
Immortal
Immortal
Battles In The North

1995 - Osmose Productions
  
Immortal
Immortal
Pure Holocaust

1993 - Osmose Productions
  

Nécrocachot
Malfeu
Lire la chronique
Kult
The Eternal Darkness I Adore
Lire la chronique
Monolyth
A Bitter End - A Brave New ...
Lire la chronique
Profane Order
Tightened Noose Of Sanctimo...
Lire la chronique
The Great Old Ones au LADLO Fest - 10th Year Anniversary
Lire l'interview
Steingrab
Jahre nach der Pest
Lire la chronique
Lucifer's Hammer
Time is Death
Lire la chronique
Livid
Beneath This Shroud, the Ea...
Lire la chronique
Deiquisitor
Downfall Of The Apostates
Lire la chronique
Infestus
Thrypsis
Lire la chronique
Author & Punisher
Beastland
Lire la chronique
Bölzer + One Tail, One Head + Orkan + Taake
Lire le live report
Vanhelgd
Deimos Sanktuarium
Lire la chronique
VƆID
Jettatura
Lire la chronique
Obskuritatem
U Kraljevstvu Mrtvih...
Lire la chronique
Behemoth
I Loved You at Your Darkest
Lire la chronique
Aorlhac au LADLO Fest - 10th year anniversary
Lire l'interview
Alchemyst
Nekromanteion
Lire la chronique
Jesus Piece
Only Self
Lire la chronique
Black Sin
Solitude Eternelle
Lire la chronique
Unholy Baptism
Volume I: The Bonds of Serv...
Lire la chronique
Frozen Graves
Frozen Graves
Lire la chronique
Les clips dans le black metal (Et ta gueule !)
Lire le biographie
Solar Temple
Fertile Descent
Lire la chronique
Nuisible
Slaves and Snakes
Lire la chronique
Drawn And Quartered
The One Who Lurks
Lire la chronique
Wastes
Into the Void of Human Vacuity
Lire la chronique
Beyond Creation
Algorythm
Lire la chronique
Le Canyon - Épisode 19 - L'autel Païen
Lire le podcast
Norrhem
Vaienneet voittajat
Lire la chronique