chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Iron Maiden - The Number Of The Beast

Chronique

Iron Maiden The Number Of The Beast
En moins de deux ans la vierge de fer est déjà devenue une valeur sûre de la nouvelle scène Britannique signant deux albums à la qualité reconnue et enchaînant les concerts un peu partout sur la planète où leurs prestations carrées et enflammées déchaînent les foules et les passions. Cependant si sur scène tout à l’air d’aller pour le mieux en interne la situation ne cesse de se compliquer car Paul Di’Anno miné par son alcoolisme et ses excès en tout genres (qui n’ont cessé de prendre de l’ampleur en tournée) devient de plus en plus ingérable, du coup le groupe n’a finalement pas d’autre choix que de le mettre à la porte et va devoir trouver un nouveau chanteur de haut niveau une mission qui s’annonce difficile. Finalement c’est Rod Smallwood leur manager qui va s’en charger et son choix va se porter sur Bruce Dickinson qui évoluait jusqu’à présent dans SAMSON, celui-ci va enchaîner dans la foulée quelques dates avec son nouveau groupe histoire de prendre la température et de s’intégrer au mieux à son état d’esprit, car si au départ son arrivée n’a pas fait l’unanimité elle signe aussi le début d’une nouvelle ère et d’une évolution musicale plus poussée et aboutie où le côté punk est définitivement parti avec son ancien frontman pour laisser place aux harmonies et mélodies épiques.

En effet si on sentait bien poindre auparavant une évolution dans ce sens il faut reconnaître que peu de gens s’attendaient à un tel bond en avant (surtout si peu de temps après « Killers » et ce changement majeur de personnel) car si l’album parfait n’existe pas il est cependant indéniable que dès sa sortie en mars 1982 (durant l’immense tournée « Beast on the road world tour ») beaucoup de gens se rendent compte du pavé dans la mare jeté par les cinq anglais. Avec sa pochette qui claque il a tout pour séduire un public avide de gros son et de thématique sombre, et puis ce qui marque dès le départ c’est la production de Martin Birch qui est impressionnante, car il a réussi à faire sonner chaque instrument avec une puissance inouïe et surtout avec un équilibre parfait et très professionnel où la basse de Steve Harris ronronne de plaisir sur ses cavalcades guerrières, la batterie donne un rendu impeccable et les guitares sonnent avec une grande clarté, le tout avec des parties vocales mises au même niveau et à pleurer.

L’autre force de ce disque c’est sa densité puisque six des huit titres du pressage originel sont devenus des classiques absolus joués encore régulièrement lors de leurs concerts, curieusement ce sont ceux plus recherchés et aboutis qui le sont devenus car « Invaders » et « Gangland » comportent encore quelques relents de leurs débuts, et malgré leurs qualités ils sont plus faibles que l’ensemble et d’ailleurs ne peuvent rivaliser avec lui. Ce qui est nouveau également c’est que pour la première fois Steve Harris a davantage délégué l’écriture aux autres membres et cela se ressent car si le bassiste a poussé la musique et les textes à un niveau encore plus élevé qu’auparavant l’apport d’Adrian Smith se révèle décisif pour les harmonies (cela se confirmera par la suite) et montre l’importance du guitariste au sein de la formation pendant le reste de la décennie. Ce dernier cosigne « The Prisoner » et « 22 Acacia Avenue », deux pièces-maîtresses magistrales de fluidité et d’intelligence, car pour la première on est au plein hommage à la célèbre série du même nom qui débute par la voix du regretté n°6 (alias Patrick Mc Goohan) et avec l’introduction de Clive Burr puissante et en parfait raccord, avant ensuite de s’emballer et d’offrir un des plus beau double solo de sa paire de guitaristes. L’emballement semble être un de maîtres-mots des nouvelles compositions car sur la seconde (qui est la suite de « Charlotte The Harlot ») on démarre paisiblement avant une longue et progressive montée conclue là encore par un solo sublime et qui montre le groupe presque à son sommet, car la suite va être encore plus incroyable.

Celle-ci signée du seul leader nous envoie au combat et vers l’aventure et les cinq titres suivants vont se montrer tous plus épiques les uns que les autres avec toujours une écriture et composition remarquable, tout d’abord via « Children of the Damned » inspiré par le célèbre classique en noir et blanc « Le village des damnés » sorti en 1960 (et dont John Carpenter signera un remake intéressant en 1995) et sa suite réalisée quatre ans après, qui là encore reprend la construction tout en emballement avec cette fin tout en roulement de caisse claire d’une grande rapidité et impeccable. Après cela viennent ensuite les trois incontournables, à commencer par le morceau-titre (dont le thème bien loin du satanisme que certains ont voulu faire croire à l’époque) qui débute par une citation tirée du « Livre des révélations » de Saint-Jean que l’on trouve au chapitre 13, verset 18 qui symbolise la bête de l’apocalypse avant ensuite que l’ensemble ne se mette en marche ensuite et se déroule avec une facilité et une accroche qui fait encore mouche aujourd’hui même si on a entendu le titre des milliers de fois. On peut dire la même chose de « Run to the Hills » dont l’intro de Clive Burr est probablement une des plus célèbres du combo encore aujourd’hui et qui sous son air entraînant et joyeux raconte les exactions commises par les européens envers les indiens d’Amérique. Enfin comment ne pas terminer cette chronique (et la plupart de leurs prestations scéniques) sans évoquer le légendaire « Hallowed be thy Name » où l’on se met dans la peau d’un condamné à mort qui vit ses derniers instants avant son exécution et où là encore la variété des tempos confère à l’ensemble un vrai raccord avec les paroles là encore d’une grande profondeur.

Autant dire qu’en cette année 1982 pourtant riche en sorties de haut niveau (« Screaming for Vengeance » de JUDAS PRIEST, « Thriller » de Michael Jackson) IRON MAIDEN laisse la concurrence loin derrière avec cette œuvre titanesque vendue à plus de sept millions d’exemplaires, dont on ne se lasse jamais et qui se bonifie avec l’âge. On pouvait alors penser que les gars avaient atteint leur pic créatif, ça ne sera pas le cas avec des opus qui seront encore plus élaborés dans le futur, en revanche c’est la dernière participation de Clive Burr (R.I.P) qui a exprimé pleinement son éblouissant talent et qui laisse le siège vacant pour un successeur dont le quartet restant n’aura pas besoin de chercher bien loin.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

Niktareum citer
Niktareum
31/08/2016 11:57
note: 8.5/10
Album culte s'il en est mais auquel je préfère un "Killers" quasi parfait de bout en bout alors que là y'a quelques temps morts pour moi ("Run to the hills" finit par m'agacer un peu, "Gangland" est en dessous) et surtout je ne me ferai jamais au refrain Mickey Mouse de "Invaders", j'ai jamais compris et je ne comprendrai probablement jamais...
A côté de ça il reste 2 titres cultissimes.
hammerbattalion citer
hammerbattalion
31/08/2016 08:14
Je lui ai toujours préféré le précédent et le suivant, pourquoi, j'en sais rien, je ne l'écoute jamais. Comprends pô, pourtant comme vous dites les gars, la plupart des morceaux frise(ent) le génie. Mystère!
AxGxB citer
AxGxB
30/08/2016 13:19
note: 9/10
Effectivement, j'avais pas calculé... En tout cas drôle d'anecdote.
Welcome back Hurgh Clin d'oeil
Jean-Clint citer
Jean-Clint
30/08/2016 13:40
note: 9.5/10
AxGxB pour info Nicko Mc Brain joue sur "Marche ou crève" et Clive Burr sur "Trust IV", c'est pour ça que je disais à la fin que les gars n'allaient pas chercher bien loin leur nouveau batteur (inversion des gars dans leurs groupes respectifs)
hurgh citer
hurgh
30/08/2016 12:37
note: 9.5/10
Un des tous premiers albums metal que j'ai acheté, mon premier Maiden. Choisi totalement au pif d'ailleurs, je trouvais la pochette géniale. on peut dire que j'ai eu le nez creux ! Alors forcément, je ne peux pas être totalement objectif. Même Gangland et Invaders j'adore... Réellement, "Hallowed..." est l'un des morceaux les plus géniaux qui soient, du génie. Super les chros comme ça, bonne initiative Thrasho !
AxGxB citer
AxGxB
30/08/2016 10:53
note: 9/10
Excellent, je ne savais pas ça. Comment McBrain s'est retrouvé chez Trust d'ailleurs ?
En tout cas, c'est cool de voir des chroniques des premiers Maiden ici. Ça manquait très clairement. Probablement l'un de mes albums préféres du groupe avec "Piece Of Mind" que j'ai pourtant longtemps boudé.
BBB citer
BBB
30/08/2016 10:16
note: 9/10
Anecdote:
Clive Burr quittera Iron Maiden pour rejoindre Trust, dont le batteur de l'époque, Nico McBrain, rejoindra Iron Maiden.
Dark Nico citer
Dark Nico
29/08/2016 16:25
note: 10/10
Rien à dire, une quasi perfection.
Hallowed By Thy Name est sans doute la meilleur chanson métal de tous les temps !! (carrément ouais je sais :-))
Et dire que quand je l'ai écouté la première fois (en 1985 je pense....) j'ai été déçu à cause du passage de Paul à Bruce.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Iron Maiden
Heavy Metal
1982 - EMI
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (24)  8.88/10
Webzines : (9)  8.3/10

plus d'infos sur
Iron Maiden
Iron Maiden
Heavy Metal - 1975 - Royaume-Uni
  

vidéos
The Number of the Beast
The Number of the Beast
Iron Maiden

Extrait de "The Number Of The Beast"
  

tracklist
01.   Invaders  (03:24)
02.   Children Of The Damned  (04:36)
03.   The Prisoner  (06:03)
04.   22 Acacia Avenue  (06:38)
05.   The Number Of The Beast  (04:51)
06.   Run To The Hills  (03:54)
07.   Gangland  (03:49)
08.   Hallowed Be Thy Name  (07:13)

Durée : 40:28

line up
parution
22 Mars 1982

voir aussi
Iron Maiden
Iron Maiden
The Book Of Souls

2015 - Paragon Records
  
Iron Maiden
Iron Maiden
Dance Of Death

2003 - Sanctuary Records
  
Iron Maiden
Iron Maiden
Killers

1981 - EMI
  
Iron Maiden
Iron Maiden
Piece Of Mind

1983 - EMI
  
Iron Maiden
Iron Maiden
Seventh Son Of A Seventh Son

1988 - EMI
  

Essayez aussi
Diamond Head
Diamond Head
The Coffin Train

2019 - Silver Lining Music
  
Savage Master
Savage Master
Mask Of The Devil

2014 - Skol Records
  
Accept
Accept
Stalingrad
(Brothers In Death)

2012 - Nuclear Blast Records
  
Yngwie Malmsteen
Yngwie Malmsteen
Magnum Opus

1995 - Music For Nations
  
Annihilator
Annihilator
Set The World On Fire

1993 - Roadrunner Records
  

Temple Of Dread
World Sacrifice
Lire la chronique
Stygian Crown
Stygian Crown
Lire la chronique
Atavist
III: Absolution
Lire la chronique
Aherusia
Nostos ~ An Answer (?)
Lire la chronique
Nattverd
Styggdom
Lire la chronique
Bilan 2010-2019 : la sélection de la rédaction
Lire le bilan
Pearl Jam
Riot Act
Lire la chronique
Evil Warriors
Schattenbringer (EP)
Lire la chronique
Bastard Priest
Vengeance... Of The Damned ...
Lire la chronique
Panzer Squad
s/t (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Gigaton
Lire la chronique
Black Funeral
Scourge of Lamashtu
Lire la chronique
Thou
Blessings Of The Highest Or...
Lire la chronique
Temnein
Tales : Of Humanity And Greed
Lire la chronique
Withering Surface
Meet Your Maker
Lire la chronique
Dauþuz
Grubenfall 1727 (EP)
Lire la chronique
Mercyful Fate
In The Shadows
Lire la chronique
Detherous / Stench Of Death
s/t (Split-CD)
Lire la chronique
Alcest
Spiritual Instinct
Lire la chronique
Carcinoid / Charnel Altar
Carcinoid​ / ​Charnel Altar...
Lire la chronique
French Black Metal : La collec' plus lourde que ton père !!!
Lire le podcast
Helloween
Chameleon
Lire la chronique
Fides Inversa
Historia Nocturna
Lire la chronique
Screamer
Highway of Heroes
Lire la chronique
Perdition Temple
Sacraments Of Descension
Lire la chronique
Triptykon
Requiem (Live) (Live at Roa...
Lire la chronique
Purtenance
Buried Incarnation
Lire la chronique
Paradise Lost
Shades of God
Lire la chronique
Okkultokrati
La Ilden Lyse
Lire la chronique
Deicide
Legion
Lire la chronique